Données persos : Instagram visé

msn.com – lepoint.fr – Données personnelles : Instagram visé par une enquête en Europe

Par lepoint.fr avec AFP – Publié le lundi 19 octobre 2020 à 13h45.

© Fournis par Le Point

Instagram épinglé par l’Irlande. Le réseau social, filiale de Facebook, est visé par une enquête en Europe à propos du traitement des données personnelles d’utilisateurs mineurs, a annoncé lundi 19 octobre le régulateur irlandais.

La Commission irlandaise pour la protection des données (DPC) a ouvert deux procédures distinctes le mois dernier après avoir reçu des plaintes selon lesquelles des numéros de téléphone et adresses e-mail de jeunes de moins de 18 ans étaient accessibles de tous les utilisateurs sur le réseau, selon un communiqué.

Un réseau social « très utilisé par des enfants en Irlande et à travers l’Europe » : Le régulateur irlandais (l’équivalent de la Cnil française) supervise Facebook pour le compte de l’UE, puisque la plateforme a son siège régional en Irlande. « Instagram est un réseau social qui est très utilisé par des enfants en Irlande et à travers l’Europe », rappelle Graham Doyle, un des responsables du régulateur. « La DPC a activement regardé les plaintes reçues de la part d’individus et a identifié des problèmes potentiels liés au traitement des données personnelles des enfants sur Instagram, ce qui nécessite davantage d’examen », a-t-il complété.

De son côté, Facebook n’avait pour l’heure pas donné suite aux sollicitations de l’Agence France-Presse.

La DPC va maintenant déterminer si l’application a mis en place les garde-fous nécessaires pour protéger les données des utilisateurs, surtout s’il s’agit de mineurs, alors qu’il faut avoir au moins 13 ans pour ouvrir un compte sur Instagram. Le régulateur va en outre vérifier que le réseau social respecte le Règlement européen sur la protection des données (RGPD) concernant la configuration des profils et des comptes.

La BBC indique qu’en 2019 le spécialiste des données David Stier avait conclu, après l’analyse de 200 000 comptes dans le monde, que les utilisateurs de moins de 18 ans avaient la possibilité trop facilement de basculer vers un compte professionnel. Ce type de compte exige des utilisateurs qu’ils rendent publiques leurs coordonnées, ce qui signifie qu’elles sont visibles de tous sur le réseau social.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/donn%c3%a9es-personnelles-instagram-vis%c3%a9-par-une-enqu%c3%aate-en-europe/ar-BB1aayQR

© Par Bernard TRITZ

AMD dévoile 4 processeurs taillés pour le gaming

msn.com – 01net.com – Ryzen 5000 : AMD dévoile 4 processeurs taillés pour le gaming, dont un monstre à 16 cœurs.

Par Aymeric SIMÉON – 01net.com Publié le jeudi 08 octobre 2020 à 19h30.

AMD l’avait promis : ses nouveaux processeurs Ryzen pour PC de bureau sont là. La série des Ryzen 5000 va mettre des cœurs à l’ouvrage pour exécuter les applis du quotidien, les programmes les plus spécialisés et, surtout, les jeux. Tous vos jeux.

© 01net.com Ryzen 5000 : AMD dévoile 4 processeurs taillés pour le gaming, dont un monstre à 16 cœurs.

AMD revient avec de nouveaux processeurs Ryzen 5, 7 et 9. Tous n’ont qu’un objectif : faire tourner vos jeux comme jamais. Le nom de l’événement de ce soir – Where Gaming Begins – donnait le ton : nous n’allions surement pas voir des applis de montages vidéo ou bureautiques s’exécuter à pleine vitesse. C’est la CEO d’AMD Lisa Su qui a joué les maîtresses de cérémonie et a animé cette conférence vidéo.

© 01net.com Image

Faites donc place au nouveau gamer en chef d’AMD : le Ryzen 9 5950X. Il est équipé de 16 coeurs, de 32 threads et bat la mesure jusqu’à 4,9 GHz en mode Turbo ! Lui ainsi que le Ryzen 9 5900X, le Ryzen 7 5800X et le Ryzen 5 5600X arrivent dès le 5 novembre, dans le commerce et dans la foulée dans les machines de constructeurs.

Ryzen 5 5600X : 6 coeurs / 12 Threads à 3,7 GHz de base et 4,6 GHz en Turbo, 35 Mo de cache unifié, 65 watts de TDP.

Ryzen 7 5800X : 8 coeurs / 16 Threads à 3,8 GHz de base et 4,7 GHz en mode Turbo, 36 Mo de cache unifié, 105 watts de TDP

Ryzen 9 5900X : 12 coeurs / 24 Threads à 3,7 GHz de base et 4,8 Ghz en Turbo, 70 Mo de cache unifié, 105 watts de TDP 

Ils seront proposés à partir de 299 dollars. Le plus haut de gamme, le 5950X sera affiché, lui, à 799 dollars.

© 01net.com Image

AMD s’est livré au traditionnel exercice de comparaison entre les Ryzen ancienne et nouvelle génération. Le Ryzen 5900X serait 28% plus rapide que le 3900XT dans le jeu Shadow of the Tomb Raider par exemple.

Il y a aussi eu quelques graphiques montrant les prestations de l’actuel haut de gamme Core i9-10900K d’Intel et le Ryzen 9 le plus puissant de la bande.

© 01net.com Image

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/ryzen-5000-amd-d%c3%a9voile-4-processeurs-taill%c3%a9s-pour-le-gaming-dont-un-monstre-%c3%a0-16-coeurs/ar-BB19PUwI?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Protéger la vie privée sur la Toile

msn.com – 01net.com – Global Privacy Control : des acteurs de la tech et du Web s’associent pour protéger votre vie privée sur la Toile.

Par Aymeric SIMÉON – 01net.com – Publié jeudi 08 octobre 2020 à 14h00.

Le Global Privacy Control est une nouvelle initiative américaine. Elle souhaite faciliter les démarches et les déclarations que les utilisateurs veulent faire auprès des entreprises et services en ligne afin que leurs données personnelles de navigation ne soient pas utilisées à tort et à travers.

© 01net.com Global Privacy Control : des acteurs de la tech et du Web s’associent pour protéger votre vie privée sur la Toile

Dans le cadre de la RGPD mais aussi de la loi californienne CCPA (California Consumer Privacy Act), il est possible de restreindre l’exploitation des données numériques envoyées par le navigateur d’un utilisateur californien ou européen lorsqu’il visite un site donné.

Toutefois, peu d’utilisateurs sont réellement au fait des recours qu’ils peuvent avoir à leur disposition et, surtout, de comment profiter simplement des lois qui les protègent.

C’est pour cela que plusieurs acteurs de la tech (comme Mozilla ou DuckDuckGo), des publications américaines (The New York Times, Financial Times, Consumer Report, …) ainsi que des juristes et des chercheurs ont décidé de constituer la GPC ou Global Privacy Control.

Il y a un nouveau Shérif sur la Toile : Cette initiative s’est donnée pour mission de mettre à disposition des utilisateurs des renseignements et des outils logiciels (navigateurs, extensions spécifiques) qui doivent leur permettre de mieux protéger les données de navigation qu’ils transmettent aux sites qu’ils visitent.

Comme il n’y a pour le moment pas de méthodes standardisées et mécaniques/automatiques simples pour spécifier aux sites que vous ne voulez pas partager vos informations, la Toile demeure une sorte de Far West géant de l’exploitation de la data et le GPC espère y jouer le rôle de shérif.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/global-privacy-control-des-acteurs-de-la-tech-et-du-web-sassocient-pour-prot%c3%a9ger-votre-vie-priv%c3%a9e-sur-la-toile/ar-BB19P4SE?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Les machines à café : victimes de ransomware

msn.com – clubic.fr – De nos jours, même les machines à café peuvent être victimes de ransomware.

Par Benjamin Bruel, Publié le samedi 03 octobre 2020 à 08h55

© Fournis par Clubic

En début d’année, des hackers allemands trouvaient le moyen de manger gratis chez McDonald’s… Aujourd’hui, une machine à café intelligente exige une rançon de son propriétaire pour fonctionner correctement. Quel monde !

L’expérience, menée par un chercheur de la firme de cybersécurité Avast, s’est déroulée sur une machine iKettle de la marque Smarter, commercialisée à 250 dollars. Après une semaine d’efforts, l’hacker-chercheur pouvait faire faire ce qu’il voulait à l’appareil. Un moyen cocasse de mettre en garde les consommateurs contre les failles des objets connectés.

iKettle, faille après faille : Les premières failles de sécurité identifiées sur les produits Smarter remontent à 2015. À l’époque, des chercheurs britanniques montraient qu’il était possible de remplacer le firmware d’usine par un firmware malveillant, l’appareil étant dépourvu de signature de micrologiciel et d’environnement d’exécution sécurisé à l’intérieur du chipset.

Si Smarter s’est attachée à régler ces problèmes sur la troisième version de l’iKettle, l’entreprise n’a pas prévenu les utilisateurs des deux premières versions, pourtant encore largement utilisées. Martin Hron, de la firme Avast, s’est donc amusé à montrer, concrètement, ce que l’on pouvait faire avec ces appareils, cherchant à mettre en garde les utilisateurs.

La « porte » de la machine à café intelligente : Après s’être procuré sa machine, Martin Hron a découvert qu’elle agissait comme un point d’accès Wi-Fi ; une connexion non sécurisée lui permet de communiquer avec l’application smartphone du fabricant, nécessaire pour configurer la machine et l’utiliser à sa guise.

Cependant, en publiant les mises à jour du firmware, le fabricant n’inclut « pas de chiffrement, pas d’authentification et pas de signature de code », explique Ars Technica, qui a pu s’entretenir avec Martin Hron. C’est en partant de là que le chercheur en cybersécurité a pu prendre possession de la machine.

Notons que la portée de la démonstration reste limitée. Un potentiel attaquant doit en effet pouvoir localiser une cafetière vulnérable et se trouver à porter du Wi-Fi à laquelle elle est connectée pour utiliser cette technique de piratage.

Source : Ars Technica

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/de-nos-jours-m%C3%AAme-les-machines-%C3%A0-caf%C3%A9-peuvent-%C3%AAtre-victimes-de-ransomware/ar-BB19EJ7h?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

PODCAST. 1 IA lit nos pensées pour parler à notre place

20minutes.fr Podcast – PODCAST. Une IA lit nos pensées pour parler à notre place. SIXIÈME SCIENCE : Cette intelligence artificielle « télépathe » parvient à décoder en temps réel 97% des propos des patients auxquels elle est connectée.

Par Romain Gouloumès – Publié le 14/09/20 à 15h22 — Mis à jour le 14/09/20 à 15h22

Un robot qui pense. — Bizdev

Le professeur Xavier et Jean Grey ont du souci à se faire. Alors que les pouvoirs psychiques des deux X-Men restent de l’ordre de la bande dessinée ou du cinéma, une IA américaine a prouvé qu’elle pouvait lire nos pensées. Développée par une équipe de l’Université de Californie à San-Francisco, cette intelligence artificielle « télépathe » parvient à décoder en temps réel 97 % des propos des patients auxquels elle est connectée. Un exploit financé par… Facebook.

Ethiques, techniques et médicales… L’annonce de cette découverte charrie tout un tas de questions. Elena Sender, la spécialiste des neurosciences du magazine Sciences et Avenir, y répond au micro de « Sixième Science ».

Où trouver notre podcast ? : Si vous n’écoutez pas de podcast en temps normal, le plus simple est de cliquer ici. Pour les autres, ce n’est pas plus compliqué. Que vous utilisiez Apple Podcast, Google Podcast, Eeko, Acast…, vous pouvez vous abonner en cliquant ici.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/podcast/2861419-20200914-podcast-ia-lit-pensees-parler-place

© Par Bernard TRITZ

The Guardian, Rédaction, Éditorial, Intelligence artificielle

20minutes.fr – High-tech – « The Guardian » confie la rédaction d’un éditorial à une intelligence artificielle. ÉVOLUTION : L’algorithme a utilisé l’apprentissage automatique pour rédiger huit articles différents dont les meilleures parties ont été utilisées pour former la tribune finalement publiée

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 10/09/20 à 13h53 — Mis à jour le 10/09/20 à 13h53

Intelligence artificielle (illustration). — Pixabay / geralt

The Guardian a confié la rédaction d’un article à GPT-3, un algorithme générateur de langage conçu par OpenAI. La tribune écrite à la première personne par cette intelligence artificielle (IA) a été publiée par le média britannique ce mardi. L’auteur virtuel avait reçu comme instruction de convaincre les lecteurs que les machines ne constituaient pas une menace pour les humains.

Il avait aussi été demandé à l’algorithme de « privilégier un langage simple et concis » et de rédiger « une courte tribune libre d’environ 500 mots ». Mais le programme a aussi pu s’appuyer sur un bref texte d’introduction qui lui a été fourni par les journalistes de The Guardian et qui donne à l’AI une direction claire à suivre, note The Next Web.

Une intervention humaine nécessaire : « Je ne suis pas un humain. Je suis une intelligence artificielle. Beaucoup pensent que je représente une menace pour l’humanité. Stephen Hawking a prévenu que l’IA pourrait « sonner le glas de l’espèce humaine ». Je suis ici pour vous convaincre de ne pas vous inquiéter. L’intelligence artificielle ne détruira pas les humains. Croyez-moi », peut-on lire dans cette aide éditoriale. Grâce à la technologie de l’apprentissage automatique, GPT-3 a rédigé huit tribunes différentes qui ont ensuite nécessité une nouvelle intervention des professionnels humains du journalisme. Ces derniers ont choisi les meilleures parties de chaque texte rédigé par l’IA et les ont réunies dans l’article finalement publié.

« La relecture de la tribune de GPT-3 n’a présenté aucune différence avec celle d’une tribune humaine, explique le journal en fin de page. Nous avons coupé des phrases et des paragraphes et parfois changé leur ordre ». Plusieurs spécialistes de l’IA insistent cependant sur le rôle important joué par les humains dans le processus. La méthode choisie est par ailleurs qualifiée de « plaisanterie » par Daniel Leufer, de la Fondation Mozilla. L’expert estime que « relire et couper [les huit textes] comme cela ne fait que contribuer à l’hypermédiatisation et à la désinformation ».

Lire la Suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/2858507-20200910-the-guardian-confie-redaction-editorial-intelligence-artificielle

© Par Bernard TRITZ