Orange lance la 5G dans 15 villes

msn.com – leparisien.fr – Téléphonie mobile : Orange lance la 5G dans 15 villes françaises dès le 3 décembre !

Par Le Parisien avec AFP – Publié le Mercredi 25 novembre 2020 à 23h00.

P1 – © LP/Arnaud Journois Illustration réseau Internet

L’opérateur télécoms Orange promet le lancement de son réseau mobile 5G « dès le 3 décembre 2020 » dans 15 villes françaises, dont Nice, Marseille, Le Mans, Angers et Clermont-Ferrand. Une annonce de taille alors que d’autres communes demandent un moratoire sur cette technologie.

« D’ici la fin de l’année, plus de 160 communes seront couvertes en 5G », a affirmé le groupe français dans un communiqué, promettant des débits « jusqu’à 3 à 4 fois plus rapides que la 4G » grâce à un large spectre sur la bande de fréquences 3,5 GHz.

À l’instar de Bouygues Telecom, Orange avait pour l’instant communiqué ses offres tarifaires 5G grand public et entreprises sans pour autant annoncer de plan de couverture géographique précis.

À gauche, on réclame un moratoire : Seul SFR a lancé officiellement son réseau mobile de dernière génération à Nice depuis vendredi dernier, tandis que Free a évoqué un lancement dans « les prochaines semaines ». Après avoir versé 2,789 milliards d’euros à l’État pour s’emparer de « blocs » mis aux enchères début octobre, les opérateurs peuvent jouir de leurs fréquences 5G depuis le 18 novembre.

Ils restent toutefois soumis à des procédures administratives liées aux autorisations techniques à déposer auprès de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) et aux demandes d’information des mairies.

Or plusieurs maires écologistes ou de gauche de grandes villes, notamment à Lille ou Grenoble, ont déclaré être en faveur d’un moratoire jusqu’à la publication prévue au printemps 2021 d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Une 5G « respectueuse des villes et de leur position » : « Le déploiement se fera de manière progressive et dans un dialogue constructif avec l’ensemble des collectivités locales, en parallèle de nos efforts pour élargir la couverture du territoire français en 4G », a indiqué Stéphane Richard, PDG d’Orange, cité dans le communiqué.

« Pour Paris, qui n’a pas de moratoire, mais a engagé une concertation citoyenne, il n’y aura pas de déploiement de nouvelles antennes 5G Orange, tant que cette démarche n’est pas achevée », a-t-il encore confié au quotidien Les Echos, ajoutant être en faveur d’une 5G « respectueuse des villes et de leur position ».

Si la 5G promet d’offrir, à terme, un débit jusqu’à 10 fois plus rapide, les opérateurs comptent avant tout sur son lancement pour gérer l’augmentation du trafic et éviter la saturation de leurs réseaux mobiles.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/t%c3%a9l%c3%a9phonie-mobile-orange-lance-la-5g-dans-15-villes-fran%c3%a7aises-%c2%abd%c3%a8s-le-3-d%c3%a9cembre%c2%bb/ar-BB1bmCdg

© Par Bernard TRITZ

5G – Déploiement

msn.com – 20minutes.fr – Comment va se dérouler le déploiement de la 5G qui doit être lancée, fin novembre 2020, en France ?

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le Vendredi 06 novembre 2020 à 19h10.

L’Autorité des télécommunications française (ARCEP) a donné la date du 18 novembre 2020, comme top départ au déploiement de la 5G en France.

© Geeko La 5G sera lancée fin novembre en France

TELCOM – L’Autorité des télécommunications française a donné la date du 18 novembre 2020, comme top départ au déploiement de la 5G en France.

Si le réseau 5G ne fait pas encore l’unanimité chez les consommateurs, son lancement est imminent en France. Après plusieurs mois de négociations et d’enchères, tous les feux sont verts pour la 5G qui devrait commencer à être déployée dès le mois de novembre.

L’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) vient en effet de clôturer les dernières enchères et de distribuer les blocs de fréquences entre les différents opérateurs de télécommunications. Ces blocs correspondent tout simplement aux fréquences 5G qui se situent dans la bande allant de 3,4 GHz à 3,8 GHz.

Tout n’est pas réglé : Mais si la 5G peut bel et bien être lancée dès le 18 novembre 2020 sur le territoire français, il faudra certainement patienter quelques jours de plus pour en profiter. Les opérateurs qui ont décroché des fréquences doivent encore remplir diverses procédures administratives. Ils vont en effet devoir déposer une demande auprès de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour chaque déploiement d’antennes 5G. Par ailleurs, il faudra évidemment disposer d’un smartphone compatible avec le réseau pour en profiter, ainsi que d’un abonnement spécial.

Si la 5G n’est pas encore déployée en France, plusieurs opérateurs proposent déjà des offres d’abonnements 5G. C’est notamment le cas d’Orange et de Bouygues Telecom. SFR et Free Mobile devraient logiquement dévoiler leurs offres très prochainement.

À noter que le déploiement de la 5G sur l’ensemble du territoire français ne sera pas effectif directement, il faudra attendre un certain temps pour en profiter pleinement. La construction d’un vrai réseau 5G exploitant tout son potentiel devrait prendre une dizaine d’années. Il vaut donc mieux éviter de se précipiter pour acheter un nouveau smartphone 5G.

Lire la Source – https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/comment-va-se-d%C3%A9rouler-le-d%C3%A9ploiement-de-la-5g-qui-doit-%C3%AAtre-lanc%C3%A9e-fin-novembre-en-france/ar-BB1aLC3e?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

France, Plan Très Haut Débit

arcep.fr – Le Plan France Très Haut Débit : objectifs et répartition des rôles entre acteurs.

Les objectifs fixés par le Gouvernement dans le cadre de l’actuel Plan France Très Haut Débit sont de garantir le bon haut débit pour tous d’ici fin 2020 et le très haut débit pour tous d’ici fin 2022.

Couverture FTTH autour Étang de Berre

Pour atteindre ces objectifs, trois types de zones ont été définies et les rôles répartis entre acteurs privés et collectivités territoriales :

. Les « zones très denses » (ZTD), sur lesquelles les opérateurs privés, fournisseurs d’accès, doivent tous déployer leur propre réseau ;

. Les « zones AMII » (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement), sur lesquelles un ou plusieurs opérateurs privés ont manifesté leur intérêt pour déployer ou financer ensemble un réseau en fibre optique jusqu’à l’abonné ;

. Les « zones RIP » (Réseau d’Initiative Publique), dans lesquelles le réseau est déployé par des collectivités territoriales, mobilisant des financements publics, faute de manifestation d’intérêt de la part des opérateurs privés pour ces zones moins denses, souvent rurales, par défaut de rentabilité.

Chantier d’installation d’un réseau de fibre optique

Le rôle de l’Arcep : des réseaux comme « bien commun » : L’Arcep s’assure que les réseaux se développent comme un « bien commun », au profit des Français. Elle accompagne l’ensemble des acteurs pour les inciter à accélérer leurs déploiements de réseaux très haut débit, de manière efficace et cohérente. Par exemple, sa régulation favorise la mutualisation des réseaux entre les opérateurs privés sur les zones où c’est plus efficace, et incite à l’investissement et à la concurrence sur d’autres, de manière adaptée aux différents territoires et au bénéfice des consommateurs (prix, qualité de service). Elle facilite également l’accès au génie civil d’Orange permettant ainsi à l’ensemble des opérateurs, notamment les RIP, d’accélérer leurs déploiements.

Abonnements et déploiements : les chiffres du très haut débit : Chaque trimestre, l’Arcep publie un observatoire du haut et du très haut débit fixe, qui permet de juger de l’avancée des abonnements, des déploiements, et de contrôler les engagements pris par les opérateurs.

Lire la Source : https://www.arcep.fr/nos-sujets/la-couverture-internet-fixe-a-haut-et-tres-haut-debit.html

© Par Bernard TRITZ