Oktoberfest, Munich : annulée…

huffingtonpost.fr – Annulée à cause du Covid-19, l’Oktoberfest de Munich passe en format mini. Une cinquantaine de bars de la ville bavaroise proposent, malgré le coronavirus, une fête de la bière en intérieur.

Par Matthieu Balu

Oktober Fest 1

CULTURE – C’est toujours une fête, bien qu’un peu plus intime. L’édition 2020 de l’Oktoberfest, comme d’innombrables grands rendez-vous mondiaux, a dû être officiellement annulée pour cause de pandémie de coronavirus. Pourtant, la fête a bien lieu, mais entre les murs des bars de Munich, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Oktober Fest 2

Les instructions des autorités locales sont claires : en accord avec les règles sanitaires mises en place en Bavière, les regroupements de foule à l’extérieur sont interdits. Pour s’assurer que personne ne soit tenté par un rassemblement officieux, la mairie a même interdit la consommation d’alcool dans Theresienstrasse, la grande rue piétonne débouchant sur la place centrale de la ville.

Oktober Fest 3

Mais 54 bars de la ville, regroupant les adresses historiques de la capitale bavaroise, ont décidé d’organiser leur propre événement en remplacement de la fête annulée, un événement qui avait attiré six millions de personnes en 2019. Avec “pub Wiesn”, une expression qui reprend le nom originel de l’Oktoberfest, les établissements proposent à leurs clients de fêter la bière à l’intérieur.

Résultat, la bière coule à flots, mais pour une foule plus restreinte, moins constituée de touristes internationaux qu’habituellement. La fête a donc bien lieu, même si l’industrie hôtelière et les brasseries de la ville devront faire face à un évident manque à gagner.

Lire la Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/annulee-a-cause-du-covid-19-loktoberfest-de-munich-passe-en-format-mini_fr_5f661b2dc5b6de79b6759de3

© Par Bernard TRITZ

Bouches-du-Rhône : Le préfet sommé de limiter l’obligation du port du masque

20minutes.fr – Justice – Coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : Le préfet sommé de limiter l’obligation du port du masque aux zones à « forte densité ». COVID-19 : Le tribunal administratif de Marseille a signifié vendredi au préfet des Bouches-du-Rhône d’être plus précis dans son arrêté.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 11/09/20 à 22h50 — Mis à jour le 11/09/20 à 22h50

Coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : Le préfet sommé de limiter l’obligation du port du masque aux zones à « forte densité » — SOPA Images / SIPA/SIPA

Il va falloir revoir sa copie. Vendredi, le tribunal administratif de Marseille a sommé le préfet des Bouches-du-Rhône d’être plus précis dans son arrêté rendant obligatoire le port du masque dans les villes du département, afin de le limiter aux zones à « forte densité ».

Le juge des référés avait été saisi par un habitant d’une petite commune du département qui estimait que l’obligation du port du masque, « dans les zones urbanisées ou agglomérées du département », comme le précise l’arrêté préfectoral, était trop vague.

Pour mardi midi, au plus tard : « Il est enjoint au préfet de prendre, au plus tard le mardi 15 septembre à midi, un ou de nouveaux arrêtés ou de modifier son arrêté du 5 septembre 2020 pour limiter l’obligation de port du masque qu’il prévoit à des périmètres définis de façon simple et lisible », déclare le juge dans son ordonnance.

Ce ou ces nouveaux arrêtés doivent permettre « d’englober de façon cohérente les lieux caractérisés par une forte densité de personnes ou une difficulté à assurer le respect de la distance physique. A défaut, l’exécution de l’article 1er de l’arrêté du 5 septembre 2020 sera suspendue », poursuit le juge.

« Le juge des référés procède à une nécessaire conciliation entre les impératifs de santé publique d’une part et la préservation des libertés individuelles d’autre part », a réagi l’avocat du plaignant, Me Sylvain Carmier.

« Le Premier Ministre sollicite que le préfet prenne de nouvelles mesures afin d’endiguer la progression du virus. Il faut espérer que ces mesures seront plus efficaces et moins technocratiques », a-t-il ajouté, évoquant le discours prononcé par Jean Castex vendredi après-midi.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/justice/2859775-20200911-coronavirus-bouches-rhone-prefet-somme-limiter-obligation-port-masque-zones-forte-densite

© Par Bernard TRITZ

Rentrée scolaire inédite

20minutes.fr – Société – Coronavirus : C’est l’heure d’une rentrée scolaire inédite pour 12,4 millions d’élèves. FIN DES VACANCES : Malgré la crise sanitaire, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer assure que la réouverture des écoles a été « bien préparée ».

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 01/09/20 à 06h29 — Mis à jour le 01/09/20 à 06h29

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer en visite dans une école de l’Oise, le 21 août 2020. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les cloches des écoles, collèges et lycée vont sonner la fin des vacances. Pour l’ensemble des 12,4 millions d’élèves français ce mardi est le grand jour de la rentrée. Le gouvernement espère qu’elle sera « la plus normale possible » malgré l’épidémie de coronavirus qui fait planer la menace d’un durcissement des règles d’accueil.

Jean-Michel tente de rassurer : Après de longs mois sans école ou presque pour bon nombre de petits Français, c’est donc l’heure de retrouver les copains, de découvrir ses professeurs et connaître son emploi du temps. Cette rentrée inédite est « bien préparée », a voulu rassurer lundi le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. « Normalement, il ne manquera pas d’enseignants dans les classes », a-t-il assuré, précisant que les quelques personnes vulnérables « qui ne pourront pas être là » seraient remplacées.

Pour cette rentrée, les gestes barrière seront plus que jamais à l’ordre du jour. La distanciation physique devra être recherchée dans la mesure du possible, mais elle ne sera pas obligatoire. Les enseignants porteront un masque, de même que les élèves à partir du collège, y compris pendant la récréation. Chacun devra avoir le sien mais les établissements disposeront de stocks de secours en cas de besoin. Les parents qui veulent accompagner leurs enfants, comme c’est la tradition en maternelle, pourront le faire sous conditions.

L’arbitrage des acteurs locaux : Les 866.000 enseignants qui ont fait leur prérentrée lundi semblaient partagés entre sérénité et inquiétude. A l’école primaire Julie Victoire Daubié, dans le VIIe arrondissement de Lyon, l’équipe pédagogique se posait beaucoup de questions. « Pour les récréations, est-ce qu’on fait des zones ? », demandait par exemple une enseignante.

Sur toute une série de sujets, le ministère a édicté des recommandations mais renvoyé les prises de décision aux acteurs locaux, misant sur leur « pragmatisme » et le « bon sens ». Ainsi, les temps de récréation doivent être organisés, si possible, de manière à limiter les croisements entre groupes d’élèves. A la cantine, les élèves garderont le masque pendant leurs déplacements. Le ministère recommande d’adapter « les plages horaires et le nombre de services ».

Rattraper les retards : Aucun établissement ne sera fermé dès mardi à cause du Covid-19, a assuré le ministre de l’Education. Mais cela pourrait évoluer au cours des prochaines semaines, si la situation sanitaire se détériore, après une décision conjointe entre préfets, recteurs et autorités de santé. En cas de symptômes, des tests seront réalisés pour remonter la chaîne de contamination et prendre des mesures d’isolement.

Surtout, le défi de cette rentrée n’est pas seulement sanitaire. Il s’agira aussi très vite de faire le point sur les éventuels retards pris pendant le confinement, et constater si les disparités scolaires se sont encore creusées pour pouvoir y remédier.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2850911-20200901-coronavirus-heure-rentree-scolaire-inedite-124-millions-eleves

© Par Bernard TRITZ

Covid-19 : Masque obligatoire, dérogations

20minutes.fr – Société – Coronavirus : Masque obligatoire, dérogations… Les nouvelles règles applicables en entreprise à partir du 1er septembre 2020. ÉPIDÉMIE : Le ministère du Travail a publié un protocole sur ces nouvelles règles sanitaires.

Par A.I. avec AFP – Twitter – Publié le 31/08/20 à 22h49 — Mis à jour le 31/08/20 à 22h49

Coronavirus : Masque obligatoire, dérogations… Les nouvelles règles applicables en entreprise à partir du 1er septembre (Illustration) — JL/Sipa USA/SIPA

Le ministère du Travail a publié lundi soir un protocole sur les nouvelles règles sanitaires applicables en entreprises à partir du 1er septembre.

Si le port du masque est obligatoire « dans les lieux clos et partagés », il existe des dérogations : il sera possible de l’enlever dans les ateliers ou de faire des pauses en open-space, sous conditions.

Mettre ou ne pas mettre son masque au travail… Un cadre avait déjà été fixé. Mais il y a eu, depuis, quelques ajustements. Ces derniers se trouvent désormais dans le nouveau protocole des règles sanitaires applicables en entreprise à partir du 1er septembre, mis en ligne lundi soir par le ministère du Travail.

Face à l’épidémie de coronavirus, le port du masque a été « systématisé » dans les entreprises, répondant à l’appel de plusieurs infectiologues pour réduire les risques de propagation du Covid-19 par aérosols, ainsi qu’à une recommandation du Haut conseil de la santé publique. Mais à quel moment est-on obligé de le porter ? Quelles sont les dérogations possibles ? On récapitule les principales règles de ce  nouveau protocole sanitaire.

Quand doit-on porter le masque ? : En résumé, « dans les lieux clos et partagés », tels que les salles de réunion, couloirs, open-space, vestiaires, bureaux partagés… Et le port du masque doit évidemment, être associé à tous les autres gestes barrières (notamment le lavage des mains) et aux prescriptions d’ordre général comme l’aération des locaux.

En extérieur, le port du masque est nécessaire pour les travailleurs en cas de regroupement ou d’incapacité de respecter la distance d’un mètre entre personnes.

À noter également qu’il n’est possible de partager son véhicule avec plusieurs salariés qu’à la condition du port du masque par chacun.

Par ailleurs, il est rappelé que le port du masque s’impose, sauf dispositions particulières prévues par décret, dans les établissements recevant du public.

Une circulaire va « dupliquer » ce protocole pour la fonction publique, hors l’hospitalière et l’Education nationale, où d’autres réglementations sont en vigueur, où d’autres réglementations sont en vigueur, a précisé lundi le cabinet du secrétariat d’Etat chargé de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski.

Quelles sont les dérogations au port du masque ? : Premier cas : lorsque le salarié travaille seul dans son bureau.

En atelier, où les salariés sont souvent amenés à effectuer des efforts physiques plus intenses que la moyenne, il est possible d’ôter son masque… dès lors que les conditions de ventilation/aération fonctionnelle sont conformes à la réglementation, que le nombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité, que ces personnes respectent la plus grande distance possible entre elles et portent une visière.

En open-space, il est possible de retirer temporairement son masque à certains moments dans la journée, si un certain nombre de mesures sont prises, à commencer par une bonne ventilation ou aération de la pièce. Les autres critères sont définis en fonction de la zone de circulation du virus (verte, orange, rouge).

Dans les zones vertes, il est nécessaire d’avoir des écrans de protection entre les postes de travail, de mettre à disposition de visières, d’avoir une procédure de prévention et un référent Covid. Dans les zones orange il faut en plus avoir des locaux de grand volume et une présence d’extraction d’air haute. Dans les zones rouges s’ajoute un critère de densité : 4 m² par personne.

Et quand le port du masque n’est pas possible ? : Pour les activités qui s’avéreraient incompatibles avec le port du masque (par exemple, pour des interventions orales ou des prises de parole publiques limitées dans le temps, dans les espaces clos respectant les mesures organisationnelles définies), le ministère poursuit le dialogue avec les partenaires sociaux pour suivre cette mise en œuvre et définir des solutions.

En milieu froid (-18 degrés) par exemple, des discussions auront lieu cette semaine pour trouver les modes adéquats de prévention (distanciation, hygiène avant et après sortie de ces milieux).

Des dérogations sont possibles sur les plateaux de télévision, s’il y a une bonne ventilation, de grands volumes. Un décret a aussi été pris pour dispenser les chanteurs d’opéra.

Quid du télétravail ? : Le ministère du Travail le confirme : « Il reste une pratique recommandée en ce qu’il participe à la démarche de prévention du risque d’infection au SARS-CoV-2 et permet de limiter l’affluence dans les transports en commun. En fonction des indicateurs sanitaires, les autorités sanitaires peuvent convenir avec les partenaires sociaux d’encourager les employeurs à recourir plus fortement au télétravail. »

Les partenaires sociaux décideront le 11 septembre s’ils lancent une négociation nationale interprofessionnelle, ce que refuse le patronat mais ce que souhaitent les syndicats.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2850739-20200831-coronavirus-masque-obligatoire-derogations-nouvelles-regles-applicables-entreprise-partir-1er-septembre

© Par Bernard TRITZ

Masque obligatoire, élèves de plus de 11 ans

20minutes.fr – Covid-19 : Coronavirus : Masque obligatoire pour tous les élèves de plus de 11 ans à la rentrée, annonce Blanquer. ÉCOLES : Tous les élèves de plus de 11 ans sont concernés.

Par L.Br. – Twitter – Publié le 20/08/20 à 20h23 — Mis à jour le 20/08/20 à 21h12

Port du masque obligatoire pour les collégiens — Bony/SIPA

Masque pour tous à la rentrée. Jean-Michel Blanquer, invité sur le plateau de France 2 ce jeudi, a annoncé que le masque serait obligatoire pour tous les élèves de plus de 11 ans au 1er septembre, et ce, même quand la distanciation sociale est respectée.

C’est un changement par rapport au protocole fourni par le gouvernement en juillet, qui tablait sur une obligation du port du masque si la distanciation sociale n’était pas respectée. Concernant les espaces extérieurs, le port du masque sera soumis à une « appréciation locale ».

Un masque financé par les familles : Ce masque sera fourni par les parents, car c’est « une fourniture comme les autres, comme la trousse », a indiqué le ministre, qui a rappelé que l’allocation de rentrée scolaire avait été augmentée de 100 euros cette année.

Les cantines seront bien rouvertes, a confirmé le ministre de l’Education. Il a toutefois exclu un report généralisé de la rentrée scolaire du fait du rebond des contaminations de Covid-19, même si des « exceptions locales » pourront être envisagées. « L’éducation n’est pas une variable d’ajustement », a déclaré le ministre. A la question du re-confinement possible pour certains élèves, le ministre de l’Education a répondu « oui, c’est possible ».

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2843391-20200820-coronavirus-masque-obligatoire-tous-eleves-rentree-annonce-jean-michel-blanquer

© Par Bernard TRITZ

Covid-19 : Masque, distanciation

20minutes.fr – Économie – Coronavirus : Port du masque, distanciation physique… On fait le point sur les nouvelles règles sanitaires en entreprise. PANDÉMIE : Pour freiner la propagation du Covid-19, de nouvelles règles sanitaires vont s’appliquer à partir du 1er septembre 2020.

Par Catherine Abou El Khair – Publié le 18/08/20 à 17h23 — Mis à jour le 18/08/20 à 17h30

Un salarié portant un masque dans une usine de l’équipementier Faurecia, le 9 juillet 2020 — ISA HARSIN/SIPA

. Ce mardi, le gouvernement livre de premiers détails sur l’évolution du cadre sanitaire dans les entreprises afin de limiter la progression du Covid-19 : les nouvelles règles, qui seront précisées dans les jours à venir, entreront en vigueur à partir du 1er septembre.

. Alors que la rentrée approche, l’objectif « est de permettre une reprise d’activité dans de bonnes conditions de sécurité pour l’ensemble des salariés », a souligné le secrétaire d’Etat en charge de la santé au travail et des retraites, Laurent Pietraszewski.

. 20 Minutes fait le point sur l’évolution des règles sanitaires, et en particulier sur ce que signifie le port obligatoire du masque.

Fini, le protocole de « déconfinement ». A partir du 1er septembre prochain, de nouvelles règles sanitaires, publiées dans les prochains jours, vont s’appliquer dans les entreprises. Afin d’endiguer l’accélération de la pandémie et pour donner suite aux recommandations du Haut Conseil de la Santé publique, le gouvernement rend de fait obligatoire le port du masque au travail, en tant que lieu clos. Selon les derniers chiffres de Santé Publique France, 24 % des « clusters », ou foyers de contamination, sont situés en entreprises, hors établissements médicaux. 20 Minutes fait le point sur les nouvelles règles et leurs conséquences qui ont été précisées ce mardi.

Dans quels lieux le masque sera-t-il obligatoire ? : Le port du masque sera systématisé à partir du 1er septembre dans les espaces clos et partagés au sein des entreprises et des associations. Il sera aussi décliné dans la fonction publique. Seront donc concernés les salles de réunion, les open-spaces, les couloirs, les vestiaires, ou encore les bureaux partagés… Il faudra donc porter le masque, même assis à son poste de travail. Seule exception : les bureaux individuels, où le port du masque ne sera pas imposé, dès lors qu’il n’y aura qu’une personne présente.

Si je travaille dans un open-space, mais en étant très éloigné d’un collègue, dois-je tout de même porter le masque ? Avoir des cloisons ou des vitres en plexiglas peut-il dispenser du port du masque ? : Oui ce sera bel et bien la règle… Et il sera impossible de substituer une protection en plexiglas au port du masque, en l’absence de certitude scientifique reconnue par le Haut conseil de la santé publique sur ce sujet. Une position que le gouvernement justifie par le risque de contamination par aérosols. « Si nous [sommes] deux dans l’open-space, on portera des masques », a confirmé Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des Retraites et de la santé au travail, lors d’un point avec la presse.

Cependant, des souplesses ne sont pas exclues à l’avenir, souligne le secrétaire d’Etat, reconnaissant que le sujet peut être débattu. « C’est pour ça qu’il nous paraît important (…) d’étudier les modalités d’une saisine du Haut conseil de la santé publique sur les conditions envisageables d’adaptation de cette nouvelle mesure et donc nous allons, avec les partenaires sociaux, travailler sur la façon dont nous voulons interroger le Haut conseil », précise le secrétaire d’Etat.

Y aura-t-il des exceptions à ces règles sanitaires ? : S’il n’y a pas « de contraintes techniques qui empêchent de travailler avec un masque », rappelle le secrétariat d’Etat, il laisse la porte ouverte à des adaptations du protocole, a priori par branches professionnelles. Le Haut conseil de la santé publique devra se prononcer sur ces adaptations.

Mais à l’inverse, certains secteurs – à déterminer – où les risques de propagation du virus sont plus élevés, comme cela est le cas dans les abattoirs, pourraient faire l’objet de mesures spécifiques et complémentaires.

À quelles sanctions peut-on s’exposer si l’on ne porte pas de masque ? : L’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des travailleurs. A ce titre, si un employé refuse de porter le masque, il peut être sanctionné par l’entreprise.

Doit-on toujours respecter le mètre de distanciation physique ? : Si le port du masque doit en théorie éviter la transmission du virus par projections et aérosols, il n’en reste pas moins que le mètre de distanciation physique imposé avec le protocole de déconfinement restera une norme, a déclaré Laurent Pietraszewski.

Le télétravail peut-il être rendu obligatoire ? : Rendu obligatoire pendant le confinement, le télétravail ne sera pas de nouveau imposé aux entreprises à la rentrée. Il reste donc « recommandé ». « Nous avons invité les partenaires sociaux à réfléchir à instaurer de façon pérenne le télétravail comme un nouveau mode d’organisation du travail, et aussi de réfléchir aux adaptations en période de pic épidémique », rappelle Laurent Pietraszewski.

Au terme de leurs concertations sur ce sujet en septembre, syndicats et organisations patronales diront leur souhait (ou non) de négocier sur le télétravail.

Lire la Suite : https://www.20minutes.fr/economie/2841795-20200818-port-masque-distanciation-physique-derogations-fait-point-nouvelles-regles-sanitaires-entreprise

© Par Bernard TRITZ

Bouches du Rhône, Marseille, Covid- 19, nouvelle vague déferlante

laprovence.com – Santé – Coronavirus : les Bouches-du-Rhône devraient passer en « zone de circulation active » du virus dès ce vendredi 14 août 2020. Le ministre de la Santé l’avait annoncé hier jeudi 13 août 2020, en soirée, au journal de 20h, le décret devrait être pris aujourd’hui vendredi 14 août 2020 et permettrait au préfet de prendre des restrictions importantes

Par Gillian Fléqué – Jeudi 13/08/2020 à 22H00 – Mis à jour 14/08/2020 à 01H26

Photo : Valérie VREL

La préfecture invite ceux qui fréquentent des établissements festifs à se faire dépister : L’étau se resserre sur les Bouches-du-Rhône. Face à la progression du virus dans le département, le ministre des Solidarités et de la Santé avait prévenu au journal de France 2 qu’il serait passé en zone de « circulation active », « dans les prochaines heures ou jours ». C’est allé très vite. Nos confrères du JDD révèlent que le décret devrait être pris demain par le gouvernement. Contactée ce soir, la préfecture des Bouches-du-Rhône confirme « qu’un texte est en préparation », et devrait communiquer demain préférant « attendre sa sortie pour en connaître les dispositions précises ».

Possibilité de fermer les commerces et de limiter les déplacements à 100 kilomètres : Elle devrait avoir la main pour les mesures sanitaires des semaines à venir. « Les préfets pourront être amenés si la situation épidémique l’exige à prendre de nouvelles mesures comme des modulations d’ouverture de certains lieux par exemple », expliquait Olivier Véran au 20 heures. Selon l’article 50 du décret du 10 juillet organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire, le préfet des Bouches-du-Rhône pourra décider d’interdire à nouveaux les déplacements au-delà d’un rayon de 100 kilomètres. À l’exception des habituels motifs impérieux. Les établissements recevant du public (restaurants, salles de spectacles, commerces, bibliothèques, musées…) pourraient à nouveau devoir fermer. Les rassemblements de personnes à l’extérieur auront également la possibilité d’être limités. Ces décisions seraient prises en concertation avec l’Agence régionale de santé et les élus locaux. La Ville de Marseille indique ce soir que « des réunions ont eu lieu entre les trois entités », mais attend « des décisions préfectorales précises ». Ce jeudi soir, l’établissement de nuit le « Rooftop » annonce déjà sa fermeture adminsitrative pour un mois.

Mardi, l’ARS dévoilait le bilan hebdomadaire de la circulation du Covid-19. Il n’était pas bon. Les nouvelles contaminations ont presque doublé en sept jours (1711 nouveaux cas) et les hospitalisations repartent à la hausse. Vendredi dernier déjà, la Préfecture avait fait une sévère remise en garde, annonçant une circulation du virus de plus en plus importante, un passage du niveau de vulnérabilité « faible » à « modéré » et invitait les jeunes fréquentant des établissements festifs à se faire dépister. La circulation du virus fait partie des conditions de cet indicateur, mais rien n’indique pour l’instant un passage à « élevé » demain après les annonces gouvernementales.

Courbe des nouveaux cas…

Lire la Source : https://www.laprovence.com/article/sante/6076847/coronavirus-les-bouches-du-rhone-devraient-passer-en-zone-de-circulation-active-du-virus-des-ce-vendredi.h

© Par Bernard TRITZ

Coronavirus ou Covid-19, des scientifiques se regroupent pour réagir…

Coronavirus ou Covid-19, des scientifiques se regroupent pour réagir…

Commission d’enquête en Allemagne…

Un ami proche a attiré mon attention sur cette vidéo virale qui tourne. Cela mérite d’écouter de lire afin de comprendre le pourquoi, le comment, les motivations…

Commission d’enquête en Allemagne

Lire la Source : https://www.facebook.com/100001264675187/videos/3356179647767491/

© Par Bernard TRITZ