Nouveaux MacBook

msn.com – lemonde.fr – Nouveaux MacBook : le pari risqué et plutôt réussi d’Apple !

Par Nicolas Six – lemonde.fr – Publié le Samedi 21 novembre 2020.

MacBook Pro

Les premiers tests de la presse technologique permettent de dresser le portrait-robot de ce Mac aux entrailles bouleversées, qui s’annonce plus fiable que prévu et particulièrement autonome.

Avec sa toute dernière génération d’ordinateurs portables, commercialisée mardi 17 novembre, Apple s’aventure dans une zone dangereuse. A l’œil nu, ces MacBook paraissent identiques aux anciens, mais un bouleversement se cache sous leur capot : Apple a remplacé une pièce maîtresse, le processeur, qui détermine la rapidité et l’autonomie de l’ordinateur.

Apple a ainsi glissé une puce fabriquée par ses propres soins à la place du processeur d’Intel, un fabricant auquel elle faisait confiance depuis treize ans. Un choix risqué : l’immense majorité des logiciels pour Mac ne parle pas la langue de cette nouvelle puce M1, et ne comprend que celle des processeurs d’Intel.

Pari risqué : Microsoft, le concurrent direct d’Apple, a connu de gros déboires en tentant le même chambardement à deux reprises. Son récent ordinateur Surface Pro X, par exemple, a troqué son processeur Intel pour une puce proche de la M1 d’Apple, conçue elle aussi sur les plans du cabinet de conception anglais Arm. Mais cet ordinateur souffre de nombreux problèmes, comme l’ont relevé les médias technologiques, tel The Verge : de nombreux logiciels refusent de se lancer, d’autres souffrent de ralentissements handicapants.

Apple semble s’en tirer beaucoup mieux. La très grande majorité des logiciels fonctionnent bien, notent les journalistes qui ont pu tester ces nouveaux MacBook, de la suite bureautique Office aux logiciels de création numérique d’Adobe. Le secret de cette réussite tient au traducteur automatique conçu par Apple, qui convertit la langue d’Intel dans le langage informatique du M1. Ce traducteur porte le nom de Rosetta 2, en référence à la pierre de Rosette, la stèle égyptienne frappée d’un texte en trois langages qui a aidé à déchiffrer les hiéroglyphes.

Ce traducteur n’est hélas pas parfait. Selon le site spécialisé Cnet, quelques jeux 3D tournant sur les anciens MacBook refusent de s’ouvrir, tels Baldur’s Gate 3. Les rayonnages de la boutique de jeux vidéo Steam connaissent, eux, des ralentissements. Un petit contingent, de logiciels professionnels ne fonctionnent pas, selon leurs éditeurs mêmes, tels Cheetah 3D, un programme de création 3D, ou Fruity Loops Studio, un populaire éditeur de rythmes musicaux. Quelques-uns tournent un peu plus lentement, comme Photoshop, chronométré par le site 01net à des vitesses plus lentes sur certains calculs. Dans bien des cas, les éditeurs travaillent actuellement à des correctifs qui arriveront dans les prochains mois.

Une vraie journée d’autonomie : Pourquoi Apple s’est-il lancé dans cette aventure risquée malgré les essais infructueux de Microsoft ? Car les processeurs d’Intel accumulent un retard important. Les premiers tests des médias américains montrent la nette supériorité du processeur d’Apple. Les MacBook à processeur M1 sont bien plus endurants que les anciens modèles à puce Intel, leur batterie tient environ 50 % plus longtemps. Leur autonomie, mesurée par le média technologique PC Mag, se hisse à un niveau qu’aucun PC ou presque n’a jamais atteint, soit entre dix et vingt heures.

En outre, la puce M1 est souvent plus rapide lorsqu’on la compare à un processeur Intel de gamme équivalente. Pour les utilisateurs qui jonglent entre la bureautique et la messagerie, la différence n’est pas flagrante – on note surtout que certaines applications s’ouvrent plus vite. En revanche, pour les utilisateurs de logiciels de calcul ou de création, l’amélioration est souvent sensible.

Cnet souligne qu’il devient possible de monter des vidéos 4K sans souffrir de grosses saccades, tandis que 01net mesure une accélération d’environ 50 % sur les calculs de rendu vidéo. Notons que l’écart est beaucoup moins spectaculaire lorsqu’on compare le M1 aux processeurs les plus rapides d’Intel, comme le i9, qui équipe encore aujourd’hui le coûteux MacBook Pro à grand écran 16 pouces.

Apple a également incité les concepteurs des logiciels Mac à les rendre bilingues, afin qu’ils puissent parler le langage du processeur M1 comme celui d’Intel, ce qui les exempterait de traducteur. Par exemple, le logiciel de retouche d’images Photoshop en version bilingue – ou « Universal App » – est attendu pour début 2021. Lorsqu’ils parleront dans la langue Apple, ces logiciels se mettront à fonctionner plus vite et consommeront moins de batterie.

Un peu de patience : Côté jeux, l’amélioration est spectaculaire, comme le constate PC Mag. Les performances graphiques des MacBook augmentent d’environ 50 %, ce qui leur permet de faire tourner avec fluidité les jeux moyennement gourmands. Les PC pour joueurs n’ont toutefois pas à s’inquiéter : une carte graphique de moyenne gamme comme la Geforce 1660 Ti reste nettement plus rapide que la puce graphique intégrée au processeur M1 d’Apple.

Malgré l’accueil enthousiaste qu’a réservé la presse spécialisée à ces nouveaux ordinateurs, mieux vaut toutefois attendre quelques mois avant de sauter le pas : cela laissera probablement le temps aux rares bugs de disparaître dans leur majorité. Un conseil qui ne suffira probablement pas pour les personnes utilisant des logiciels anciens, et qui y tiennent beaucoup ; il faudra alors bien se renseigner sur leur compatibilité avant de se lancer.

Le passage au processeur M1 maison est une démonstration de force qui a de quoi inquiéter les concurrents d’Apple. Heureusement pour les grands noms du PC, les MacBook coûtent toujours très cher et leur logithèque reste moins riche.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/nouveaux-macbook-le-pari-risqu%c3%a9-et-plut%c3%b4t-r%c3%a9ussi-dapple/ar-BB1bdqLE

© Par Bernard TRITZ

Apple, 10 novembre 2020, date très importante

msn.com – BFMTV.com – Pourquoi la conférence Apple du 10 novembre 2020 pourrait être la plus importante de ces dernières années ?

Par BFMTV.com – Publié le Mercredi 04 novembre 2020 à 05h30.

Ce 10 novembre 2020, Apple dévoilera de nouveaux produits, qui devraient être les premiers MacBook équipés de processeurs de la même nature que ceux de l’iPhone. Ouvrant de nombreuses perspectives à long-terme.

© Apple Le MacBook Pro d’Apple

C’est une révolution ! ”. La phrase, régulièrement associée à Apple, pourrait prendre tout son sens lors de la conférence organisée par l’entreprise américaine le mardi 10 novembre prochain à 19 heures, heure française. D’après les rumeurs relayées par Bloomberg, la firme dévoilera deux nouveaux MacBook Pro (13 pouces et 16 pouces) et un nouveau MacBook Air (13 pouces). Ces machines pourraient marquer le début d’une nouvelle ère pour Apple, voire pour l’informatique en général.

Une puce mobile sur ordinateur : Au début de l’été, Apple a annoncé la création d’une nouvelle division, baptisée Apple Silicon. Ses équipes sont, en charge de développer des processeurs, le “moteur” des ordinateurs. Une première pour la marque, qui produit ses propres processeurs pour ses iPhone et iPad, mais qui a toujours délégué ceux de ses ordinateurs à des partenaires. Tout d’abord IBM, avec les processeurs PowerPC jusqu’en 2005, puis Intel, qui fournit la plupart des fabricants d’ordinateurs de la planète.

Désormais, Apple travaille donc sur ses propres processeurs pour ordinateur. Leur principale caractéristique est leur “architecture”, qui définit la façon dont ils vont fonctionner. Et cette architecture n’aura plus rien à voir avec celle des processeurs Intel. En réalité, elle sera très largement inspirée de l’architecture des processeurs pour iPhone, par exemple la puce A14 Bionic qui équipe le dernier iPhone.

À la différence d’Intel, qui n’est jamais parvenu à vendre ses processeurs pour smartphone, Apple – au même titre que l’américain Qualcomm qui équipe de nombreux smartphones Android – est parvenu à produire des puces extrêmement performantes, malgré un espace fortement limité par la taille d’un smartphone, forcément plus petit qu’un ordinateur. Ces puces sont également bien plus endurantes et proposent donc une meilleure autonomie.

© Apple

Un défi logiciel : La nouvelle génération de MacBook proposera donc des performances probablement bien supérieures à ce qui existe actuellement, dans des formats qui pourraient être de plus en plus compacts. L’architecture commune entre les processeurs d’iPhone et de MacBook pourrait largement faciliter le fonctionnement des applications mobiles sur ordinateur.

L’arrivée de puces mobiles sur ordinateur pourrait aussi ouvrir la voie à une nouvelle génération d’ordinateurs portables équipés d’une connectivité 4G ou 5G, donc totalement indépendants des réseaux Wi-Fi.

Pour Apple, le principal enjeu reste de proposer autant d’applications fonctionnelles que sur les modèles existants : le changement de processeur impose de nombreuses évolutions dans les logiciels actuellement utilisés sur MacBook, qui ne sont plus compatibles par défaut. Le fabricant devra donc miser sur sa force de frappe pour pousser les développeurs à faire évoluer leurs services.

Si l’essai d’Apple se révèle concluant, d’autres fabricants pourraient l’imiter, par exemple en faisant à leur tour appel à des fabricants de processeurs pour mobile. Ce qui rendrait les futures générations d’ordinateurs portables bien plus proches de nos smartphones actuels que des ordinateurs tels qu’ils ont été conçus il y a près d’un demi-siècle.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/pourquoi-la-conf%c3%a9rence-apple-du-10-novembre-pourrait-%c3%aatre-la-plus-importante-de-ces-derni%c3%a8res-ann%c3%a9es/ar-BB1aDZM7#image=1

© Par Bernard TRITZ

iPhones d’Apple ont enfin la 5G

msn.com – AFP.com – Les iPhone d’Apple ont enfin la 5G

Par AFP – Publié le mardi 13 octobre 2020 à 21h30.

© Brooks KRAFT Tim Cook, le patron d’Apple, annonce la très attendue arrivée de la 5G dans les smartphones de la marque, le 13 octobre 2020

« C’est le début d’une nouvelle ère », a annoncé Tim Cook, le patron d’Apple, pour marquer l’entrée très attendue des iPhones dans la 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile ultra-rapide, qui prend son envol en Asie et dans le monde.

Le géant américain de l’électronique et des technologies a lancé mardi les iPhone 12, lors d’une présentation à grand renfort de mises en scène et musiques dramatiques, en ligne et sans public, pandémie de Covid-19 oblige.

Plus d’un an après ses deux rivaux Samsung et Huawei, Apple va commercialiser sa première gamme de smartphones avec la 5G, à des prix de base allant de 699 à 1099 dollars.

Elle se décline avec les iPhones 12 et 12 mini, qui pourront être commandés dès vendredi, et les iPhone 12 Pro et 12 Pro Max, prévus pour novembre.

L’iPhone 12 comporte « plus de bandes passantes 5G que n’importe quel autre smartphone », a affirmé Arun Mathias, un vice-président du groupe californien.

« Nous avons réalisé des tests 5G avec plus de 100 opérateurs dans 30 régions et les vitesses observées sont impressionnantes », a-t-il poursuivi. « Dans des conditions idéales, nous avons mesuré des vitesses supérieures à 4 gigabits par seconde (Gb/s), et jusqu’à 1 Gb/s dans des conditions typiques« .

© Apple Inc. Le vice-président d’Apple pour le marketing mondial Bob Borchers, lors de la présentation à Cupertino en Californie, le 13 octobre 2020

« C’est le plus important nouveau cycle de produits pour Apple depuis l’iPhone 6 en 2014 », a réagi l’analyste Dan Ives, de Wedbush Securities.

Malgré ces annonces, le titre d’Apple dévissait de près de 3% à Wall Street, après avoir grimpé lundi grâce à l’anticipation de la nouvelle.

– La pièce manquante du puzzle 5G – : « Apple va faire plus pour la 5G que la 5G ne va faire pour les nouveaux iPhone », a commenté sur Twitter Thomas Husson, vice-président du cabinet Forrester.

Car la 5G, loin de bouleverser le quotidien pour l’instant, n’est pas encore un argument de vente aux Etats-Unis ou en Europe.

Mais la marque à la pomme était attendue comme le Messie par l’industrie. Son entrée en scène signale que la technologie ne peut plus se contenter de déploiements décousus : c’est le moment pour les opérateurs de mettre les bouchées doubles.

« Jusqu’à présent, la plupart des gens étaient attentistes », a relevé Hans Vestberg, le patron de Verizon, présent à l’événement marketing pour annoncer que l’opérateur américain allait déployer son réseau 5G à l’échelle des Etats-Unis, afin de couvrir 200 millions de personnes dans 1.800 villes.

« La 5G vient de prendre corps », a-t-il ajouté. : Dans les zones couvertes, les utilisateurs constatent la différence sur le téléchargement des contenus, plus rapide. A terme, les nouvelles infrastructures de télécommunications auront des applications dans des domaines aussi variés que les véhicules autonomes, la réalité augmentée ou encore la santé connectée.

Aux Etats-Unis et en Europe, les infrastructures ont pris du retard, notamment à cause de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, l’équipementier chinois Huawei étant leader du secteur.

En Asie, en revanche, les grandes villes chinoises ont la 5G et 90% de la population sud-coréenne habite dans des zones desservies, selon Futuresource.

– Stratégie – : Le cabinet prévoit que les ventes de smartphones avec la 5G dans le monde vont passer de 145 millions de combinés en 2020 à 303 millions en 2021, et 515 millions en 2022.

De l’iPhone SE sorti au printemps – un modèle d’entrée de gamme à 400 dollars – à l’iPhone Prox Max et son écran de 6,7 pouces (17 cm) à partir de 1.100 dollars, Apple joue sur tous les tableaux.

La firme de Tim Cook pourrait écouler plus de 75 millions d’iPhone 12, selon Dan Ives, qui estime que plus d’un tiers des 950 millions d’iPhone en circulation dans le monde, soit 350 millions d’appareils, ont des chances d’être remplacés par un modèle plus récent dans les mois qui viennent.

Les prix sont alignés sur ceux des modèles précédents et des concurrents. « Apple a tenu compte de la situation de nombreux consommateurs en 2020 avec la crise sanitaire », note Stephen Mears de Futuresource. « Les prix raisonnables des iPhone 12 ne poseront pas de problèmes à la majorité de leurs clients ».

La marque à la pomme a sorti une nouvelle version de son enceinte connectée : le HomePod mini, équipé de l’assistant vocal Siri, sera vendu à partir de 99 dollars, et donnera l’impression que « l’iPhone et l’enceinte sont physiquement connectés entre eux », a promis Tim Cook.

juj/jul/bh

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/les-iphone-dapple-ont-enfin-la-5g/ar-BB19Zotv?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Apple présentera les nouveaux iPhones

msn.com – 01net.com – Apple va présenter les nouveaux iPhones demain, mardi 13 octobre 2020 – Tech a Break #64

Par Thomas REMILLERET avec Jordan CAUCINO – 01net.com – Publié dimanche 11 octobre 2020 à 18h00.

Grande absente de la dernière keynote d’Apple, la nouvelle gamme d’iPhone sera dévoilée, demain, mardi 13 octobre à 19 heures. Elle sera composée de quatre nouvelles itérations, comme on vous l’explique dans ce nouvel épisode de Tech a Break.

© 01net.com Apple va présenter les nouveaux iPhones le 13 octobre – Tech a Break #64

On connaît enfin la date de présentation des nouveaux iPhones. Apple a envoyé une invitation pour un évènement en ligne qui se tiendra mardi 13 novembre à 19 heures. Cette année, la marque à la pomme devrait proposer quatre nouveaux appareils. L’iPhone 12 mini, l’iPhone 12, l’iPhone 12 Pro, l’iPhone 12 Pro Max. On devrait aussi découvrir un casque audio sous la marque d’Apple, une première. L’événement sera d’ailleurs à suivre en direct sur 01net.com et sur 01TV.

C’est une boulette à peine croyable. Le Royaume-Uni a « oublié » de comptabiliser plus de quinze mille cas de Covid-19 à cause d’une mauvaise manipulation sur Excel. Le tableur était utilisé afin de tracer les malades mais le format de fichier utilisé ne permettait pas d’exporter plus de 60 000 lignes. Du coup, un certain nombre de cas ont disparus dans le néant et les critiques n’ont pas tardé à se faire entendre contre le gouvernement britannique.

On connait la PS5 dans les moindres détails. Cette semaine, Playstation a posté une vidéo sur sa chaîne YouTube. Sept minutes pendant lesquelles la prochaine console de Sony est démontée par un ingénieur de la maison. On apprend ainsi comment fonctionnera le support permettant de tenir la console à la verticale ou à l’horizontale mais aussi comment étendre le stockage. Il suffira de dévisser une trappe laissant apparaître un emplacement pour un SSD supplémentaire. Pour rappel, la PS5 sera disponible en France le 19 novembre.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/apple-va-pr%c3%a9senter-les-nouveaux-iphone-le-13-octobre-tech-a-break-supernumber64/ar-BB19USGB?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Google & Apple privés de leurs applications préinstallées ?

msn.com – 20minutes.fr – Smartphones : Google et Apple bientôt privés de leurs applications préinstallées ?

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié dimanche 11 octobre 2020 à 16h00.

L’Union Européenne veut éviter que les constructeurs, notamment Google et Apple, abusent de leur position en imposant leurs propres applications sur leurs smartphones, entravant ainsi la concurrence.

© Geeko Comment utiliser la fonction Accès guidé sur iPhone ou iPad

PROJET DE LOI – L’Union Européenne veut éviter que les constructeurs, notamment Google et Apple, abusent de leur position en imposant leurs propres applications sur leurs smartphones, entravant ainsi la concurrence.

Après avoir condamné Google pour abus de position dominante et être parvenue à lui imposer de proposer des alternatives à Chrome sur Android, l’Union européenne pourrait bien aller plus loin et interdire aux constructeurs de smartphones de préinstaller leurs propres applications sur leurs appareils. Un projet de loi allant dans ce sens a ainsi été rédigé, rapporte le Financial Times. Sont notamment visés Google et Apple.

Ce projet de loi de l’Union européenne s’intégrerait à un règlement plus large visant les services numériques. L’objectif serait d’offrir plus de liberté aux consommateurs en empêchant les constructeurs de préinstaller leurs propres applications sur des smartphones ou des ordinateurs ce qui peut être considéré comme une entrave à la concurrence.

Les grands acteurs de la tech pourraient également être interdits d’imposer leurs propres logiciels à d’autres entreprises ou d’empêcher leurs utilisateurs de supprimer les applications natives sur leurs appareils.

Pas gagné : Si les agissements des constructeurs de smartphones et/ou d’ordinateurs peuvent effectivement être vus comme une forme d’abus de position dominante ou d’entrave à la concurrence, la présence d’applications préinstallées sur les appareils a également ses bons côtés. Les consommateurs moins à l’aise avec les technologies n’ont en effet pas à s’inquiéter de devoir installer telle ou telle application ou de télécharger tel logiciel. Les appareils sont prêts à l’emploi.

Or, le cas de Google pourrait être un exemple. À la suite des pressions de l’UE, la firme de Mountain View a en effet sélectionné plusieurs navigateurs web alternatifs à proposer aux utilisateurs d’Android. Lorsque ces derniers lancent leur smartphone pour la première fois, celui-ci leur demande quel navigateur Web ils souhaitent installer. Le processus n’est donc pas particulièrement compliqué et pourrait être adapté au choix d’autres types d’applications et services sur smartphones et ordinateurs. À voir si le projet de loi de l’UE se concrétise au cours des prochains mois ou années. Une chose est sûre, la pilule aura du mal à passer auprès des acteurs de la tech.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/smartphones-google-et-apple-bient%C3%B4t-priv%C3%A9s-de-leurs-applications-pr%C3%A9-install%C3%A9es/ar-BB19UKzB?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Microsoft se démarque d’Apple et Google

msn.com – 20minutes.fr – Microsoft se démarque d’Apple et Google et s’engage à rendre son App Store plus équitable pour les développeurs.

Par 20minutes.fr avec Agence – Publié Samedi 10 octobre 2020 à 20h00.

Alors qu’Epic Games, le créateur de Fortnite, accuse Apple d’abuser de sa position dominante, Microsoft s’engage pour plus d’équité.

© Alexander Pohl/Sipa USA/SIPA Microsoft s’engage pour plus d’équité sur son Windows Store (illustration).

GAFAM – Alors qu’Epic Games, le créateur de Fortnite, accuse Apple d’abuser de sa position dominante, Microsoft s’engage pour plus d’équité.

Microsoft s’est engagé jeudi à rendre sa boutique d’applications Windows Store plus équitable pour les développeurs. Alors qu’Epic Games, Spotify ou encore Deezer dénonce les méthodes d’Apple et Google, la multinationale a promis de faire preuve de transparence, rapporte Presse-citron.

Rima Alaily, la vice-présidente de Microsoft, a publié un billet de blog où elle assure son soutien à la Coalition for App Fairness, un mouvement lancé par des développeurs d’applications. Cette alliance dénonce l’abus de position dominante dont ferait preuve Apple et Google.

Le combat autour de Fortnite : Le Play Store et l’App Store des deux Gafa sont sous le feu des critiques depuis quelques semaines. Et notamment depuis que le jeu Fortnite, créé par Epic Games, a été retiré de la boutique d’applications de la marque à la pomme.

Comme Google, Apple prélève 30 % des paiements effectués par les utilisateurs sur son App Store. Certains développeurs, comme Epic Games, ont décidé de contourner cette facturation jugée abusive. Ce qui a valu au concepteur d’être bloqué par le géant du numérique.

Une commission très faible : La commission pratiquée par Microsoft, elle, n’est que de 5 %. Ce qui n’empêche pas la société de vouloir aller encore plus loin pour « promouvoir le choix, assurer l’équité, et favoriser l’innovation ». Elle assure ainsi qu’elle ne bloquera pas l’accès à sa boutique à des applications en raison de leur business model.

La firme promet de ne pas privilégier ses propres produits aux dépens de ses concurrents. La vice-présidente de Microsoft certifie aussi que les données non publiques d’une application recueillies par le Windows Store ne seront pas utilisées pour la concurrencer.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/microsoft-se-d%c3%a9marque-dapple-et-google-et-sengage-%c3%a0-rendre-son-app-store-plus-%c3%a9quitable-pour-les-d%c3%a9veloppeurs/ar-BB19TAmB?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Casser les GAFA : en plusieurs morceaux

msn.com – AFP – Des parlementaires américains veulent casser les Gafa en plusieurs morceaux

Par AFP – Publié le mercredi 07 octobre 2020 à 05h00.

© DENIS CHARLET A congressional report called for sweeping changes to antitrust laws and enforcement in response to the growing power of Big Tech firms, but Republican lawmakers declined to endorse the findings

Facebook devrait revendre Instagram, Google se séparer de YouTube et Amazon ne plus promouvoir ses propres produits sur sa plateforme : pour certains élus américains, c’est la seule façon d’empêcher les abus de position dominante dont ils accusent les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon).

Les géants de la tech ont « leur propre quasi-réglementation privée qui ne s’applique qu’à eux-mêmes », estiment des parlementaires démocrates, dans un rapport publié mardi, après plus de 15 mois d’enquête et d’auditions avec les responsables des quatre entreprises.

« Pour le dire simplement, ces géants qui étaient autrefois des petites start-up, remettant en question le statu quo, sont devenus le genre de monopoles que nous n’avions pas vus depuis l’ère des barons du pétrole et des magnats des chemins de fer », insistent-ils en introduction du document de 449 pages.

Ces élus de la Chambre des représentants appellent en conséquence à des « séparations structurelles pour empêcher ces plateformes d’opérer dans des secteurs d’activité qui dépendent ou interagissent avec elle ».

Ils veulent notamment mettre fin aux situations où une entreprise est à la fois juge et partie – comme Apple sur l’App Store, son magasin d’applications mobiles ou Amazon sur sa plateforme de vente en ligne.

« Les grandes entreprises ne sont pas dominantes par définition, et l’hypothèse selon laquelle le succès ne peut qu’être le résultat d’un comportement anti-compétitif est simplement fausse », s’est insurgé le géant du e-commerce dans un communiqué sur son blog.

– A qui profite l’acquisition – : Le débat revient de plus en plus fréquemment aux Etats-Unis, à mesure que monte la grogne contre les Gafa, toujours plus riches et plus puissants. La pandémie et le Grand confinement les ont même renforcés, alors que les grandes entreprises d’autres secteurs ont dû licencier des milliers de personnes.

Mais leur pouvoir économique, les sociétés de la tech l’ont « accru et exploité sur les marchés financiers de manière non-concurrentielle », affirment les présidents de la commission judiciaire Jerry Nadler, et celui de la sous-commission antitrust David Cicilline, dans un communiqué de presse.

Le rapport recommande que les plateformes autorisent une « interopérabilité » avec les équipements de leurs concurrents et l’établissement d’une « norme » pour interdire les acquisitions qui nuisent à la concurrence.

Cette mesure vise notamment Facebook, dont le patron, Mark Zuckerberg avait été longuement interrogé sur le rachat d’Instagram, fin juillet, lors d’une audition des dirigeants des quatre groupes par la commission.

« Facebook voyait Instagram comme une menace (…), donc (…) ils les ont rachetés », avait martelé Jerry Nadler, fustigeant le manque de compétition sur le marché des réseaux sociaux.

Le rapport réalisé par l’équipe de la commission judiciaire n’a toutefois pas été validé par ses membres républicains, et les mesures préconisées ne devraient ainsi même pas être examinées au Sénat, contrôlé par les républicains.

Cela souligne les divergences entre les deux partis, qui critiquent souvent de concert les géants de la tech mais pour différentes raisons.

– « 1% »- : « Malheureusement ce rapport partisan des démocrates (….) fait des propositions radicales », a commenté l’élu républicain Jim Jordan, évoquant une « vision d’extrême gauche ».

Matt Schruers de l’Association de l’industrie de l’informatique et des communications, qui regroupe la plupart des grosses entreprises du secteur, estime que les élus n’ont pas compris l’économie numérique.

« S’il s’agit simplement de heurter des entreprises américaines qui réussissent, alors peut-être que ce plan va marquer des points », a-t-il commenté.

Dans son argumentaire, Amazon fait remarquer qu’il ne représente « qu’1% des 25 mille milliards de dollars du marché de la distribution mondiale et moins de 4% de la distribution aux Etats-Unis ».

Selon le groupe de Seattle, les propositions du rapport forceraient les vendeurs tiers à quitter la plateforme, donc à perdre en visibilité, menaçant au final les emplois des PME et réduisant la compétition, au détriment des consommateurs.

Mais le rapport des démocrates a semblé satisfaire Athena, un collectif d’organisations anti-Amazon.

« Cette enquête montre à quel point Amazon et les +Big Tech+ se fichent des principes fondamentaux de notre démocratie », a commenté Dania Rajendra, la directrice du groupement, dans un communiqué.

Selon elle, « le public américain attend maintenant de nos élus qu’ils suivent ce rapport avec une loi pour diviser Amazon et réécrire les règles anti-monopole, afin que les travailleurs ne soient pas sacrifiés pour les profits d’Amazon », a-t-elle ajouté.

Plusieurs enquêtes antitrust sont encore en cours, au niveau du gouvernement fédéral et des Etats.

rl-jul-juj/ob

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/des-parlementaires-am%c3%a9ricains-veulent-casser-les-gafa-en-plusieurs-morceaux/ar-BB19LYrv?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Une fillette avise AVAST d’app. frauduleuses

msn.com – Une fillette prévient Avast d’applications frauduleuses sur iOS et Android.

Par Guillaume Belfiore – Mis en ligne mercredi 23 septembre 2020 à 17h00

© Fournis par Clubic

De nouvelles applications malveillantes ont été découvertes au sein des plateformes de téléchargement d’applications de Google et d’Apple. Et c’est grâce à une jeune utilisatrice de TikTok !

L’éditeur de solutions de sécurité Avast rapporte avoir été mis au courant de sept nouvelles applications de type Adware publiées au sein du Play Store d’Android et de l’App Store d’iOS. Si l’on en croit les données marketing issues de la société SensorTower, ces applications enregistreraient au total 2,4 millions de téléchargements et ont généré 500 000 dollars.

Lire aussi :

Plus de 50 000 smartphones chinois infectés par des malwares ont été vendus dans des pays africains

Qu’est-ce qu’un Adware ? : Comme sur un ordinateur, l’Adware s’immisce dans le système du smartphone pour déployer de la publicité intrusive tout en alléchant les utilisateurs non avertis avec la promesse d’un jeu, d’une sélection de fonds d’écran ou d’un lot de sonneries. Certaines de ces applications peuvent être payantes, mais la publicité agressive, rendant parfois l’appareil inutilisable, reste la principale source de revenus de leurs éditeurs.

Avast précise que certains Adware cachent parfois un ver spécifiquement conçu pour présenter l’application comme un utilitaire légitime en modifiant son icône une fois celle-ci installée.

Les notes laissées par les victimes au sein des stores ne laissent cependant aucun doute. Ces applications sont généralement évaluées entre 1 et 3 sur 10…

Lire aussi :

47 applications Android abritent un cheval de Troie

Les applications incriminées : C’est aujourdh’ui à travers le réseau social TikTok qu’une jeune fille a repéré des campagnes de promotion sur trois comptes différents, visant à inciter les utilisateurs à procéder à des téléchargements. L’un des comptes enregistrait plus de 330 000 abonnés, et un seul éditeur serait à l’origine de leur développement.

Si d’aventure l’une des applications se trouvait sur votre smartphone, nous vous encourageons à vous en débarrasser :

Sur Android :

– ThemeZone – Shawky App Free – Shock My Friends

418 000 téléchargements

– Tap Roulette ++Shock my Friend

1,7 millions de téléchargements

– Ultimate Music Downloader – Free Download Music

192 000 téléchargements

Sur iOS :

– Shock My Friends – Satuna

22 000 téléchargements et 157 000 dollars de revenus

– 666 Time

67 000 téléchargements et 246 000 dollars de revenus

– ThemeZone – Live Wallpapers

44 000 téléchargements et 52 000 dollars de revenus

Source : Avast

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/une-fillette-pr%c3%a9vient-avast-dapplications-frauduleuses-sur-ios-et-android/ar-BB19lsJr

© Par Bernard TRITZ

Apple : Tim Cook dévoile les nouveautés

20minutes.fr – High-tech – Tim Cook dévoile de nouvelles Apple Watch, des iPads newlooks et des services mais pas d’iPhone 12. HIGH TECH : Durant la Keynote qu’Apple a tenu ce mardi 15 septembre, Tim Cook a présenté deux nouvelles Apple Watch, de nouveaux iPads et le service Apple One qui arrive en France.

Par Christophe Séfrin – Publié le 15/09/20 à 21h08 — Mis à jour le 15/09/20 à 21h26

La nouvelle Apple Watch Series 6. — CAPTURE

–| La keynote de rentrée d’Apple a eu lieu ce mardi 15 septembre, dans une version préenregistrée, crise sanitaire oblige.

–| Comme attendu, Tim Cook, le PDG de la marque à la pomme a annoncé la nouvelle Apple Watch Serie 6 et de nouveaux iPads. Les nouveaux iPhone 12 attendront.

–| Des offres de services, comme Apple One qui inclut Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade et iCloud ont également été dévoilés.

Le ver était bien dans le fruit. Crise sanitaire oblige, la marque à la pomme n’était visiblement pas en mesure d’annoncer ce mardi 15 septembre son nouvel iPhone 12 lors de sa keynote de rentrée. Depuis le siège de l’empire Apple à Cupertino et sans public (comme pour sa conférence des développeurs WWDC organisée en juin dernier), Tim Cook, le big boss, a présenté dans une vidéo préenregistrée de 60 minutes une nouvelle Apple Watch et de nouveaux iPads. Sans surprise. Beaucoup d’observateurs avaient parié dessus.

De nouveaux bracelets accompagnent la sortie de l’Apple Watch Serie 6. – CAPTURE

L’oxygénation du sang au poignet : Déboulant avec une foultitude de nouveaux cadrans, de nouveaux bracelets, un écran 2,5 fois plus lumineux, l’Apple Watch Serie 6 joue plus que jamais la carte de la santé au poignet. Nouvelle fonctionnalité proposée outre la mesure du rythme cardiaque, la VO2 Max ou l’électrocardiogramme (ECG) : la mesure du taux d’oxygène dans le sang. Il s’agit d’une donnée importante qui, comme sur la ScanWatch que vient de sortir Withings, reflète la quantité d’oxygène présente dans les globules rouges. 15 secondes suffisent pour que la montre effectue cette mesure. De quoi se rassurer lorsque l’on fait du sport, notamment.

L’Apple Watch Serie 6 propose de nouveaux fonds d’écran. – CAPTURE

Sous Watch OS 7, l’Apple Watch Serie 6 vendue 429 euros (GPS) et 529 euros (GPS + 3G/4G) intègre la puce A13 du constructeur. Son altimètre affiche désormais l’altitude en continu. Les sportifs risquent d’apprécier. Apple associe son lancement avec celui de Fitness +, un service proposant des exercices à effectuer montre au poignet avec des vidéos dédiées (yoga, vélo, course, rameur…) sur un téléviseur connecté à un boîtier Apple TV, un iPad ou un iPhone. Mais pas d’emballement : pour le moment, Fitness + (facturé 9,99 dollars par mois et 79,99 dollars par an) n’est pas annoncé en France.

Apple Fitness+, le service de workout lancé avec l’Apple Watch Series 6. – CAPTURE

Lancée, elle, dans l’Hexagone, Apple One, la nouvelle offre de services d’Apple (composée d’Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade et iCloud) et proposée à partir de 14,95 euros par mois (avec 50 Go de stockage sur iCloud) … Plutôt intéressant… A noter que Watch OS 7 intègre une détection automatique du lavage des mains. Comme une piqûre de rappel en ces temps de Covid…

Tim Cook, le PDG d’Apple, pour une keynote de renrée confinée. – CAPTURE

De son côté, l’Apple Watch SE, en offrira un peu moins à un prix plus abordable (299 euros ou 349 euros avec 3G/4G). Sans les évaluations santé de sa grande sœur, la montre conserve néanmoins l’altimètre permanent et la détection des chutes. Elle est sans doute idéale pour servir de cheval de Troie à la nouvelle configuration familiale proposée par Watch OS 7. Cette fonctionnalité permet d’équiper toute sa famille d’une Apple Watch et, sans pour autant que chacun possède un iPhone (un seul suffit), permet de rester en contact en recevant des appels téléphoniques via Face Time Audio, en échangeant des courriels ou des messages. Disponible le 16 septembre, cette nouvelle fonction est compatible dès l’Apple Watch Séries 4.

Des iPads renouvelés, un iPad Air boosté : C’est une « grande année pour l’iPad », assure Tim Cook. Après les nouveaux iPad Pro lancés en début d’année, Apple renouvelle sa gamme de tablettes avec une nouvelle ardoise sous iPad OS 14, un système d’exploitation se voulant plus intuitif et des prises de notes plus précises. Avec son écran de 10,2 pouces, la huitième génération d’iPad (avec puce A12) revendique aussi une rapidité deux fois plus élevée que sur les tablettes Windows, trois fois plus que sur les modèles Android, et même six fois plus que sur les Chrome books. On attend de voir ça. Vendu à partir de 389 euros (Wifi) et 539 euros (Wifi + 3G/4G), le nouvel iPad sera disponible dès ce vendredi 18 septembre.

Les nouveaux iPads d’Apple. – CAPTURE

De son côté, l’iPad Air (avec écran Retina de 10,9’’) s’offre un lifting complet. Ressemblant à un iPhone qui serait passé sous un rouleau compresseur, il est animé par la nouvelle puce A14 Bionic d’Apple. Sans aucun doute celle qui équipera l’iPhone 12. Avec son écran Retina de 3,8 millions de pixels, l’iPad Air voit son bouton de déverrouillage Touch ID rejoindre la tranche de la tablette. Il est doté d’un nouvel appareil photo de 12 mégapixels arrière (et 7 mégapixels avant). Peut-être va-t-on enfin pourvoir capturer des images correctes avec iPad… Gare au prix : le nouvel iPad Air requiert un investissement de 669 euros minimum (Wifi) et 809 euros (Wifi + 3G/4G).

Culture du secret oblige, Tim Cook n’a à aucun moment fait mention d’une future keynote pour annoncer l’iPhone 12. En octobre ? D’ici là, et comme le dirait le PDG d’Apple : « Everyone take care, stay safe, and have a great day » !

lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2862519-20200915-tim-cook-devoile-nouvelles-apple-watch-ipad-new-look-services-iphone-12

© Par Bernard TRITZ

Apple, Keynote virtuelle, 15 septembre 2020

20minutes.fr – High-tech – Une keynote virtuelle d’Apple le 15 septembre (mais pas pour l’iPhone 12). TECHNOLOGIE : La firme à la pomme devrait dévoiler sa nouvelle Apple Watch et un iPad air new-look mais attendre octobre pour présenter son prochain smartphone.

Par P.B. – Twitter – Publié le 08/09/20 à 22h43 — Mis à jour le 08/09/20 à 22h43

L’Apple Watch series 5 dans une boutique de Shanghai (illustration). — Alex Tai / SOPA Images/Sipa USA/SIPA

Apple s’adapte face à la pandémie. L’entreprise californienne a annoncé ce mardi une keynote pour le 15 septembre, qui sera, comme la conférence WWDC de juin, virtuelle. Mais sauf grosse surprise, l’entreprise qui valait 2.000 milliards devrait uniquement présenter deux nouveaux modèles de son Apple Watch et un redesign de l’iPad air. Selon Bloomberg, l’iPhone 12 est en retard à cause du confinement du début d’année en Chine et ne sera présenté qu’en octobre.

Dans son invitation à la presse, Apple a d’ailleurs mis l’accent sur sa montre, avec l’indice « time flies » (le temps file). Elle devrait décliner sa nouvelle montre en deux versions (premium et classique), rogner les bords de l’iPad Air et lancer un modèle compact de son enceinte HomePod.

L’iPhone 12 en octobre avec un nouveau design : Alors qu’Apple présente en général ses nouveaux « iPhone » courant septembre pour une sortie avant la fin du mois, il faudra patienter quelques semaines de plus cette année, coronavirus oblige. Après trois éditions au design presque identique (iPhone X, XS et 11 Pro), Apple devrait cette année faire évoluer le châssis.

Ce sera d’ailleurs le premier iPhone lancé depuis le départ de son designer en chef Jony Ive, parti créer sa propre entreprise, et qui n’officie désormais que comme consultant. Selon l’analyste Ming-Chi Kuo, l’iPhone 12 devrait fortement s’inspirer du design de l’iPhone 4 – l’un des plus réussis d’Apple – avec une bordure métallique aux angles plus marqués que les courbes de ces dernières années, et un écran de bord à bord. Allez, plus que quelques semaines à patienter !

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2856991-20200908-keynote-virtuelle-apple-15-septembre-iphone-12

© Par Bernard TRITZ

La taxe GAFA : répercutée

20minutes.fr – High-tech – Apple, Google et Amazon augmentent leurs prix en réponse à la taxe GAFA. TAXE GAFA : La taxe GAFA va être répercutée sur les développeurs, annonceurs et vendeurs tiers qui traitent avec Apple, Google et Amazon.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 06/09/20 à 12h05 — Mis à jour le 06/09/20 à 12h05

Apple, Google et Amazon augmentent leurs prix en réponse à la taxe GAFA — Geeko

Depuis plusieurs années, l’Europe cherche à faire payer plus d’impôts aux géants américains des technologies qui se remplissent gracieusement les poches auprès des citoyens européens. Malheureusement, sans refonte du système fiscal mondial, il y a peu de chance pour que cela aboutisse. C’est pourquoi plusieurs pays ont opté pour des taxes au niveau national destinées aux GAFA. Évidemment, cette solution ne plaît pas aux principaux intéressés qui ont trouvé la parade.

Apple, Google et Amazon ont en effet annoncé au cours des dernières semaines des changements de tarifs pour les entreprises clientes qui se trouveraient dans des pays où une taxe sur les services numériques a été mise en place. Cela concerne autant le Royaume-Uni que la France, la Turquie ou encore l’Italie, mais aussi des pays non européens. Les géants américains vont se dédouaner de ces taxes en les répercutant sur les prix appliqués à leurs clients.

Une augmentation de quelques pour cent : La firme à la pomme l’a annoncé sur son site destiné aux développeurs. En France, les développeurs clients de l’App Store accuseront une augmentation de 3 %, de même qu’en Italie. Au Royaume-Uni, elle sera de 2 % et de 7,5 % en Turquie. Ce pourcentage est à ajouter à la taxe sur la valeur ajoutée existante qui varie entre 18 et 22 % selon les pays.

Google va également augmenter de quelques pour cent les frais de toutes les publicités achetées sur Google Ads et YouTube dans les pays où la taxe sur les services numériques est appliquée, à compter du mois de novembre. Pour Amazon, l’augmentation des tarifs pour les vendeurs tiers a été appliquée depuis le 1er septembre au Royaume-Uni. En France, elle l’était déjà depuis octobre 2019.

Dans les faits, les GAFA changent régulièrement les tarifs appliqués pour leurs clients en fonction des évolutions des régimes fiscaux et de l’évaluation des devises – Apple a augmenté de 25 % les prix de l’App Store suite à la chute de la valeur de la livre après le vote du Brexit. Mais cette fois-ci, cela ressemble davantage à un message adressé aux différents pays où la taxe est appliquée.

Google et Amazon s’étaient déjà montrés favorables à l’élaboration d’une réforme fiscale internationale plutôt qu’à des taxes unilatérales. Cela permettrait d’avoir des règles plus cohérentes et valables dans l’ensemble des pays, mais avec la position des États-Unis et du Président américain sur le sujet, cela n’est pas près d’arriver.

Et pour les consommateurs ? : Apple a indiqué que les prix appliqués sur l’App Store ne changeront pas. Autrement dit, la firme de Cupertino se dédouane totalement de la taxe sur les GAFA en la répercutant sur les développeurs et éditeurs et laisse le choix à ces derniers d’augmenter à leur tour leurs prix pour faire face à la hausse des tarifs d’Apple.

Il y a donc des risques pour que les prix des apps et abonnements augmentent pour les utilisateurs de l’App Store dans les pays concernés par la taxe sur les services numériques. Les risques sont les mêmes pour ceux qui achètent sur Amazon.

Dans le cas de Google, cela concerne avant tout les publicités achetées sur sa plateforme. Difficile d’imaginer que le consommateur puisse être impacté.

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/2853071-20200903-apple-google-et-amazon-augmentent-leurs-prix-en-reponse-a-la-taxe-gafa

© Bernard TRITZ

Covid-19 : une énorme faille découverte

msn.com – Actualité – Technologie – Digital – Covid-19 : une énorme faille découverte dans l’API de contact tracing conçue par Apple et Google.

Par Gilbert KALLENBORN – Vendredi 04 septembre 2020 à 19h19

Un manque de synchronisation dans le renouvellement des codes envoyés par Bluetooth permet de suivre une personne à la trace. C’est justement ce que voulaient éviter les deux géants de l’informatique.

© 01net.com Covid-19 : une énorme faille découverte dans l’API de contact tracing conçue par Apple et Google

Les chercheurs Serge Vaudenay et Martin Vuagnoux, de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) viennent de révéler une importante faille dans la technologie de contact tracing d’Apple et Google, à savoir l’interface de programmation « Exposure Notifications ». Cette vulnérabilité permet, par une simple collecte passive des messages Bluetooth dans une zone, de suivre une personne à la trace.

En théorie, ce risque ne devrait pas exister, car les trames diffusées par les smartphones au travers du système d’Apple et Google contiennent des pseudonymes et des adresses MAC Bluetooth qui sont générés de façon aléatoire et changés toutes les 15 minutes. Mais en réalité, ce renouvellement n’est pas toujours synchrone. Il arrive que l’adresse MAC soit modifiée avant le pseudonyme, ou inversement. Ce décalage trivial permet alors d’associer les nouvelles valeurs aux anciennes, et donc de réaliser un suivi.

© 01net.com Image

Les chercheurs ont baptisé cette attaque « Petit poucet ». En effet, les trames intermédiaires, qui contiennent à la fois une ancienne valeur et une nouvelle, jouent un peu le rôle des petits cailloux blancs dans ce conte d’enfant. En les collectant, elles permettent de ne jamais perdre le fil dans les renouvellements des identifiants.

Dans une vidéo de démonstration, les chercheurs expliquent avoir testé 8 smartphones compatibles avec l’application SwissCovid, qui utilise l’interface de programmation « Exposure Notifications ». Résultat : cinq d’entre eux étaient vulnérables.

Les chercheurs ont également pu exploiter cette faille dans d’autres applications utilisant cette même technologie, telle que Corona-Warn en Allemagne, StoppCorona en Autriche ou Immuni en Italie. Il est d’ailleurs probable que toutes les applications fondées sur « Exposure Notifications » soient vulnérables. L’application française StopCovid n’est évidemment pas concernée, car elle ne s’appuie pas sur le système d’Apple et Google.

La balle est maintenant dans le camp de ces deux géants informatiques qui doivent fournir un patch. Un travail que les chercheurs ne pouvaient pas faire, car l’API n’est pas entièrement open source. Ce qui est dommage.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/covid-19-une-%c3%a9norme-faille-d%c3%a9couverte-dans-lapi-de-contact-tracing-con%c3%a7ue-par-apple-et-google/ar-BB18IvIN

Par Bernard TRITZ

Coronavirus, Apple – Google traçage intégré

20minutes.fr – High-tech – Coronavirus : Apple et Google intègrent le traçage dans leurs smartphones. HIGH-TECH : Les propriétaires des téléphones devront accepter qu’il soit activé afin de savoir s’ils ont ou non croisé le chemin de porteurs du virus.

Par 20 Minutes avec AFP * Publié le 02/09/20 à 18h03 — Mis à jour le 02/09/20 à 18h03

Apple et Google intègrent le traçage du Covid-19 dans leurs smartphones. — Chuck Nacke/REX/SIPA

Les géants américains poursuivent leurs actions de traçage. Google et Apple vont intégrer directement dans leurs smartphones la solution de traçage des contacts qu’ils proposent pour suivre au mieux la progression du Covid-19, éliminant ainsi le besoin de concevoir et télécharger une application dédiée.

Les deux avaient lancé en avril un outil permettant aux détenteurs de smartphones équipés du logiciel iOS d’Apple ou Android de Google d’échanger des informations, via Bluetooth, avec des applications développées par des autorités de santé publique. Ces dernières, téléchargeables depuis les boutiques en ligne des deux groupes, permettent à leurs utilisateurs d’être prévenus s’ils ont croisé dans les jours précédents un autre utilisateur contaminé par le coronavirus.

Plus besoin d’applications : Les futures versions d’iOS et d’Android, les systèmes d’exploitation les plus utilisés sur les smartphones à travers la planète, intégreront désormais directement le système de notification d’exposition. Les autorités publiques n’ont ainsi plus besoin de concevoir leur propre application de traçage. Les propriétaires des téléphones devront accepter qu’il soit activé afin de savoir s’ils ont ou non croisé le chemin de porteurs du virus.

« Nous permettons (aux autorités de santé publique) d’utiliser plus facilement et plus rapidement le système de notifications d’exposition sans avoir à créer et à maintenir une application », ont souligné les deux entreprises dans un communiqué commun mardi.

La nouvelle solution proposée leur apporte une « option supplémentaire » pour compléter leur palette d’outils de traçage. Elle sera compatible avec les applications utilisant le système développé initialement par Apple et Google. Cette évolution était prévue dès le départ.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2852435-20200902-coronavirus-apple-google-integrent-tracage-smartphones

© Bernard TRITZ