Jost TRITZ

Jost TRITZ

D’après les actes notariés nous apprenons que Jost TRITZ était de profession Laboureur.

Territoire de Jost TRITZ

Soit à reconnaitre qu’il était un Homme né Libre. Il avait au moins 6 chevaux. Sur la grande table des couverts en argent. Il était Maire et Notaire, Haut Justicier. Il était un homme riche. Il parlait plusieurs langues. La principale étant le Platt. Une sorte d’Allemand pur. Celui qui avait cours à Aix la Chapelle.

La question : où a-t-il fait son éducation ? Auprès d’un Duc ou d’un Evêque ? À ce jour pas de réponse.

Le décor historique : Renaissance et Réforme

Le Roi de France François II (19 janvier 1544 – 5 décembre 1560)

François II, fils aîné du roi Henri II et de Catherine de Médicis, succède à son père le 10 juillet 1559. Il n’a que 15 ans. C’est un garçon chétif marié quelques mois plus tôt à la reine d’Écosse Marie Stuart, du même âge que lui. L’oncle de la reine n’est autre que François II de Guise. Celui-ci, farouche catholique, assoie son pouvoir à la Cour.

Cela n’a pas l’heur de plaire à Antoine de Bourbon, roi de Navarre (et père du futur Henri IV), et à son frère Louis 1er de Condé, princes du sang tenus à l’écart du fait de leur appartenance à la religion calviniste. Ils organisent la conjuration d’Amboise en vue de soustraire le roi à l’influence des Guise. C’est un échec sanglant et un avant-goût des guerres de religion.

Désireuse d’apaiser les tensions, la reine mère Catherine de Médicis confie le 20 mai 1560 la charge de chancelier de France au sage Michel de l’Hospital. Par l’édit de Romorantin, il évite que l’Inquisition (tribunal ecclésiastique) ne soit introduite en France en vue de poursuivre les supposés hérétiques. Il obtient aussi que quelques droits soient accordés aux protestants, dont la liberté de conscience mais pas la liberté de culte ! Il réunit en décembre les états généraux à Orléans pour tenter de calmer le jeu. Au même moment meurt le malheureux François II après une douloureuse maladie. Il n’aura régné que 17 mois !

Source historique herodote.net/Bio/Francois_II : https://www.herodote.net/Bio/Francois_II-biographie-RnJhbudvaXMgSUk=.php

En français moderne, un laboureur est une personne qui laboure la terre, sans notion de statut. Sous l’Ancien Régime et jusqu’au 16ème siècle, « laboureur » désignait un statut, celui du paysan qui possédait la terre qu’il cultivait et au moins un attelage, cheval ou paire de bœufs, et charrue.

Hiérarchisation du monde paysan : Sous l’Ancien Régime en France, les laboureurs sont généralement des paysans qui se sont enrichis et ont ainsi réussi à échapper partiellement au système de la féodalité. Ils sont considérés comme des notables des campagnes, très présents dans les assemblées villageoises et, parfois, interlocuteurs directs du seigneur du lieu.

Certains sont très riches (tel le « coq de village » qui dispose des moyens de culture, notamment du train d’attelage et des bêtes de trait qu’il prête aux autres paysans), d’autres moins, mais ils représentent néanmoins l’élite de la paysannerie avec les fermiers aisés. De leurs terres, ils parviennent à tirer la subsistance de leur famille quelle que soit la conjoncture climatique ou économique. La plupart sont des fermiers qui possèdent un ou plusieurs terrains de culture, du bétail, des semences et du fourrage. Ils louent des superficies très importantes (réserves seigneuriales) qu’ils pourront mettre en valeur grâce à leur capital d’exploitation. Pendant la crise, cependant, les crédits auprès des seigneurs terriens se multiplieront afin de conserver les terres louées. Si les intérêts n’étaient pas remboursés à temps, alors ils étaient expulsés. Au 18ème siècle, certains laboureurs, notamment en Beauce, exploiteront parfois plus de cent hectares dont ils possèdent eux-mêmes une partie.

La catégorie de paysans moins favorisée est celle des « ménagers », ne possédant que de (très) petites parcelles de terre et bien sûr pas de cheval, seulement un âne ou un mulet.

Les plus pauvres, parmi la population rurale active, sont ceux qui louent, au jour le jour, leurs services, leurs forces et ne disposent que de leurs bras, leurs mains. On les désigne donc comme des « journaliers », des « brassiers », des « manouvriers », etc.

Cette distinction est cependant à nuancer selon les époques et les régions.

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboureur

Arbre généalogique des TRITZ : https://inf-os-tech.fr/2020/09/14/origines-de-bernard-tritz/

© Par Bernard TRITZ

Alsace, Munster, Linky, Violation de domicile

lalsace.fr – Environnement – MUNSTER – Linky : une habitante crie à la « violation de domicile »

Une habitante de Munster estime qu’il y a eu violation de son domicile après le passage d’un sous-traitant d’Enedis venu installer un compteur Linky dans les communs de la copropriété.  Photo L’Alsace  /Jean-Daniel Kientz

Jacqueline Monod estime que l’intervention d’un sous-traitant d’Enedis qui a pénétré au sous-sol de la copropriété pour installer un compteur numérique s’est déroulée en dehors de la loi.

Par J.D.K. – 30 juil. 2020 à 18h05 | mis à jour à 18h51 – Temps de lecture : 4 min

Dans la foulée du dé-confinement, le déploiement du compteur Linky a repris, à Munster en particulier, comme le stipule une information succincte publiée sur le site de la commune. Jacqueline Monod ne décolère pas depuis l’intervention d’un employé de la société Solutions 30. C’était le 30 juin au matin. Cette locataire résidant dans une copropriété de trois logements rue des Vosges à Munster occupés par une autre locataire et, sporadiquement par la propriétaire, était absente ce matin-là mais pas sa voisine et la propriétaire. Dans ce cas, la porte donnant accès à la cage d’escalier et au sous-sol n’est pas fermée à clef ; c’est le cas lorsqu’au moins un occupant est présent.  « Il n’y a pas eu de coup de sonnette », selon Mme Monod qui se base sur le témoignage de la voisine qui aurait aperçu l’installateur « par hasard quand il est remonté de la cave ». Il aurait juste dit avant de s’éclipser : « J’ai posé le compteur ».

Jacqueline Monod estime qu’il y aurait eu manifestement « violation de domicile ». Sollicitée 48 heures plus tard, la gendarmerie a refusé d’enregistrer sa plainte. Locataires et propriétaire de la maison ont-ils été avisés du passage d’un employé de Solutions 30, sous-traitant luxembourgeois d’Enedis ? Bien sûr. À deux reprises, Jacqueline Monod a été informée de l’installation prochaine du compteur Linky, qui relève les consommations des parties communes. Quinze jours précédant l’intervention, elle a reçu un ultime message (par SMS) signalant que le déploiement s’opérait dans son quartier…

« On dispose de moins en moins de liberté » : « Mais, je n’en veux pas de ce compteur », martèle la retraitée qui aurait avisé Enedis de son choix « politique » bien avant le déploiement du compteur dans sa commune. Elle met en avant la dangerosité du compteur, la suppression d’emplois liée à l’automatisation de la collecte des données de consommation, et le « bon fonctionnement » de l’actuel compteur électrique implanté dans son logement. « Des milliards pour remplacer des compteurs qui fonctionnent très bien, je ne comprends pas ». Au-delà de son point de vue sur le compteur Linky qui met en émoi des milliers de consommateurs en France, cette Munstérienne estime que l’opérateur Enedis lui impose un compteur numérique dont elle ne veut pas entendre parler.

« On dispose de moins en moins de liberté et cela d’une manière insidieuse. Il est hors de question que le Linky soit installé dans mon logement ». De temps à autre, un passant ou des touristes s’arrêtent devant le panonceau installé sur la palissade de la propriété. D’une belle écriture régulière, Jacqueline Monod dénonce notamment le comportement de « l’empire Enedis » et achève son coup de gueule par trois mots suivis d’un point d’interrogation : « Sécurité, liberté, démocratie ».

La liberté de « refuser ou d’accepter » : Beaucoup d’éléments contradictoires entourent les conditions d’installation du compteur Linky, mais tout dépend de quel « côté » de la barrière on se situe. Les anti-Linky s’appuient sur l’article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales (car les compteurs sont propriétés des collectivités et l’opérateur en assure par délégation la gestion) stipulant qu’une personne « dépositaire de l’autorité publique n’a pas le droit d’intervenir sur des parties privatives intérieures ou extérieures d’une propriété privée sans le consentement du propriétaire ».

Selon Romy Lochert, avocate au barreau de Colmar, la violation de domicile mis en avant par Mme Monod ne tiendrait pas, sauf si la copropriété où elle réside avait avisé Enedis de son refus de voir installer le compteur dans les communs après le premier avis de passage. Selon Enedis, le remplacement du compteur est présenté comme « obligatoire » et conforme à la « loi ». L’opérateur a par ailleurs prévu une « fiche » pour les sous-traitants en cas de difficultés. Dans la plupart des cas, cette fiche indique dans la case « Conduite à tenir » : « Remplacer le compteur normalement ». Il y a tout de même jurisprudence.

En septembre 2018, le tribunal administratif de Toulouse avait pris une décision, conduisant Enedis à renoncer à l’installation les compteurs nouvelle génération, du moins à Blagnac, sans autorisation préalable de ses habitants. La ville de Blagnac avait en effet pris un arrêté pour garantir à ses administrés la liberté « d’exercer leur choix à titre individuel et sans pression pour refuser ou accepter l’accès à leur logement ou propriété, la transmission des données collectées à des tiers partenaires commerciaux de l’opérateur ».

Lire la Source : https://www.lalsace.fr/environnement/2020/07/31/le-compteur-linky-malgre-tout

© Par Bernard TRITZ

Strasbourg – La région et ES amorcent la pompe

20 minutes.fr – Grand Est – Alsace – Strasbourg – La région et ES amorcent la pompe

©2006 20 minutes – Publié le 11/09/06 à 00h00 — Mis à jour le 11/09/06 à 00h14

Inciter les foyers alsaciens à installer des pompes à chaleur.

C’est le but de l’accord, signé vendredi, entre le conseil régional d’Alsace et Electricité de Strasbourg (ES).

Les ménages qui opteront pour cette solution dans leurs maisons individuelles, neuves ou rénovées, se verront attribuer par la région 200 à 400 €, sous conditions de ressources.

Cette somme pourra s’ajouter aux 200 à 600 € versés par ES. Il s’agit d’éviter aux ménages modestes le chauffage électrique qui « coûte plus cher » à terme, a souligné vendredi Adrien Zeller, président (UMP) de la région.

Ces incitations financières ont suscité des réserves de la part des conseillers régionaux Verts et PS.

La pompe à chaleur permet en tout cas de récupérer les calories souterraines pour alimenter des planchers chauffants ou des radiateurs, divisant la consommation d’électricité par trois par rapport à celle d’un radiateur branché sur une prise de courant classique.

L’investissement initial s’élève à 20.000 € pour 150 m2.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/strasbourg/107704-20060911-strasbourg-la-region-et-es-amorcent-la-pompe

FR3 Grand Est – Alsace – Arnaque Pompes À Chaleur

FR3 Grand Est – Alsace – Arnaque Pompes À Chaleur

Bravo à M. Konan Kouadio, aux deux groupes Facebook,

Anarque Pompe A Chaleur
Tous ensemble… pour la bonne cause !

à M. Éric Kleinhoffer  journaliste pour France 3 Alsace

Aux administrateurs et administratrices des 2 Groupes Facebook qui se sont mobilisés afin de faire entendre le mécontentement de plusieurs centaines de personnes (clients lésés ou spoliés, arnaqués) qui sont les victimes de sociétés peu scrupuleuses, de vendeurs sans scrupules qui font des promesses d’aides de l’État allant venir baisser l’endettement, pour obtenir la signature qui engage, le plus souvent un crédit à la consommation.

Sans compter les dysfonctionnements, dégâts et autres malfaçons, ne respectant pas les Normes de qualité et de sécurité attendues.

Ci-dessous le lien permettant de voir l’enregistrement de l’émission traitant de ce dossier FR3 Grand Est – Alsace – Arnaque Pompe À Chaleur.

Lien YouTube : https://youtu.be/jeq-thbyz6o

Merci à Letty Lilou Zoé Paul pour ce lien YouTube.

Lire la Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-alsace?fbclid=IwAR2U5tiD6O23kFw2CuSqgsxXohRGeCmRghBj26V9F_LUOYYUtxJnQ6jysAM