Twitter : Une panne mondiale

msn.com – 20minutes.fr – Twitter victime d’une panne mondiale, mais pas d’un piratage !

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le vendredi 16 octobre 2020 à 05h30.

La situation devrait progressivement revenir à la normale ce vendredi matin.

© Pixabay Illustration de Twitter.

WEB – La situation devrait progressivement revenir à la normale ce vendredi matin : La panne a duré plus de trois heures. Twitter revenait progressivement à la normale vendredi matin après un incident mondial qui a, selon l’entreprise, été causé par un problème technique et pas un piratage comme en juillet.

La panne semble avoir commencé vers 23h30 jeudi (heure de Paris). « Twitter a été à plat pour beaucoup d’entre vous et nous travaillons à un retour à la normale pour tout le monde », a twitté le groupe californien. « Nous avons eu des problèmes avec nos systèmes internes et n’avons aucune preuve d’une faille de sécurité ou d’une attaque informatique ».

Vers minuit, il était possible d’effectuer certaines actions, comme retweeter un message, mais beaucoup d’utilisateurs ne parvenaient toujours pas à envoyer un nouveau tweet. Ils continuaient à recevoir le message affiché lors du début de la panne. « Un problème est survenu, mais ne vous inquiétez pas. Réessayez », indiquait le réseau à plusieurs utilisateurs qui essayaient de tweeter.

Sur le site Downdetector, des signalements d’internautes empêchés de se servir de la plateforme arrivaient de partout dans le monde, et plus particulièrement des zones densément peuplées aux Etats-Unis et au Japon.

Une panne au mauvais moment : Cette panne est intervenue au mauvais moment pour Twitter. Le réseau social subit depuis mercredi matin la colère de la droite américaine et de nombreux observateurs, mécontents que la plateforme ait décidé de bloquer le partage d’un article fondé sur des documents piratés et compromettants pour Joe Biden, le candidat démocrate à la présidentielle, donné gagnant par la plupart des sondages.

Les géants des plateformes subissent régulièrement des pannes de grande ampleur. Twitter en avait connu une d’une heure en juillet 2019, une de plusieurs heures il y a un an, et encore une autre en février dernier. Mais ces pannes techniques ont beaucoup moins inquiété les utilisateurs que les attaques informatiques.

En juillet, le réseau des gazouillis a été victime d’une cyberattaque spectaculaire : les comptes de personnalités américaines, dont Joe Biden, l’ancien président Barack Obama ainsi que les fondateurs d’Amazon (Jeff Bezos), de Microsoft (Bill Gates), et de Tesla (Elon Musk), ont été piratés. Des messages postés sur 130 comptes en tout, pour la plupart rapidement supprimés, donnaient aux internautes 30 minutes pour envoyer 1.000 dollars en bitcoins afin de gagner le double de cette valeur en retour.

Plusieurs jeunes Américains, de 17 à 22 ans, ont depuis été inculpés. Ils auraient ciblé une poignée de salariés de Twitter via une opération d’hameçonnage par téléphone, afin d’obtenir leurs identifiants. En septembre 2019, la plateforme à l’oiseau bleu avait aussi fait face à une attaque brève, mais embarrassante : le compte de Jack Dorsey, patron et fondateur de Twitter, avait été piraté et des messages insultants ou racistes avaient été postés en son nom.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/twitter-victime-dune-panne-mondiale-mais-pas-dun-piratage/ar-BB1a4OVA#image=1

© Par Bernard TRITZ

Présidentielle américaine : Pubs politiques, résultats, désinformation

20minutes.fr – High-tech – Présidentielle américaine : Pubs politiques, résultats, désinformation… Facebook dévoile des mesures pour protéger l’élection. MODÉRATION : Critiqué pour son laxisme, le réseau social a suspendu notamment les publicités politiques et empêchera un candidat de revendiquer l’élection avant les résultats officiels.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 04/09/20 à 01h08 — Mis à jour le 04/09/20 à 01h08

Mark Zuckerberg a témoigné via vidéo devant le Congrès américain le 29 juillet 2020. — Mandel Ngan/AP/SIPA

Facebook fait un petit pas dans la bonne direction. Attaqué pour son laxisme face à la désinformation et la manipulation de contenus, le réseau social a annoncé jeudi qu’aucune nouvelle publicité politique ne pourrait être diffusée sur sa plateforme dans la semaine précédant l’élection présidentielle américaine du 3 novembre. Les annonceurs pourront toutefois continuer à diffuser les publicités partagées avant cette période, ces dernières étant ajoutées à la bibliothèque publicitaire de Facebook.

« Cette élection ne sera pas une élection habituelle. Nous avons tous la responsabilité de protéger notre démocratie », s’est justifié le patron du géant californien Mark Zuckerberg dans une publication sur sa page personnelle Facebook. « Cela consiste à aider les gens à s’inscrire sur les listes électorales et à voter, à lever la confusion sur le fonctionnement de cette élection et à prendre des mesures pour réduire les risques de violence et de troubles sociaux », a-t-il poursuivi. Parallèlement, Facebook a également signalé une publication de Donald Trump, jeudi, dans laquelle le président américain encourageait ses supporteurs à voter deux fois en Caroline du Nord

Vigilance sur les résultats officiels : À cet égard, Zuckerberg a dit s’inquiéter de possibles mouvements violents de contestation des résultats, ces derniers pouvant ne pas être connus avec certitude avant « des jours voire des semaines ». Pour cette raison, il a annoncé que si un candidat ou un parti essayait de revendiquer la victoire avant que tous les résultats soient connus, un lien apposé à leur publication redirigerait les lecteurs vers les résultats officiels.

Parmi les autres mesures, Facebook s’est engagé à retirer les publications assurant qu’aller voter entraînerait une contamination au coronavirus, à limiter le partage d’articles sur le chat Messenger pour éviter que des « Posts » de désinformation ne deviennent viraux et à lutter contre les tentatives de restriction du droit de vote via des publications mensongères.

Eviter une répétition de 2016 : Ce durcissement de politique intervient alors que la plateforme avait jusqu’à présent choisi de privilégier la liberté d’expression et d’autoriser les publicités politiques quand son rival Twitter les a interdites dès 2019. L’entreprise de Mark Zuckerberg a été particulièrement critiquée pour avoir laissé se propager des campagnes d’influence massives, principalement orchestrées depuis la Russie, lors de l’élection présidentielle de 2016.

Cette année, les réseaux sociaux se préparent à d’autres scénarios catastrophes où leurs plateformes seraient utilisées pour contester les résultats du vote. Donald Trump met ainsi régulièrement en doute la fiabilité du vote par correspondance, une méthode prisée aux États-Unis, et cruciale en période de pandémie.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2853471-20200904-presidentielle-americaine-pubs-politiques-resultats-desinformation-facebook-devoile-mesures-proteger-election

© Bernard TRITZ

Présidentielle américaine : Twitter et Facebook épinglent Trump

20minutes.fr – Monde – Présidentielle américaine : Twitter et Facebook épinglent Trump, qui suggère à ses électeurs de voter deux fois. WEB : Le président américain, qui sème le doute sur la fiabilité du vote par correspondance, a tenté de clarifier qu’il ne suggérait rien d’illégal.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 04/09/20 à 03h26 — Mis à jour le 04/09/20 à 03h26

Donald Trump, les bras croisés dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 27 août 2018. — Evan Vucci/AP/SIPA

Carton jaune pour Donald Trump. Le président américain, qui sème depuis plusieurs mois la confusion sur le vote par correspondance en vue de la présidentielle du 3 novembre, s’est fait épingler par Twitter et Facebook pour avoir suggéré à ses partisans de voter deux fois.

« Laissez-les envoyer leur vote (par correspondance) et laissez-les voter en personne », a-t-il lancé mercredi, interrogé sur le système en place en Caroline du Nord, l’un des Etats-clés de l’élection du 3 novembre. « Si leur système est aussi bon qu’ils le disent, alors ils ne pourront pas voter (deux fois) », a-t-il poursuivi, sur le registre volontiers provocateur qu’il affectionne.

Dans une longue série de tweets jeudi, il a tenté de rectifier un peu le tir, tout en continuant à entretenir la confusion. Il a assuré qu’il conseillait de ne voter qu’en personne qu’après avoir vérifié que son vote par correspondance n’avait pas été compté. Pas de quoi satisfaire Twitter et Facebook, qui ont épinglé les messages présidentiels, expliquant qu’il était illégal de voter deux fois.

Les démocrates indignés : Depuis plusieurs mois, le locataire de la Maison Blanche émet des doutes sur la validité du scrutin à venir. Il martèle – sans le moindre élément concret à l’appui – que le recours accru au vote par correspondance en raison de l’épidémie de Covid-19 pourrait entraîner des fraudes massives.

« Il est illégal de voter deux fois lors d’une élection », a rappelé Karen Brinson Bell, directrice du Bureau des élections de Caroline du Nord. L’ancien candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders a vivement dénoncé les propos présidentiels.

« Pendant des années, Donald Trump a menti sur les  »fraudes électorales ». Aujourd’hui, il appelle les habitants de Caroline du Nord à commettre un délit en votant deux fois », s’est-il insurgé. « Ce président ne croit pas en la démocratie. C’est un autoritaire qui doit être vaincu », a-t-il ajouté.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/monde/2853659-20200904-presidentielle-americaine-twitter-facebook-epinglent-trump-suggere-electeurs-voter-deux-fois

© Bernard TRITZ