Sans permis : AMI à 6.000 €

20minutes.fr – PODCAST. « Tik Tech » : Que vaut la voiturette électrique sans permis AMI, à 6.000 euros ? – « MINUTE PAPILLON ! » : Dans notre rendez-vous « ik tech », le journaliste high-tech Christophe Séfrin analyse ce nouveau petit véhicule électrique.

Par Anne-Laëtitia Béraud – Twitter – Publié le 08/09/20 à 12h15 — Mis à jour le 08/09/20 à 12h15

La voiturette électrique « Ami » de Citroën, le 27 août 2020 à Paris — C. Séfrin/ 20 Minutes

Aujourd’hui dans le podcast « Minute Papillon ! », on retrouve notre rendez-vous tech « Tik Tech », avec un test non sponsorisé : le petit véhicule électrique AMI, de Citroën.

Cette « solution de mobilité électrique » pour la ville, selon le constructeur, dispose d’une autonomie de 75 km à 45 km/h maxi. Ce petit quadricycle que 20 Minutes a testé peut-être conduit sans permis, dès 14 ans.

Véhicule pour le centre-ville et sa périphérie : Il est vendu à partir de 6000 euros, avec des solutions de location à 19,99 euros par mois, après un premier apport.

Les conclusions de notre journaliste, les points forts et faibles de ce pot de yaourt pour les centres-villes et leurs périphéries, c’est à écouter dans notre podcast du jour.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/podcast/2852299-20200908-podcast-tik-tech-vaut-voiturette-electrique-permis-ami-6000-euros

Essai Citroën AMI

© Bernard TRITZ

Pompes à Chaleur : offres mirifiques trompeuses

Offres mirifiques trompeuses : alléchantes généreuses, surtout trompeuses. Ces offres sont presque toutes orientées dans le même but, constituer un fichier de prospects qui sera utilisé souvent vendu, car le plus souvent non déclaré à la CNIL, sinon cela serait indiqué.

Une affiche alléchante, un seul but, tester, remplir un questionnaire. Pas de détails accessible avant.

Les fameuses et fumeuses aides sont toujours annoncées au même niveau 10.000,00€.

Laissant apparaître un reste à payer de 3.500,00€.

Pour un tarif au départ de 13.500,00€

Toutes les techniques s’orientent sur le même profil, le commercial fait des promesses griffonnées sur un bout de papier, un brouillon, tellement brouillon.

Pour mon dossier personnel toutes les promesses du commercial aucune n’a été tenue… Cela frisait la correctionnelle. Finalement c’est l’équipe des deux patrons associés qui ont repris le dossier en mains.

L’enlèvement de la cuve de fioul, cela avait été promis. Promesse non-tenue ! J’ai été obligé et contraint de m’en occuper seul.

Cadeau d’un sèche serviettes dans la Salle de bains. Promesse non-tenue !

Je devais signer un dossier de crédit, sur lequel, à chaque rentrée d’aide je pouvais faire un remboursement anticipé avec 1% de frais, une fois les 4 aides touchées, le solde des 3.500,00€ aurait été acquitté dans l’année…

Je n’ai pas signé de dossier de crédit. J’ai payé. De toutes les aides qui devaient pleuvoir, une seule est arrivée, celle de l’EDF 3.500,00€. Merci EDF pour avoir exécuté ce dossier jusqu’au bout.

En fait sur la présentation commerciale du montage financier sur 13.500,00 €, 10.000,00€ d’aides de l’État ou gouvernementales et 3.500,00 à payer en solde… C’est très exactement, dans les faits, l’inverse : j’ai payé 13.500,00 € et reçu une aide 3 mois après de 3.500,00€.

Cela ressemble fort à une énorme Tromperie en bandes organisées tellement les montages, propositions commerciales, se ressemblent.

Il faut s’armer de patience et être circonspect. La prudence mère de sûreté est de mise. Il est très prudent de bien réfléchir analyser avant de s’engager.

Aujourd’hui je n’ai plus de chaudière au fioul, ni ballon d’eau chaude, ni cuve de fioul. Avant le ballon d’eau chaude traditionnel pompait tous les jours à midi, 2,400 kW.

Avec la pompe à chaleur Mitsubishi, uniquement 1,500 kW tous les 2 jours. Ou en équivalence 0,75 kW par jour au lieu des 2.400.

Cela est un bénéfice non négligeable.

Autre intérêt, je pilote depuis mon téléphone ou ma tablette la PAC. Efficace et précis.

© Bernard TRITZ

Corée du Sud : Robots serveurs

20minutes.fr – High-tech – Coronavirus : Des restaurants font appel à des robots serveurs en Corée du Sud. RESTAURATION : Distanciation oblige, l’objectif de ces robots serveurs est de réduire les contacts entre les clients et le personnel de salle.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 06/09/20 à 14h05 — Mis à jour le 06/09/20 à 14h05

Les robots serveurs pour faire face au coronavirus dans les restaurants en Corée — Geeko

La première vague de l’épidémie de Covid-19 a été relativement bien maîtrisée en Corée du Sud, mais depuis quelques semaines, le nombre de nouveaux cas ne cesse de croître dans le pays du Matin calme. Les autorités locales ont donc mis en place de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de la pandémie. Des mesures de sécurité que certains renforcent grâce aux nouvelles technologies.

C’est notamment le cas de l’opérateur de télécommunications KT, également actif sur le secteur des nouvelles technologies. Ce dernier vient en effet d’annoncer le déploiement de robots serveurs dans certains restaurants, rapportent nos confrères de ZDnet. Ces robots sont destinés à assurer le service en salle, afin de réduire les contacts entre les clients et le personnel, ainsi que la charge de travail des serveurs humains.

Les robots serveurs ou AI Serving Robot sont en mesure de cartographier une salle de restaurant et de s’y déplacer grâce à une technologie de conduite autonome tout en évitant les obstacles. Grâce à leur cartographie spatiale 3D de l’espace, ils sont également en mesure de savoir où se trouve chaque table et de s’y rendre sans encombre, assure l’opérateur. Pensés pour le service, les robots arborent une conception qui leur permet de porter jusqu’à 4 plateaux à la fois.

Très pratique en temps de pandémie : Dans un premier temps, les AI Serving Robots seront déployés dans l’un des restaurants de la chaîne Mad for Garlic, à Séoul. Après quoi, les robots serveurs seront déployés dans d’autres établissements de la chaîne, si tout se passe bien.

Les robots de KT ne sont pas les premiers à servir dans les restaurants, mais il est vrai que le cadre actuel s’y prête plutôt bien en dehors de l’aspect divertissement et technologique. Plus tôt cette année, KT avait également mis au point des robots désinfectants pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2853055-20200903-les-robots-serveurs-pour-faire-face-au-coronavirus-dans-les-restaurants-en-coree

© Par Bernard TRITZ

Facebook Messenger : nombre de transferts limité

20minutes.fr – High-tech – Fake news : Facebook Messenger limite le nombre de transferts autorisés pour un même message. FAKE NEWS : Désormais, les utilisateurs de Messenger ne pourront plus transférer le même message plus de cinq fois à leurs contacts.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 05/09/20 à 15h05 — Mis à jour le 05/09/20 à 15h05

Facebook Messenger (illustration). — Pixabay / kropekk_pl

Facebook Messenger a annoncé ce jeudi une nouvelle mesure pour lutter contre la propagation des chaînes de messages. Les utilisateurs ne pourront désormais plus transférer plus de cinq fois un même message, rapporte Presse-Citron.

« Limiter les transferts est un moyen efficace de ralentir la propagation de fake news virales et de contenus dangereux susceptibles de provoquer des dommages dans le monde réel », explique Facebook dans un billet de blog. L’application entend ainsi lutter contre la désinformation, les théories du complot et les incitations à la violence.

Une mesure déjà présente sur WhatsApp : En pleine crise sanitaire du coronavirus, Facebook entend ainsi limiter la diffusion de fausses informations relatives au virus. Mais la mesure servira aussi à assurer une meilleure information des utilisateurs à l’approche des élections présidentielles américaines et d’autres grandes élections à venir dans d’autres pays.

Un tel système de limitation des partages existe déjà sur WhatsApp. Un message ne peut être transféré que cinq fois à des contacts ou groupes, et même une seule fois pour les contenus « hautement transférés ». Selon WhatsApp, le partage de fake news et contenus problématiques a été réduit de 70 % depuis.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2854183-20200905-fake-news-facebook-messenger-limite-nombre-transferts-autorises-message

© Par Bernard TRITZ

Coronavirus : questions sur les tests PCR

20minutes.fr – Santé – Coronavirus : Les réponses à vos questions sur les tests PCR, sérologiques et salivaires. Vous, vous interrogez : Alors que la circulation du virus est active dans plusieurs régions françaises, certains internautes s’interrogent sur les tests.

Par Oihana Gabriel – Twitter – Publié le 02/09/20 à 12h13 — Mis à jour le 02/09/20 à 12h13

Illustration d’un test PCR, dans le nez, à Paris le 31 août 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Pour éviter que l’épidémie ne prenne davantage de vigueur, le gouvernement espère arriver à 1 million de tests PCR par semaine dès ce début septembre.

Mais il n’est pas évident de s’y retrouver dans les divers tests proposés.

20 Minutes a proposé à ses lectrices et lecteurs de poser leurs questions, afin d’y répondre.

Face au coronavirus, pas simple de s’y retrouver entre les tests sérologiques et virologiques, les obligations de dépistage régulièrement modifiées… Pour tenter d’être au plus près de vos préoccupations, 20 Minutes vous a proposé de poser vos questions sur le sujet. Voici quelques réponses.

Sophie : « Quel test est plus fiable, le test nasal ou la prise de sang ? » :  Ces deux tests ne répondent pas à la même question. Le test nasopharyngé, dit PCR, permet de dire si vous avez actuellement le Covid-19. Le test sanguin permet, lui, de savoir si vous avez déjà été en contact avec ce coronavirus et si vous avez développé des anticorps.

Autre différence, la façon de faire. Le test virologique, le PCR, se réalise dans le nez : on enfonce un écouvillon (une sorte de long coton-tige) profondément pour prélever des cellules. C’est plus ou moins douloureux et ce test se réalise à l’hôpital, en laboratoire de ville ou via des drives, mais pas en pharmacie. En revanche, le test sérologique, par simple prise de sang, peut se faire en pharmacie, sans rendez-vous. Mais dans ce cas, il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

Question fiabilité maintenant : c’est là que le bât blesse. Si votre test PCR est positif, cela veut dire que vous avez le Covid-19. En revanche, s’il est négatif, il y a moins d’assurance car il existe 20 à 30% de tests faussement négatifs. Pour les tests sérologiques, qui vous disent si vous avez déjà eu le Covid-19, le problème est que l’on ne sait pas à l’heure actuelle pendant combien de temps nos anticorps nous protègent contre cette maladie. Par ailleurs, selon l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, interrogé par le Journal des Femmes, environ 5 % de ces tests pourraient être des faux positifs.

Céline : « Si un élève de la classe de mon enfant a le COVID-19, les enfants doivent-ils tous obligatoirement se faire tester ? Et les parents également ? Ou une mise à l’écart de quatorze jours suffit-elle ? » :

Pour le moment, le protocole annoncé par Jean-Michel Blanquer mercredi 26 août prévoit que si un enfant ou un personnel à l’école, au collège ou au lycée est symptomatique, des tests seront réalisés. Ceci afin de « remonter la chaîne de contamination pour prendre des mesures d’isolement ». Normalement, les cas contacts de l’enfant, ses camarades et ses parents doivent être testés.

Cela pourra conduire à la fermeture d’une classe, voire d’une école, après décision prise avec les autorités de santé. Par ailleurs, selon le site du ministère de l’Education nationale, « les parents s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles. »

Que se passe-t-il si votre enfant commence à avoir de la fièvre ou à tousser quand il est à l’école ? L’élève est isolé avec un masque sous la surveillance d’un adulte, qui porte également un masque. Les parents seront rapidement contactés et il vous faudra prendre rendez-vous avec votre médecin avant tout retour en classe.

Christine : « Les tests salivaires verront-ils le jour en France ? Dans combien de temps ? » : Les tests salivaires soulèvent un certain espoir : plus rapides, moins douloureux, ils seraient bien utiles en ces temps de dépistage massif, notamment sur les enfants… Problème, leur fiabilité n’est pas encore acquise. Pour que ces tests salivaires soient validés, et qu’ils soient donc disponibles en France, il faudra attendre les conclusions de plusieurs études qui viennent d’être lancées, a annoncé le ministère de la Santé. « Il faut premièrement s’assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus », car le Sars-Cov-2 pourrait y être présent en moins grande quantité que dans le nez et la gorge, précise la direction générale de la Santé (DGS), interrogée par l’AFP. Une étude en ce sens a été lancée en Guyane, au Centre Hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne. Une autre étude « démarrera dans les prochains jours » à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour déterminer si la technique d’analyse dite RT-PCR, qui cherche la présence du matériel génétique du virus, est aussi fiable sur la salive que sur un prélèvement naso-pharyngé. Il est donc un peu tôt pour donner une date…

Florinne : « Si un proche a été testé positif à un test sérologique, est-il nécessaire pour moi d’en faire un aussi ? » : Non, un test sérologique positif, donc sanguin, vous dit que ce proche a été en contact avec le virus, pas qu’il est malade et contagieux en ce moment.

Cependant, si un de vos proches a fait un test virologique positif, PCR donc, vous pourriez être infecté, et donc un « cas contact ». Donc, premier réflexe, appelez votre médecin traitant ou les services de l’Assurance Maladie. Puis, réaliser un test nasopharyngé (PCR), même sans ordonnance, et vous devrez rester en « quatorzaine préventive » le temps de recevoir les résultats.

Si votre conjoint est infecté, il y a peu de doutes, vous devez vous faire tester. Mais si c’est un collègue ? Ce document du ministère du Travail rappelle les situations dans lesquelles le virus risque de se propager : « même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou discussion de plus de 15 minutes en l’absence de mesures de protection ». En clair, c’est dans la cafétéria ou à la cantine que le risque augmente…

Nicolas : « Peut-on faire un test gratuitement, sans ordonnance et où ? » : Depuis le 25 juillet, il n’y a plus besoin d’ordonnance pour réaliser un test PCR, et il n’est pas non plus obligatoire de présenter des symptômes. Par ailleurs, il est désormais remboursé par la Sécurité sociale (ne pas oublier sa carte Vitale quand on va faire le prélèvement !). La question la plus compliquée, c’est plutôt où aller ? La plupart des laboratoires privés proposent des prélèvements sur rendez-vous. Plusieurs sites peuvent être utiles pour prendre rendez-vous : la plateforme Doctolib propose des créneaux spécifiques pour faire le test PCR, tout comme le site santé.fr, réalisé par le ministère de la Santé. Si vous préférez le drive, ce site liste tous les lieux où sont organisés des drive-in en France. Enfin, toutes les Agences régionales de santé proposent sur leur site une carte avec les différents lieux où vous pourriez réaliser un test.

S’il y a urgence ou embouteillage, il est tout de même possible de trouver un laboratoire qui accepte Certains, moins nombreux, acceptent les prises en charge sans rendez-vous, mais il faut en général attendre longtemps, surtout à Paris

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/sante/2851215-20200902-coronavirus-reponses-questions-tests-pcr-serologiques-salivaires

© Bernard TRITZ

AMAZON Halo

20minutes.fr – High-tech – Amazon Halo : Le bracelet connecté qui traque la graisse et analyse les émotions. INNOVATION : Le bracelet coûte 65 dollars en prévente aux Etats-Unis.

Par 20 Minutes avec agences – Publié le 28/08/20 à 12h01 — Mis à jour le 28/08/20 à 12h01

Amazon sort un nouveau bracelet connecté — Mark Lennihan/AP/SIPA

Ramenez-vous le stress du travail à la maison ? Un bracelet connecté Amazon peut vous le dire, en plus d’analyser la qualité de votre sommeil ou la répartition de votre graisse corporelle.

Le géant du commerce en ligne et des technologies commercialise depuis ce jeudi un bracelet sans écran, baptisé Amazon Halo. Ce dernier, mesure et évalue en permanence l’activité physique des utilisateurs grâce à des systèmes d’intelligence artificielle.

Amazon Halo

La voix analysée : Comme pour de nombreux accessoires connectés, l’idée est d’évaluer sa santé et son bien-être de façon précise et personnalisée. Un détail étonnant s’ajoute : la fonction « Tone » (tonalité) détermine si la voix du porteur sonne de façon plus ou moins positive, afin de « mieux comprendre comment son ton est perçu par les autres, et l’aider à améliorer sa communication et ses relations », explique un communiqué du groupe. « Tone peut révéler qu’un appel professionnel difficile conduit à une communication moins positive avec la famille d’un client, soit une indication de l’impact du stress sur le bien-être émotionnel ».

Le bracelet transcrit l’intensité des mouvements pendant l’exercice sportif, la qualité du sommeil, le rythme cardiaque et d’autres variables dans un système de points. Courir rapporte plus de points que marcher, par exemple. L’utilisateur peut choisir de partager ses résultats avec des partenaires, comme des applis de régime. Amazon assure que toutes ces informations très personnelles seront protégées et pourront facilement être supprimées. Pour la fonction « Tone », les enregistrements vocaux sont analysés directement sur le smartphone et effacés immédiatement après.

Changer les habitudes : Le bracelet coûte 65 dollars en prévente aux Etats-Unis avec 6 mois d’abonnement aux fonctionnalités avancées. Il sera ensuite vendu 100 dollars avec un abonnement mensuel de 4 dollars.

« Malgré l’expansion des services et appareils de santé numériques durant la décennie écoulée, nous n’avons pas assisté à des améliorations proportionnelles de la santé de la population américaine », note Maulik Majmudar, responsable de l’aspect médical du bracelet. Avec ce nouvel accessoire, Amazon espère donc changer les habitudes.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2848551-20200828-amazon-halo-bracelet-connecte-traque-graisse-analyse-emotions

© Bernard TRITZ

Snack Tino Marignane : Retour de congés, reprise des services

Par Bernard TRITZ, édité le jeudi 27 août 2020 à 14h28

Le Restaurant de Marignane le Snack Tino a réouvert hier mercredi 26 août 2020 après une fermeture annuelle de 3 semaines de congés.

Nous avions réservé pour ce jeudi 27 août 2020, pour midi.

Ce fut une bonne idée, car nous avons été très bien accueillis et nous nous sommes laisses tenter par le Plat du jour.

Bonne idée !

C’était succulent et très bien servi, la sauce du plat du jour, je ne vous raconte pas.

Tino est un professionnel des sauces de ses secrets.

Google Maps – Géolocalisation du Snack Tino à Marignane

Le Plan d’accès ci-dessus, adresse connue et reconnue dans Google Maps : saisir Snack Tino Marignane.

Entrée du marché du jour
Brochette de blancs de poulet, sauce citronnée, gratin dauphinois haricots verts
Mousse au chocolat du chef

Café

Boissons au choix

Le tout pour 15,00€

Le caractère particulier, c’est la convivialité, la bonhomie, simplicité, bonté, bienveillance, gentillesse, amabilité.

Tous les clients se saluent, disent bonjour en souriant, tout en respectant le port du masque dans les déplacements, les gestes barrière, le circuit de déambulation, le gel…

© Bernard TRITZ

Apple : iPhones assemblés au Mexique ?

20minutes.fr – High-tech – Apple : Des iPhone pourraient bientôt être assemblés au Mexique. DÉLOCALISATION ? : Entre la guerre commerciale et la crise du coronavirus, Apple cherche des solutions.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 26/08/20 à 16h52 — Mis à jour le 26/08/20 à 16h52

Une usine Foxconn fabriquant des iPhones pour Apple en Chine (illustration). — Hon Siu Keung/EPN/NEWSCOM/SIPA

Dans un monde en pleine mutation, les fabricants de produits électroniques repensent leur stratégie. Plusieurs constructeurs assemblant des iPhones pour Apple envisageraient de déplacer leur production au Mexique, rapporte Reuters, relayé par Presse-Citron.

Apple possède déjà des usines de production en Inde. Désormais, les fabricants Foxconn et Pegatron, qui assemblent des iPhones, réfléchiraient à s’installer dans le pays voisin des Etats-Unis. Cela permettrait à Apple d’exporter ses smartphones assemblés sans avoir à payer de taxes douanières.

Une décision fin 2020 : Cette solution permettrait aussi d’éviter les éventuels problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement. En effet, la guerre commerciale qui oppose la Chine aux Etats-Unis et la crise sanitaire liée au coronavirus compliquent de nombreuses étapes de production et d’acheminement.

Pour l’heure, rien n’est encore acté. Concernant Foxconn, une décision doit être prise d’ici fin 2020 sur l’ouverture potentielle d’une usine au Mexique. D’ici là, Apple aura présenté sa nouvelle gamme d’iPhone à l’automne. Les smartphones seront équipés de la 5G. Selon les rumeurs, quatre nouveaux modèles pourraient faire leur apparition sur le marché.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2847211-20200826-apple-iphone-pourraient-bientot-etre-assembles-mexique

Les vidéos ci-dessous donnent envie de vomir !

© Bernard TRITZ

Colombie : Meurtres, assassinats

msn.com – Actualité – Monde – Colombie : Des groupes armés font 33 morts en 11 jours. Depuis la signature de l’accord de paix en 2016, c’est un des bilans les plus lourds

Par 20 Minutes avec AFP, publié le dimanche 23 août 2020 à 04h00

© Sébastien Barros Salamanca/Pacif – Une manifestation contre les massacres en Colombie, à Bogota le 21 août 2020.

MASSACRES – Depuis la signature de l’accord de paix en 2016, c’est un des bilans les plus lourds

La violence est à son comble en Colombie. Des groupes armés financés par le trafic de drogue ont fait 33 morts en onze jours dans plusieurs régions du pays. C’est un des bilans les plus lourds depuis la signature de l’accord de paix de 2016. Le week-end a été particulièrement sanglant.

Onze morts pour la seule journée de vendredi : Dix-sept meurtres ont été perpétrés vendredi et samedi. Onze personnes ont d’abord été tuées dans des attaques survenues dans des régions frontalières avec le Venezuela et l’Equateur. Et samedi un « nouveau massacre » a été commis qui a fait « au moins six morts » et deux « disparus », a indiqué Jhon Rojas, gouverneur de Nariño (sud-ouest), une des régions touchées par ces violences. Ces tueries ont suivi peu ou prou le même scénario : un groupe armé fait irruption, et ouvre le feu dans un endroit isolé ou emmène les victimes, pour la plupart des jeunes gens, pour abandonner ensuite leurs corps.

Selon le gouverneur, le président colombien Ivan Duque doit participer à une réunion avec les autorités du Sud-ouest du pays pour examiner la recrudescence de la violence financée par le narcotrafic. Les Nations Unies avaient répertorié jusqu’ici 33 massacres en 2020 en Colombie, dans des territoires en proie aux groupes armés, où dominent l’économie souterraine, la pauvreté et « une présence de l’Etat limitée ». L’ONU répertorie comme « massacre » tout assassinat d’au moins trois personnes perpétré au même moment par le même auteur ou groupe d’auteurs.

Des groupes de délinquants seraient responsables de 78 % de ces meurtres. La grande majorité (80 %) est par ailleurs localisée dans des départements où se trouvent « des enclaves de production illégale de coca », selon l’ONU.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/colombie-des-groupes-arm%c3%a9s-font-33-morts-en-11-jours/ar-BB18gOiN

© Par Bernard TRITZ

The Voice Kids : Cloclo est de retour…

20minutes.fr – Arts-stars – Télévision – « The Voice Kids » : « Je ne me suis pas levé un matin en imitant la voix de Claude François », raconte Jérémy. INTERVIEW : L’adolescent de 15 ans a étonné les coachs et le public grâce à sa voix et son étrange similarité avec celle de Cloclo.

Propos recueillis par Clément Rodriguez – Twitter – Publié le 22/08/20 à 23h14 — Mis à jour le 22/08/20 à 23h14

Jérémy, 15 ans, ne veut pas être considéré comme le Cloclo nouvelle génération — Bureau233/ITV/TF1

– La saison 7 de The Voice Kids s’est ouverte ce samedi soir avec la découverte de (jeunes) talents plus doués les uns que les autres.

– Un adolescent a particulièrement retenu l’attention des coachs grâce à sa voix semblable à celle d’un adulte, et très proche de celle de Claude François.

– Jérémy, 15 ans, livre ses impressions à 20 Minutes après sa prestation et sa qualification dans l’équipe de Jenifer.

Il chante du Claude François comme Claude François… Mais ce n’est pas Claude François ! Ce samedi soir, pour le retour de The Voice Kids à l’antenne, les téléspectateurs de TF1 ont été surpris par Jérémy, un jeune homme de 15 ans. Venu interpréter Le Chanteur Malheureux, l’adolescent a aussi étonné le banc des coachs avec sa voix étrangement similaire à celle de Cloclo. « C’est une blague ? Ah non, ce n’est pas une blague », a même lancé Jenifer en se retournant sur celui qui fait désormais partie de son équipe.

Ce n’est pas la première fois que Jérémy participe à une émission de télévision. Sa voix fait le buzz après son passage dans Le QG, l’émission de Guillaume Pley et Jimmy Labeeu, puis connaît le même destin dans un numéro de C’est mon choix, présenté par Evelyne Thomas. Pour 20 Minutes, le jeune chanteur revient sur son passage dans l’émission, son amour pour son idole et sa voix si particulière.

Comment s’est faite ton arrivée sur The Voice ? : C’est une personne de la production qui m’a contacté pour donner suite à mon passage dans l’émission de Guillaume Pley sur YouTube. J’y ai réfléchi pendant un moment et je me suis dit que c’était la bonne chose à faire. J’avais même pensé à participer à The Voice Kids les années précédentes mais je trouvais que ce n’était pas le bon moment, que je n’étais pas au top de mon niveau. Cette fois-ci, j’avais bien travaillé, ça fait cinq ans que je bosse sans relâche.

On a pu te voir dans les émissions Le QG et C’est mon choix. La scène de The Voice Kids était-elle la plus impressionnante ? : Oui et non, parce qu’une scène, c’est une scène. L’important, ce n’est pas le stress mais le plaisir. Les quatre coachs devant moi, ce n’étaient pas des stars mais des personnes comme les autres. Cependant, sur toutes les émissions, je stresse au moment de la diffusion. TF1 a diffusé un extrait de ma prestation il y a quelques jours, et j’ai été rassuré avec les premiers retours. Mais j’aime aussi quand il y a du mauvais, je demande qu’il y en ait parce que ça me permet de garder les pieds sur terre.

Patrick Fiori très surpris…
Le retour de Cloclo…

Au moment de ta prestation, les coachs pensent que tu es un adulte. Est-ce que tu comprends leur réaction ? : Au début, je ne m’en rendais pas trop compte et quand on s’est trouvés dans les coulisses, qu’on entendait les petites voix aiguës, je me suis dit que j’étais différent. C’est bien justement. L’âge ne représente rien dans la vie. Je trouve même ça mieux qu’on croie que je suis un adulte parce que cela empêche de me cataloguer.

Comment t’est venue cette voix si particulière ? : C’est naturel, c’est ma voix. Je ne me suis pas levé un matin en imitant la voix de Claude François. C’est involontaire. D’ailleurs, je ne pense pas avoir la voix de Claude François. Je sais juste que c’est la mienne. Mais j’ai fait exprès de choisir l’une de ses chansons pour le casting parce que c’est un titre que l’on n’entend plus beaucoup et ça fait du bien de le réécouter. Aujourd’hui, je n’enregistre plus de chansons de Claude François mais j’en fais encore sur scène. J’ai commencé avec lui, donc c’est important de le faire. Mais sur scène, il y a aussi mes chansons à moi.

Est-ce que tu as déjà pensé à t’inscrire à Incroyable Talent avant de passer par The Voice Kids ? : J’ai failli faire l’émission, la même année que Jean-Baptiste Guégan d’ailleurs. J’étais plus jeune, j’avais passé les premiers castings, mais je ne suis pas allé plus loin parce qu’on m’a expliqué qu’il y avait trop d’enfants cette saison-là. Si j’avais fait l’émission et si je m’étais qualifié pour la finale, on aurait pu refaire la guerre entre Claude François et Johnny Hallyday, qui étaient rivaux. Ça aurait été drôle (rires).

Sans trop en dévoiler sur la suite de l’émission, est-ce que tu vas t’ouvrir à d’autres univers ? : J’aime chanter des chansons à textes, j’aime beaucoup les chansons romantiques, les chansons engagées. Cela permet de faire passer des messages différents que l’on ne peut pas passer avec des mots. Je suis quelqu’un qui a du mal à s’exprimer avec la parole et j’ai besoin de ressentir ce que je chante. Si on chante une chanson contraire à l’émotion qu’on peut ressentir, elle ne va pas être sincère.

Qu’est-ce que représente Claude François dans ta vie ? : C’est un modèle. Tout ce que j’ai pu faire artistiquement est inspiré de Claude François, mais je n’écoute pas que ses chansons. C’était souvent le cas avant, moins aujourd’hui parce que j’en ai trop écouté avant. Mais j’ai toujours le plaisir de les réécouter.

Tu as même toute sa gestuelle, c’est impressionnant ! : Ce n’était pas mon but à la base. Quand j’étais gamin, j’aimais bien faire ses choré(graphie)s. On a tous essayé de ressembler à une star… Mais je m’appelle Jérémy Thomas, je ne m’appelle pas Claude François. Le vrai plaisir de vivre la scène, c’est d’être soi-même. C’est important.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/arts-stars/television/2844031-20200822-the-voice-kids-leve-matin-imitant-voix-claude-francois-raconte-jeremy

© Bernard TRITZ

TV : Chaises musicales, mercato

20minutes.fr – Arts-stars – Médias – Cyril Lignac et Eric Brunet débarquent sur RTL. MERCATO : RTL a annoncé ce vendredi 21 août 2020, l’arrivée sur son antenne, pour la rentrée, d’Eric Brunet (ex-RMC) et du chef Cyril Lignac.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 21/08/20 à 10h11 — Mis à jour le 21/08/20 à 10h11

Le Chef Cyril Lignac

Deux jolis coups pour la station de la rue Bayard ! RTL a annoncé ce vendredi l’arrivée sur son antenne pour la rentrée d’Éric Brunet (ex-RMC) et du chef Cyril Lignac, tandis que Bérénice Bourgueil, qui faisait déjà partie de ses voix estivales, coprésentera le nouveau jeu « Tout à gagner ! ».

Éric Brunet, qui animait jusqu’en juillet l’émission de débat Brunet Neumann sur RMC, « présentera tous les dimanches de 13 heures à 14 heures une nouvelle émission pour analyser et décrypter avec son franc-parler les grands sujets d’actualité », et il interviendra également tous les vendredis dans RTL Soir, selon un communiqué de la station. Le journaliste a également rejoint cet été la chaîne d’info LCI.

Le chef Cyril Lignac dans la matinale : Autre nouveauté annoncée par la radio, le chef Cyril Lignac, qui avait brillé sur M6 durant le confinement avec Tous en cuisine, interviendra dans la matinale d’Yves Calvi, à 8h55, pour prodiguer ses conseils aux auditeurs. Son arrivée constitue une nouvelle passerelle entre M6 et RTL, qui font partie toutes deux du groupe M6.

La radio renforce en outre sa grille en faisant appel à Bérénice Bourgueil. L’animatrice belge, qui a fait ses classes outre-Quiévrain sur Bel RTL, était déjà présente dans les grilles d’été de RTL depuis plusieurs saisons. Désormais elle animera avec Bruno Guillon (par ailleurs présentateur de la matinale de Fun Radio et des « Zamours » sur France 2), un nouveau jeu appelé « Tout à gagner ! », programmé en fin de matinée.

« À la bonne heure ! », c’est fini ! Ce jeu remplace l’émission de divertissement A la bonne heure de Stéphane Bern, parti sur Europe 1 après neuf ans à l’antenne de RTL.

La station, toujours engagée dans un duel serré avec France Inter pour la prééminence des audiences radiophoniques, a déjà annoncé toute une série de changements ces derniers mois, qui vont renouveler assez fortement sa grille pour la saison 2020/2021.

Cela inclut le départ de Sidonie Bonnec et Thomas Hugues (qui présentaient La curiosité est un vilain défaut), le lancement d’un nouveau talk-show le samedi matin animé par Karine Le Marchand et Laurent Baffie, ou encore le changement de présentateur de L’heure du crime, Jean-Alphonse Richard succédant à Jacques Pradel.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2843715-20200821-cyril-lignac-eric-brunet-debarquent-rtl

© Par Bernard TRITZ

Google : Fiche d’identité, pour faire quoi ?

20minutes.fr – High-tech – Google permet désormais de se créer une fiche d’identité sur son moteur de recherche. GOOGLE : Emploi, liens vers les réseaux sociaux, mais aussi brève biographie, pourront être renseignés sur ces fiches d’identité.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 14/08/20 à 17h55 — Mis à jour le 14/08/20 à 17h55

Google permet désormais de se créer une fiche d’identité sur son moteur de recherche — Geeko

Le géant du Web a été particulièrement productif ces derniers jours. Après avoir annoncé l’arrivée de Maps sur Apple Watch et CarPlay, ainsi que son projet de transformer tous les smartphones sous Android en détecteur de tremblement de terre, Google dévoile les « cartes de personnes ». Il s’agit de profil public d’utilisateurs qui rassemble plusieurs informations à son propos, comme un lien vers ses différents réseaux sociaux, une brève description ou encore son emploi actuel, et qui s’affiche dans les résultats de recherche de Google.

Les cartes de personnes apparaîtront sur Google Chrome de la même manière que les descriptions de telle ou telle célébrité ou de telle entreprise dans le moteur de recherche. N’importe qui pourra dès lors faire une recherche sur vous en entrant simplement votre nom et prénom sur Google et pourra ainsi consulter votre profil public.

À l’heure actuelle, ces profils publics d’utilisateurs sont testés uniquement en Inde, en anglais. Sur la version locale de son site, Google explique comment cela fonctionne.

Pour créer une carte de personne, un utilisateur devra se connecter à son compte Google et entrer ceci « add me to search » (« m’ajouter à la recherche ») dans le moteur de recherche de la firme américaine. Il sera alors redirigé vers une page spéciale avec un formulaire qu’il n’aura plus qu’à remplir. Le nom, prénom, profession, localisation et une biographique « à propos » sont les éléments à remplir obligatoirement pour créer un profil. Il est possible de rajouter des informations sur ses études, sa ville natale, des liens vers des blogs ou réseaux sociaux, ainsi qu’une adresse mail et un numéro de téléphone. Pour ces derniers points, il ne faudra pas oublier qu’ils seront publics.

Pour quoi faire ? : L’intérêt de cette nouvelle fonctionnalité n’est pas encore très clair à l’heure actuelle. Google tente-t-il de se rapprocher d’un Wikipédia populaire, d’un annuaire voire d’un réseau social ? Difficile à dire.

Dans tous les cas, le potentiel d’abus est important ici. Des personnes pourront usurper l’identité d’une autre pour lui créer un faux profil ou pour renseigner des informations que la personne ne souhaitait pas rendre publiques. Pour éviter ce genre de comportement, Google précise que chaque compte Google ne pourra créer qu’un seul profil et que celui-ci sera authentifié avec un numéro de téléphone. En cas de faux comptes, il sera possible de les signaler.

Reste à voir si ce type de fonction sera proposé dans d’autres pays. Pour l’instant, Google n’a rien indiqué à ce sujet.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2839775-20200814-google-permet-desormais-de-se-creer-une-fiche-d-identite-sur-son-moteur-de-recherche

© Par Bernard TRITZ

Comment éviter les arnaques au phishing?

Voici un article d’un excellent blog sur la cybersécurité

Le Blog de la CyberSécurité

Qu’est-ce-que le phishing?

Le phishing est une technique très utilisée par des pirates informatiques permettant d’obtenir des informations personnelles, notamment du type: login, mots de passe ou bien coordonnées bancaires.

La technique est simple. Elle consiste à faire croire à la victime qu’elle visite le site sécurisé du tiers de confiance – banque, réseau social, administration, etc. – dans le but d’obtenir des renseignements personnels. Afin de ne pas éveiller les soupçons, le pirate aura bien pris le soin de faire une copie exacte du site web sur lequel il veut rediriger ses malheureuses victimes, qui pensent se trouver sur le site internet officiel.

Ne se doutant de rien, la victime va ainsi saisir ses informations qui seront automatiquement récupérées par le pirate. Ce dernier pourra donc avoir accès à toutes les ressources disponibles pour cet utilisateur sur le site du tiers de confiance.

Comment repérer et éviter une tentative…

Voir l’article original 596 mots de plus

Vosges, agriculture, sécheresse, manque d’eau

vosgesmatin.fr – Économie – Vosges – Sécheresse – « Dans quelques années, l’eau coûtera une fortune », estime un maraîcher de Capavenir Vosges.

Par Laurence MUNIER – 05:01 – Temps de lecture : 2 min

Jimmy Leclerc-Frayard cultive autrement en installant des toiles qui gardent l’humidité. Photo VM /Lea DIDIER1 /1

Dans la famille Frayard, je demande l’arrière-arrière-arrière-petit-fils. C’est Jimmy Leclerc-Frayard qui fait pousser les 5.000 m² de jardins de la rue Dutac à Thaon-les-Vosges créés en 1884 au même endroit. Maraîcher, horticulteur, le jeune homme de 25 ans a repris l’exploitation familiale en mars 2014 après l’interruption de son grand-père Daniel (fin 2006).

En plus d’un siècle, les terres thaonnaises en ont connu des périodes de canicule ! Daniel Frayard se souvient de celle de 1976. « Cette année-là a été torride, très sèche. On a dû recreuser notre puits grâce auquel on arrose nos plantations. Dorénavant, nous avons plus de chaleur régulière, ça n’a rien à voir ».

Maintenant, haricots, courgettes, aubergines et autres poivrons se développent sous tunnels. Papy Daniel est persuadé qu’il : « y aura de plus en plus de périodes de grosses chaleurs avec de moins en moins d’eau. Dans quelques années, l’eau coûtera une fortune ».

Jimmy Leclerc-Frayard, arrose ses récoltes depuis plusieurs années avec l’eau toujours puisée dans la source mais de façon différente. « Il a bien fallu penser à de nouvelles techniques. On a un système de goutte à goutte qui se met en route, la nuit, grâce à des programmateurs. Au pied de nos plants, on recouvre également la terre de toile ou de paillage de chanvre, d’écorces de pin ou de cacao broyé. Non seulement ça sert à limiter la mauvaise herbe et ça évite surtout l’évaporation de l’eau », explique le jeune maraîcher qui est jusqu’ici soulagé que sa source ne se tarisse pas. « Cette sécheresse à répétition remet notre métier en question. Il faut bien s’adapter au changement de temps et décaler nos horaires de travail. Nous peignons serres et tunnels en blanc de façon à les protéger du soleil. Et lorsqu’il fait vraiment trop, trop, chaud dessous (52 ou 53° Celsius) on met l’air pulsé en route ».

Lire la Source : https://www.vosgesmatin.fr/economie/2020/08/11/dans-quelques-annees-l-eau-coutera-une-fortune

© Par Bernard TRITZ

Bourses, Record, cours de l’OR…

20minutes.fr – Économie – La hausse record du cours de l’or, reflet du pessimisme lié à la crise économique. PLACEMENT : Début août, l’once d’or a passé la barre symbolique des 2.000 dollars. Investisseurs et particuliers misent sur cette valeur refuge en temps de crise, même si des risques de chute des cours existent…

Par Catherine Abou El Khair – Publié le 11/08/20 à 18h17 — Mis à jour le 11/08/20 à 18h39

Illustration d’un lingot d’or. Lyon, le 29 décembre 2012. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

En août, le prix de l’once d’or a dépassé la barre des 2.000 dollars, battant un précédent record de 2011.

. Dans un contexte de taux d’intérêt négatifs et d’incertitudes liées à la crise économique, les investisseurs, voire des particuliers, misent sur l’or. Sa valeur augmente dans un contexte de prudence et de pessimisme, d’autant que la situation sanitaire actuelle freine le redémarrage de l’économie.

Pour autant, parier sur une hausse de l’or peut se révéler un mauvais calcul.

Est-il « l’or »… de faire des bonnes affaires ? Début août, le prix de l’once de notre cher métal précieux a dépassé la barre symbolique des 2.000 dollars, s’appréciant de plus de 30 % depuis le début d’année. Un record depuis 2011. Dans le contexte de la pandémie, les boutiques spécialisées voient logiquement affluer des particuliers ayant besoin de liquidités ou ceux qui, à l’inverse, veulent en acheter, pariant sur une plus-value future.

« Le cours de l’or bat des records, et ce n’est pas terminé », prédit l’économiste Philippe Herlin sur or.fr, un site spécialisé dans le commerce de ce métal précieux. Les pronostics s’emballent : 2.100 dollars d’ici fin septembre, selon UBS, idem pour JP Morgan, 2.300 selon Goldman Sachs voire 3.000 pour Bank of America fin 2021, comme le rapporte Business Insider. A noter que les cours de l’argent, eux aussi, s’envolent.

Un cocktail de facteurs : De nombreux facteurs expliquent l’envolée de la valeur de l’or et l’intérêt que lui portent les investisseurs (banques, assurances, fonds d’investissement…). La tendance était déjà à la hausse avant l’arrivée de la crise sanitaire liée au coronavirus. Par la politique des banques centrales de baisse des taux d’intérêt, les dettes publiques sont émises à des taux négatifs. Un placement sûr pour les investisseurs, mais alors sans aucun rendement, ce qui augmente l’attrait pour l’or.

Ce n’est pas tout. La guerre commerciale qui s’est déclenchée en 2018 entre la Chine et les Etats-Unis a aussi poussé les prix la hausse. Autre élément : les doutes quant à la production d’or dans les prochaines années, qui pourrait atteindre ses limites  faute de nouveaux gisements. A cela vient s’ajouter  la crise économique directement provoquée par la pandémie.

Le prix du métal précieux étant libellé dans la devise américaine, un recul du billet vert rend également l’or moins cher pour les acheteurs munis d’autres devises. « L’or a augmenté en raison d’une défiance par rapport au dollar. Ceux qui avaient des actifs libellés dans cette monnaie les ont vendus pour acheter de l’or », observe Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

Prudence des investisseurs : Cet intérêt pour l’or traduit plus globalement une défiance quant aux politiques économiques. « Quand les investisseurs se précipitent sur l’or, c’est qu’il y a une perte de confiance dans l’action qui est menée par les banques centrales, explique l’économiste Stéphanie Villers. Si on injecte à chaque fois de l’argent, on imprime de la monnaie. Qui rembourse ? La seule valeur tangible ; c’est cette matière précieuse. »

Dans un tel contexte, banques, assurances et fonds d’investissement jouent la prudence. La demande pour fonds de placements (ETF) adossés au cours de l’or ont explosé. « Il y a une espèce d’incompréhension entre la réalité économique et les cours boursiers, qui se remettent à progresser. Si on est prudents, on se dit qu’ils ont suffisamment augmenté, et qu’il faut aller chercher d’autres pôles de croissance, qui ne sont pas dans l’économie réelle », ajoute-t-elle.

Logique de « fin du monde » : Le cours de l’or se nourrit donc aussi d’un certain pessimisme. « Si, demain, il y a une très mauvaise nouvelle, un problème économique majeur, le cours remontera », poursuit Philippe Crevel. Les petits épargnants peuvent se laisser tenter par un tel placement car ils ont peur pour leur argent. « Il y a une part d’irrationnel. L’Etat s’endette, il y a des messages anxiogènes. Les gens ont peur des faillites des banques, des assurances, ou que l’Etat se serve dans leurs comptes courants. Il y a une logique de fin du monde », ajoute ce spécialiste de l’épargne et de la retraite.

En toute logique, alors que la situation économique est toujours aussi incertaine en raison du Covid-19 et de l’ombre de secondes vagues, il est encore possible de faire des affaires. « Tant qu’on n’a pas de visibilité sur la reprise, il n’y aura pas d’effondrement du cours de l’or », estime Stéphanie Villers. Elle met cependant en garde contre une telle logique, qui envoie un « très mauvais signal de perte de confiance dans le système financier ».

Un décrochage des cours reste possible : Toutefois, pour Philippe Crevel, d’autres arguments invitent à relativiser l’intérêt de cette ruée vers l’or. « Il ne faut jamais suivre la meute, mais la précéder ! Aujourd’hui, acheter de l’or, c’est déjà l’acheter très cher », souligne-t-il, rappelant que sa valeur habituelle a, grosso modo, avoisiné les 1.200 dollars l’once ces dernières années. Or à long terme, les actions comme l’immobilier rapportent plus que l’or, soutient-il.

Le risque d’une baisse des cours n’est pas non plus à exclure, rappelle-t-il à l’attention de ceux qui espèrent des plus-values rapides. « Les investisseurs ont baissé leurs positions en dollar et, dans l’attente, ont acheté de l’or. Mais il est possible qu’ils le revendent très vite », poursuit Philippe Crevel. Le cours de l’or est également susceptible de baisser si la situation économique se rétablit. « En 2013, la crise grecque a été résolue et il y avait davantage d’or sur le marché », rappelle-t-il. En cas de reprise, les investisseurs retourneront aussi à leurs placements classiques, plus rémunérateurs qu’un placement en or qui n’apporte pas de dividendes.

Autre scénario possible pouvant conduire à une baisse : une grosse tempête sur les marchés financiers. Dans une note publiée en mai 2012, la direction générale du Trésor l’a rappelé : « En période de stress extrême, les rendements boursiers et le rendement de l’or sont positivement corrélés, sans doute en raison de la nécessité dans laquelle se trouvent les investisseurs de liquider une partie de leurs positions sur l’or pour couvrir des pertes sur d’autres classes d’actifs », peut-on y lire. C’est ce qui s’est passé début mars : le cours de l’or a subitement décroché, avant de remonter.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/2838031-20200811-hausse-record-cours-or-reflet-pessimisme-lie-crise

© Par Bernard TRITZ

Vente de films en VOD ?

20minutes.fr – High-tech – La vente de films en VOD va-t-elle remplacer la sortie en salle de façon durable ? CINEMA : Reporté à plusieurs reprises, le film Mulan sera finalement proposé sur Disney+ pour la coquette somme de 30 dollars.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 10/08/20 à 10h37 — Mis à jour le 10/08/20 à 10h37

Le film « Mulan » sortira directement sur la plateforme de streaming Disney+ — James Gillham/REX/SIPA

Depuis des mois, les salles de cinéma sont fermées et si certaines rouvrent leurs portes, les mesures de sécurité imposées ne leur permettent pas d’accueillir un nombre important de spectateurs. En parallèle, Hollywood et les sociétés de production préfèrent reporter la sortie de leurs films pour éviter un flop au box-office causé par le manque de spectateurs. Un cercle vicieux dont certains tentent de sortir en se tournant vers le streaming.

C’est notamment le cas de Disney qui vient d’annoncer que la version live-action de Mulan sortira finalement sur sa plateforme de vidéo à la demande, rapporte Variety. Le film sera disponible le 4 septembre prochain – il était initialement prévu le 27 mars –, mais ne sera pas inclus dans l’abonnement global de Disney+. Ceux qui voudront découvrir Mulan version live-action devront débourser 29,99 dollars.

La firme aux grandes oreilles estime que cette sortie précoce sur son service de streaming sera l’occasion d’attirer de nouveaux abonnés. Elle servira également de test pour savoir combien d’abonnés sont prêts à dépenser une jolie somme d’argent pour profiter d’un film qui était initialement prévu pour sortir en salles obscures.

À noter que seuls les abonnés du service pourront débourser 29,99 dollars pour découvrir Mulan depuis leur salon. Ceux qui n’y sont pas encore abonnés devront ajouter 6,99 dollars au prix du film pour accéder à la plateforme. Enfin, dans les pays où Disney+ n’est pas encore disponible, Mulan sortira bien au cinéma à une date qui pourrait encore être repoussée.

Une nouvelle stratégie ? : Le montant demandé reste tout de même exorbitant, surtout en comparaison du prix de l’abonnement mensuel appliqué par la firme aux grandes oreilles. Difficile de savoir si les fans suivront. Disney n’a pas encore communiqué sur la manière dont ses abonnés seraient facturés pour le film ni si celui-ci sortira tout de même sur Disney+ dans les pays où les cinémas ont rouvert.

Dans tous les cas, si le succès est bien au rendez-vous, cela pourrait chambouler les plans de la société qui pourrait réitérer l’expérience par la suite. D’autres sociétés de production ou de distribution pourraient lui emboîter le pas. D’ailleurs, certaines l’ont déjà fait. En mars dernier, Universal Pictures avait proposé le second volet du film d’animation Trolls à la location en streaming pour 20 dollars. Bien qu’on ne sache pas si cette offre a rencontré un joli succès ou non, le film n’était pas pressenti pour attirer les foules. C’était plutôt un film de « milieu de gamme ».

Dans le cas de Mulan, c’est un projet à très gros budget qui aurait pu exploser le box-office, mais le report sans cesse de sa sortie pourrait nuire à l’excitation des fans. Ajoutez à cela le fait qu’on ne sache pas quand les cinémas pourront de nouveau refonctionner normalement et on comprend pourquoi Disney tente cette solution. À voir ce que cela donnera.

Lire la source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2835047-20200805-des-films-a-30-en-streaming-pour-remplacer-les-sorties-au-cinema

© Par Bernard TRITZ

Beyrouth, 1 2ème ministre s’en va

20minutes.fr – Monde – Explosion à Beyrouth : Un deuxième ministre démissionne. CONTESTATION – La ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, et le ministre de l’Environnement et du Développement administratif, Damianos Kattar, ont annoncé leur départ.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 10/08/20 à 05h04 — Mis à jour le 10/08/20 à 05h09

Violentes manifestations à Beyrouth contre le gouvernement, le 9 août 2020. — Hassan Ammar/AP/SIPA

La tragédie à Beyrouth continue de faire le ménage dans la classe politique libanaise. Un deuxième membre du gouvernement a ainsi démissionné dimanche. Il faut dire que la rue ne relâche pas la pression sur les autorités alors que la déflagration au port de la capitale a fait mardi 158 morts et 6.000 blessés selon un bilan officiel.

« Un régime stérile » : Quelques heures après la démission de la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, le ministre de l’Environnement et du développement administratif, Damianos Kattar, a lui aussi annoncé son départ. Son choix est justifié par « l’énorme catastrophe (…) et (…) un régime stérile qui a raté de nombreuses opportunités ».

Face à l’ampleur du drame et l’ire de la population, qui réclame depuis des mois le départ de l’ensemble d’une classe dirigeante accusée de corruption, d’incompétence et de négligence, le chef du gouvernement, Hassan Diab, a rencontré dans la journée plusieurs ministres. D’autres démissions pourraient donc suivre selon des médias locaux. Le président du Parlement, Nabih Berri, a pour sa part convoqué une réunion du Parlement jeudi « pour interroger le gouvernement sur le crime qui a frappé la capitale », d’après l’agence de presse étatique ANI. Le gouvernement libanais est donc plus que jamais sur la sellette.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/monde/2837143-20200810-explosion-beyrouth-deuxieme-ministre-demissionne

Ces dernières heures après 4 jours de manifestations…

© Par Bernard TRITZ

WP – Merit Award

Après une semaine d’activité :

Une semaine d’existence, 20 articles et 11 pays visiteurs différents. Ceci engage à continuer. Les efforts paient toujours…

Ce matin un 12ème pays visiteur. Nous souhaitons de bonnes visites à ces nouveaux visiteurs. Revenez quand vous en aurez envie, pendant ce temps, les articles arriveront régulièrement, pour être proposés à la lecture, à vos commentaires en partage.

Un nouveau Merit Award vient de tomber le mardi 28 juillet 2020 à 0537… Merci !

Merit Award reçu le 01/08/2020

Modifié et édité le 01 août 2020 à 09h53