Sans permis : AMI à 6.000 €

20minutes.fr – PODCAST. « Tik Tech » : Que vaut la voiturette électrique sans permis AMI, à 6.000 euros ? – « MINUTE PAPILLON ! » : Dans notre rendez-vous « ik tech », le journaliste high-tech Christophe Séfrin analyse ce nouveau petit véhicule électrique.

Par Anne-Laëtitia Béraud – Twitter – Publié le 08/09/20 à 12h15 — Mis à jour le 08/09/20 à 12h15

La voiturette électrique « Ami » de Citroën, le 27 août 2020 à Paris — C. Séfrin/ 20 Minutes

Aujourd’hui dans le podcast « Minute Papillon ! », on retrouve notre rendez-vous tech « Tik Tech », avec un test non sponsorisé : le petit véhicule électrique AMI, de Citroën.

Cette « solution de mobilité électrique » pour la ville, selon le constructeur, dispose d’une autonomie de 75 km à 45 km/h maxi. Ce petit quadricycle que 20 Minutes a testé peut-être conduit sans permis, dès 14 ans.

Véhicule pour le centre-ville et sa périphérie : Il est vendu à partir de 6000 euros, avec des solutions de location à 19,99 euros par mois, après un premier apport.

Les conclusions de notre journaliste, les points forts et faibles de ce pot de yaourt pour les centres-villes et leurs périphéries, c’est à écouter dans notre podcast du jour.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/podcast/2852299-20200908-podcast-tik-tech-vaut-voiturette-electrique-permis-ami-6000-euros

Essai Citroën AMI

© Bernard TRITZ

Pompes à Chaleur : offres mirifiques trompeuses

Offres mirifiques trompeuses : alléchantes généreuses, surtout trompeuses. Ces offres sont presque toutes orientées dans le même but, constituer un fichier de prospects qui sera utilisé souvent vendu, car le plus souvent non déclaré à la CNIL, sinon cela serait indiqué.

Une affiche alléchante, un seul but, tester, remplir un questionnaire. Pas de détails accessible avant.

Les fameuses et fumeuses aides sont toujours annoncées au même niveau 10.000,00€.

Laissant apparaître un reste à payer de 3.500,00€.

Pour un tarif au départ de 13.500,00€

Toutes les techniques s’orientent sur le même profil, le commercial fait des promesses griffonnées sur un bout de papier, un brouillon, tellement brouillon.

Pour mon dossier personnel toutes les promesses du commercial aucune n’a été tenue… Cela frisait la correctionnelle. Finalement c’est l’équipe des deux patrons associés qui ont repris le dossier en mains.

L’enlèvement de la cuve de fioul, cela avait été promis. Promesse non-tenue ! J’ai été obligé et contraint de m’en occuper seul.

Cadeau d’un sèche serviettes dans la Salle de bains. Promesse non-tenue !

Je devais signer un dossier de crédit, sur lequel, à chaque rentrée d’aide je pouvais faire un remboursement anticipé avec 1% de frais, une fois les 4 aides touchées, le solde des 3.500,00€ aurait été acquitté dans l’année…

Je n’ai pas signé de dossier de crédit. J’ai payé. De toutes les aides qui devaient pleuvoir, une seule est arrivée, celle de l’EDF 3.500,00€. Merci EDF pour avoir exécuté ce dossier jusqu’au bout.

En fait sur la présentation commerciale du montage financier sur 13.500,00 €, 10.000,00€ d’aides de l’État ou gouvernementales et 3.500,00 à payer en solde… C’est très exactement, dans les faits, l’inverse : j’ai payé 13.500,00 € et reçu une aide 3 mois après de 3.500,00€.

Cela ressemble fort à une énorme Tromperie en bandes organisées tellement les montages, propositions commerciales, se ressemblent.

Il faut s’armer de patience et être circonspect. La prudence mère de sûreté est de mise. Il est très prudent de bien réfléchir analyser avant de s’engager.

Aujourd’hui je n’ai plus de chaudière au fioul, ni ballon d’eau chaude, ni cuve de fioul. Avant le ballon d’eau chaude traditionnel pompait tous les jours à midi, 2,400 kW.

Avec la pompe à chaleur Mitsubishi, uniquement 1,500 kW tous les 2 jours. Ou en équivalence 0,75 kW par jour au lieu des 2.400.

Cela est un bénéfice non négligeable.

Autre intérêt, je pilote depuis mon téléphone ou ma tablette la PAC. Efficace et précis.

© Bernard TRITZ

Corée du Sud : Robots serveurs

20minutes.fr – High-tech – Coronavirus : Des restaurants font appel à des robots serveurs en Corée du Sud. RESTAURATION : Distanciation oblige, l’objectif de ces robots serveurs est de réduire les contacts entre les clients et le personnel de salle.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 06/09/20 à 14h05 — Mis à jour le 06/09/20 à 14h05

Les robots serveurs pour faire face au coronavirus dans les restaurants en Corée — Geeko

La première vague de l’épidémie de Covid-19 a été relativement bien maîtrisée en Corée du Sud, mais depuis quelques semaines, le nombre de nouveaux cas ne cesse de croître dans le pays du Matin calme. Les autorités locales ont donc mis en place de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de la pandémie. Des mesures de sécurité que certains renforcent grâce aux nouvelles technologies.

C’est notamment le cas de l’opérateur de télécommunications KT, également actif sur le secteur des nouvelles technologies. Ce dernier vient en effet d’annoncer le déploiement de robots serveurs dans certains restaurants, rapportent nos confrères de ZDnet. Ces robots sont destinés à assurer le service en salle, afin de réduire les contacts entre les clients et le personnel, ainsi que la charge de travail des serveurs humains.

Les robots serveurs ou AI Serving Robot sont en mesure de cartographier une salle de restaurant et de s’y déplacer grâce à une technologie de conduite autonome tout en évitant les obstacles. Grâce à leur cartographie spatiale 3D de l’espace, ils sont également en mesure de savoir où se trouve chaque table et de s’y rendre sans encombre, assure l’opérateur. Pensés pour le service, les robots arborent une conception qui leur permet de porter jusqu’à 4 plateaux à la fois.

Très pratique en temps de pandémie : Dans un premier temps, les AI Serving Robots seront déployés dans l’un des restaurants de la chaîne Mad for Garlic, à Séoul. Après quoi, les robots serveurs seront déployés dans d’autres établissements de la chaîne, si tout se passe bien.

Les robots de KT ne sont pas les premiers à servir dans les restaurants, mais il est vrai que le cadre actuel s’y prête plutôt bien en dehors de l’aspect divertissement et technologique. Plus tôt cette année, KT avait également mis au point des robots désinfectants pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2853055-20200903-les-robots-serveurs-pour-faire-face-au-coronavirus-dans-les-restaurants-en-coree

© Par Bernard TRITZ

Facebook Messenger : nombre de transferts limité

20minutes.fr – High-tech – Fake news : Facebook Messenger limite le nombre de transferts autorisés pour un même message. FAKE NEWS : Désormais, les utilisateurs de Messenger ne pourront plus transférer le même message plus de cinq fois à leurs contacts.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 05/09/20 à 15h05 — Mis à jour le 05/09/20 à 15h05

Facebook Messenger (illustration). — Pixabay / kropekk_pl

Facebook Messenger a annoncé ce jeudi une nouvelle mesure pour lutter contre la propagation des chaînes de messages. Les utilisateurs ne pourront désormais plus transférer plus de cinq fois un même message, rapporte Presse-Citron.

« Limiter les transferts est un moyen efficace de ralentir la propagation de fake news virales et de contenus dangereux susceptibles de provoquer des dommages dans le monde réel », explique Facebook dans un billet de blog. L’application entend ainsi lutter contre la désinformation, les théories du complot et les incitations à la violence.

Une mesure déjà présente sur WhatsApp : En pleine crise sanitaire du coronavirus, Facebook entend ainsi limiter la diffusion de fausses informations relatives au virus. Mais la mesure servira aussi à assurer une meilleure information des utilisateurs à l’approche des élections présidentielles américaines et d’autres grandes élections à venir dans d’autres pays.

Un tel système de limitation des partages existe déjà sur WhatsApp. Un message ne peut être transféré que cinq fois à des contacts ou groupes, et même une seule fois pour les contenus « hautement transférés ». Selon WhatsApp, le partage de fake news et contenus problématiques a été réduit de 70 % depuis.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2854183-20200905-fake-news-facebook-messenger-limite-nombre-transferts-autorises-message

© Par Bernard TRITZ

Coronavirus : questions sur les tests PCR

20minutes.fr – Santé – Coronavirus : Les réponses à vos questions sur les tests PCR, sérologiques et salivaires. Vous, vous interrogez : Alors que la circulation du virus est active dans plusieurs régions françaises, certains internautes s’interrogent sur les tests.

Par Oihana Gabriel – Twitter – Publié le 02/09/20 à 12h13 — Mis à jour le 02/09/20 à 12h13

Illustration d’un test PCR, dans le nez, à Paris le 31 août 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Pour éviter que l’épidémie ne prenne davantage de vigueur, le gouvernement espère arriver à 1 million de tests PCR par semaine dès ce début septembre.

Mais il n’est pas évident de s’y retrouver dans les divers tests proposés.

20 Minutes a proposé à ses lectrices et lecteurs de poser leurs questions, afin d’y répondre.

Face au coronavirus, pas simple de s’y retrouver entre les tests sérologiques et virologiques, les obligations de dépistage régulièrement modifiées… Pour tenter d’être au plus près de vos préoccupations, 20 Minutes vous a proposé de poser vos questions sur le sujet. Voici quelques réponses.

Sophie : « Quel test est plus fiable, le test nasal ou la prise de sang ? » :  Ces deux tests ne répondent pas à la même question. Le test nasopharyngé, dit PCR, permet de dire si vous avez actuellement le Covid-19. Le test sanguin permet, lui, de savoir si vous avez déjà été en contact avec ce coronavirus et si vous avez développé des anticorps.

Autre différence, la façon de faire. Le test virologique, le PCR, se réalise dans le nez : on enfonce un écouvillon (une sorte de long coton-tige) profondément pour prélever des cellules. C’est plus ou moins douloureux et ce test se réalise à l’hôpital, en laboratoire de ville ou via des drives, mais pas en pharmacie. En revanche, le test sérologique, par simple prise de sang, peut se faire en pharmacie, sans rendez-vous. Mais dans ce cas, il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

Question fiabilité maintenant : c’est là que le bât blesse. Si votre test PCR est positif, cela veut dire que vous avez le Covid-19. En revanche, s’il est négatif, il y a moins d’assurance car il existe 20 à 30% de tests faussement négatifs. Pour les tests sérologiques, qui vous disent si vous avez déjà eu le Covid-19, le problème est que l’on ne sait pas à l’heure actuelle pendant combien de temps nos anticorps nous protègent contre cette maladie. Par ailleurs, selon l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, interrogé par le Journal des Femmes, environ 5 % de ces tests pourraient être des faux positifs.

Céline : « Si un élève de la classe de mon enfant a le COVID-19, les enfants doivent-ils tous obligatoirement se faire tester ? Et les parents également ? Ou une mise à l’écart de quatorze jours suffit-elle ? » :

Pour le moment, le protocole annoncé par Jean-Michel Blanquer mercredi 26 août prévoit que si un enfant ou un personnel à l’école, au collège ou au lycée est symptomatique, des tests seront réalisés. Ceci afin de « remonter la chaîne de contamination pour prendre des mesures d’isolement ». Normalement, les cas contacts de l’enfant, ses camarades et ses parents doivent être testés.

Cela pourra conduire à la fermeture d’une classe, voire d’une école, après décision prise avec les autorités de santé. Par ailleurs, selon le site du ministère de l’Education nationale, « les parents s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles. »

Que se passe-t-il si votre enfant commence à avoir de la fièvre ou à tousser quand il est à l’école ? L’élève est isolé avec un masque sous la surveillance d’un adulte, qui porte également un masque. Les parents seront rapidement contactés et il vous faudra prendre rendez-vous avec votre médecin avant tout retour en classe.

Christine : « Les tests salivaires verront-ils le jour en France ? Dans combien de temps ? » : Les tests salivaires soulèvent un certain espoir : plus rapides, moins douloureux, ils seraient bien utiles en ces temps de dépistage massif, notamment sur les enfants… Problème, leur fiabilité n’est pas encore acquise. Pour que ces tests salivaires soient validés, et qu’ils soient donc disponibles en France, il faudra attendre les conclusions de plusieurs études qui viennent d’être lancées, a annoncé le ministère de la Santé. « Il faut premièrement s’assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus », car le Sars-Cov-2 pourrait y être présent en moins grande quantité que dans le nez et la gorge, précise la direction générale de la Santé (DGS), interrogée par l’AFP. Une étude en ce sens a été lancée en Guyane, au Centre Hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne. Une autre étude « démarrera dans les prochains jours » à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour déterminer si la technique d’analyse dite RT-PCR, qui cherche la présence du matériel génétique du virus, est aussi fiable sur la salive que sur un prélèvement naso-pharyngé. Il est donc un peu tôt pour donner une date…

Florinne : « Si un proche a été testé positif à un test sérologique, est-il nécessaire pour moi d’en faire un aussi ? » : Non, un test sérologique positif, donc sanguin, vous dit que ce proche a été en contact avec le virus, pas qu’il est malade et contagieux en ce moment.

Cependant, si un de vos proches a fait un test virologique positif, PCR donc, vous pourriez être infecté, et donc un « cas contact ». Donc, premier réflexe, appelez votre médecin traitant ou les services de l’Assurance Maladie. Puis, réaliser un test nasopharyngé (PCR), même sans ordonnance, et vous devrez rester en « quatorzaine préventive » le temps de recevoir les résultats.

Si votre conjoint est infecté, il y a peu de doutes, vous devez vous faire tester. Mais si c’est un collègue ? Ce document du ministère du Travail rappelle les situations dans lesquelles le virus risque de se propager : « même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou discussion de plus de 15 minutes en l’absence de mesures de protection ». En clair, c’est dans la cafétéria ou à la cantine que le risque augmente…

Nicolas : « Peut-on faire un test gratuitement, sans ordonnance et où ? » : Depuis le 25 juillet, il n’y a plus besoin d’ordonnance pour réaliser un test PCR, et il n’est pas non plus obligatoire de présenter des symptômes. Par ailleurs, il est désormais remboursé par la Sécurité sociale (ne pas oublier sa carte Vitale quand on va faire le prélèvement !). La question la plus compliquée, c’est plutôt où aller ? La plupart des laboratoires privés proposent des prélèvements sur rendez-vous. Plusieurs sites peuvent être utiles pour prendre rendez-vous : la plateforme Doctolib propose des créneaux spécifiques pour faire le test PCR, tout comme le site santé.fr, réalisé par le ministère de la Santé. Si vous préférez le drive, ce site liste tous les lieux où sont organisés des drive-in en France. Enfin, toutes les Agences régionales de santé proposent sur leur site une carte avec les différents lieux où vous pourriez réaliser un test.

S’il y a urgence ou embouteillage, il est tout de même possible de trouver un laboratoire qui accepte Certains, moins nombreux, acceptent les prises en charge sans rendez-vous, mais il faut en général attendre longtemps, surtout à Paris

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/sante/2851215-20200902-coronavirus-reponses-questions-tests-pcr-serologiques-salivaires

© Bernard TRITZ

AMAZON Halo

20minutes.fr – High-tech – Amazon Halo : Le bracelet connecté qui traque la graisse et analyse les émotions. INNOVATION : Le bracelet coûte 65 dollars en prévente aux Etats-Unis.

Par 20 Minutes avec agences – Publié le 28/08/20 à 12h01 — Mis à jour le 28/08/20 à 12h01

Amazon sort un nouveau bracelet connecté — Mark Lennihan/AP/SIPA

Ramenez-vous le stress du travail à la maison ? Un bracelet connecté Amazon peut vous le dire, en plus d’analyser la qualité de votre sommeil ou la répartition de votre graisse corporelle.

Le géant du commerce en ligne et des technologies commercialise depuis ce jeudi un bracelet sans écran, baptisé Amazon Halo. Ce dernier, mesure et évalue en permanence l’activité physique des utilisateurs grâce à des systèmes d’intelligence artificielle.

Amazon Halo

La voix analysée : Comme pour de nombreux accessoires connectés, l’idée est d’évaluer sa santé et son bien-être de façon précise et personnalisée. Un détail étonnant s’ajoute : la fonction « Tone » (tonalité) détermine si la voix du porteur sonne de façon plus ou moins positive, afin de « mieux comprendre comment son ton est perçu par les autres, et l’aider à améliorer sa communication et ses relations », explique un communiqué du groupe. « Tone peut révéler qu’un appel professionnel difficile conduit à une communication moins positive avec la famille d’un client, soit une indication de l’impact du stress sur le bien-être émotionnel ».

Le bracelet transcrit l’intensité des mouvements pendant l’exercice sportif, la qualité du sommeil, le rythme cardiaque et d’autres variables dans un système de points. Courir rapporte plus de points que marcher, par exemple. L’utilisateur peut choisir de partager ses résultats avec des partenaires, comme des applis de régime. Amazon assure que toutes ces informations très personnelles seront protégées et pourront facilement être supprimées. Pour la fonction « Tone », les enregistrements vocaux sont analysés directement sur le smartphone et effacés immédiatement après.

Changer les habitudes : Le bracelet coûte 65 dollars en prévente aux Etats-Unis avec 6 mois d’abonnement aux fonctionnalités avancées. Il sera ensuite vendu 100 dollars avec un abonnement mensuel de 4 dollars.

« Malgré l’expansion des services et appareils de santé numériques durant la décennie écoulée, nous n’avons pas assisté à des améliorations proportionnelles de la santé de la population américaine », note Maulik Majmudar, responsable de l’aspect médical du bracelet. Avec ce nouvel accessoire, Amazon espère donc changer les habitudes.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2848551-20200828-amazon-halo-bracelet-connecte-traque-graisse-analyse-emotions

© Bernard TRITZ

Snack Tino Marignane : Retour de congés, reprise des services

Par Bernard TRITZ, édité le jeudi 27 août 2020 à 14h28

Le Restaurant de Marignane le Snack Tino a réouvert hier mercredi 26 août 2020 après une fermeture annuelle de 3 semaines de congés.

Nous avions réservé pour ce jeudi 27 août 2020, pour midi.

Ce fut une bonne idée, car nous avons été très bien accueillis et nous nous sommes laisses tenter par le Plat du jour.

Bonne idée !

C’était succulent et très bien servi, la sauce du plat du jour, je ne vous raconte pas.

Tino est un professionnel des sauces de ses secrets.

Google Maps – Géolocalisation du Snack Tino à Marignane

Le Plan d’accès ci-dessus, adresse connue et reconnue dans Google Maps : saisir Snack Tino Marignane.

Entrée du marché du jour
Brochette de blancs de poulet, sauce citronnée, gratin dauphinois haricots verts
Mousse au chocolat du chef

Café

Boissons au choix

Le tout pour 15,00€

Le caractère particulier, c’est la convivialité, la bonhomie, simplicité, bonté, bienveillance, gentillesse, amabilité.

Tous les clients se saluent, disent bonjour en souriant, tout en respectant le port du masque dans les déplacements, les gestes barrière, le circuit de déambulation, le gel…

© Bernard TRITZ

Apple : iPhones assemblés au Mexique ?

20minutes.fr – High-tech – Apple : Des iPhone pourraient bientôt être assemblés au Mexique. DÉLOCALISATION ? : Entre la guerre commerciale et la crise du coronavirus, Apple cherche des solutions.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 26/08/20 à 16h52 — Mis à jour le 26/08/20 à 16h52

Une usine Foxconn fabriquant des iPhones pour Apple en Chine (illustration). — Hon Siu Keung/EPN/NEWSCOM/SIPA

Dans un monde en pleine mutation, les fabricants de produits électroniques repensent leur stratégie. Plusieurs constructeurs assemblant des iPhones pour Apple envisageraient de déplacer leur production au Mexique, rapporte Reuters, relayé par Presse-Citron.

Apple possède déjà des usines de production en Inde. Désormais, les fabricants Foxconn et Pegatron, qui assemblent des iPhones, réfléchiraient à s’installer dans le pays voisin des Etats-Unis. Cela permettrait à Apple d’exporter ses smartphones assemblés sans avoir à payer de taxes douanières.

Une décision fin 2020 : Cette solution permettrait aussi d’éviter les éventuels problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement. En effet, la guerre commerciale qui oppose la Chine aux Etats-Unis et la crise sanitaire liée au coronavirus compliquent de nombreuses étapes de production et d’acheminement.

Pour l’heure, rien n’est encore acté. Concernant Foxconn, une décision doit être prise d’ici fin 2020 sur l’ouverture potentielle d’une usine au Mexique. D’ici là, Apple aura présenté sa nouvelle gamme d’iPhone à l’automne. Les smartphones seront équipés de la 5G. Selon les rumeurs, quatre nouveaux modèles pourraient faire leur apparition sur le marché.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2847211-20200826-apple-iphone-pourraient-bientot-etre-assembles-mexique

Les vidéos ci-dessous donnent envie de vomir !

© Bernard TRITZ

Colombie : Meurtres, assassinats

msn.com – Actualité – Monde – Colombie : Des groupes armés font 33 morts en 11 jours. Depuis la signature de l’accord de paix en 2016, c’est un des bilans les plus lourds

Par 20 Minutes avec AFP, publié le dimanche 23 août 2020 à 04h00

© Sébastien Barros Salamanca/Pacif – Une manifestation contre les massacres en Colombie, à Bogota le 21 août 2020.

MASSACRES – Depuis la signature de l’accord de paix en 2016, c’est un des bilans les plus lourds

La violence est à son comble en Colombie. Des groupes armés financés par le trafic de drogue ont fait 33 morts en onze jours dans plusieurs régions du pays. C’est un des bilans les plus lourds depuis la signature de l’accord de paix de 2016. Le week-end a été particulièrement sanglant.

Onze morts pour la seule journée de vendredi : Dix-sept meurtres ont été perpétrés vendredi et samedi. Onze personnes ont d’abord été tuées dans des attaques survenues dans des régions frontalières avec le Venezuela et l’Equateur. Et samedi un « nouveau massacre » a été commis qui a fait « au moins six morts » et deux « disparus », a indiqué Jhon Rojas, gouverneur de Nariño (sud-ouest), une des régions touchées par ces violences. Ces tueries ont suivi peu ou prou le même scénario : un groupe armé fait irruption, et ouvre le feu dans un endroit isolé ou emmène les victimes, pour la plupart des jeunes gens, pour abandonner ensuite leurs corps.

Selon le gouverneur, le président colombien Ivan Duque doit participer à une réunion avec les autorités du Sud-ouest du pays pour examiner la recrudescence de la violence financée par le narcotrafic. Les Nations Unies avaient répertorié jusqu’ici 33 massacres en 2020 en Colombie, dans des territoires en proie aux groupes armés, où dominent l’économie souterraine, la pauvreté et « une présence de l’Etat limitée ». L’ONU répertorie comme « massacre » tout assassinat d’au moins trois personnes perpétré au même moment par le même auteur ou groupe d’auteurs.

Des groupes de délinquants seraient responsables de 78 % de ces meurtres. La grande majorité (80 %) est par ailleurs localisée dans des départements où se trouvent « des enclaves de production illégale de coca », selon l’ONU.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/colombie-des-groupes-arm%c3%a9s-font-33-morts-en-11-jours/ar-BB18gOiN

© Par Bernard TRITZ