Dacia dévoile la Spring

msn.com – capital.fr – Dacia dévoile la Spring, la voiture électrique la moins chère du marché !

Par Julien Sarboraria – capital.fr – Publié jeudi 15 octobre 2020 à 18h00.

© SP/Dacia Dacia dévoile la Spring, la voiture électrique la moins chère du marché

Attendue au printemps 2021, la Dacia Spring est une petite citadine 100% électrique capable de transporter quatre adultes et de parcourir 225 km sur une seule charge.

Après le succès de sa berline Sandero et de son SUV Duster, Dacia présente un nouveau modèle qui a toutes les cartes pour faire un nouveau carton. Ce nouveau modèle, c’est la Dacia Spring, une petite citadine électrique à cinq places (3,73 mètres de long) dont le prix d’achat devrait se situer aux alentours de 15.000 euros, batterie incluse et bonus écologique déduit lors de sa sortie au printemps 2021. Un tarif imbattable sur le marché, même si la Spring fera quelques sacrifices sur l’équipement (climatisation, système multimédia ou encore rétroviseurs électriques resteront en option).

Ce qui ne devrait pas déranger la clientèle dont la plupart se laissera sûrement séduire par le design typé SUV de la voiture (garde au sol surélevée, arches de roues, barres de toit) et les possibilités de personnalisation à travers plusieurs packs de couleurs. La Spring se destine principalement à un usage urbain ou périurbain, et cela se confirme à la lecture de sa fiche technique. Son moteur électrique de seulement 33 kW (44 ch) limite la vitesse à 125 km/h, voire à 100 km/h avec le mode “Eco” dont la puissance est bridée à 23 kW (31 ch).

Si la Spring n’apparaît donc pas comme la voiture idéale pour partir en vacances, son autonomie est loin d’être ridicule (225 km) compte tenu de la faible capacité de sa batterie (26,8 kWh, à peine plus que la première génération de Renault Zoé en 2012). En utilisation exclusivement urbaine, elle s’approche même des 300 km et peut espérer atteindre jusqu’à 324 km en mode “Eco”. La Spring aurait même pu faire mieux si elle disposait d’une fonction amplifiant la récupération de l’énergie au freinage (mode “B”).

Cachée derrière la calandre, comme sur la Zoé, la trappe de charge permet de récupérer 80% de l’autonomie en moins d’une heure sur un chargeur de 30 kW, puissance de charge maximale acceptée par la voiture. Comptez moins de 5 heures de charge sur une borne de type Wallbox (7,4 kW) et moins de 14 heures sur une prise domestique standard. Il est possible de connaître le niveau de charge, l’autonomie restante ou même d’allumer la ventilation du véhicule à distance via son smartphone.

© Fournis par Capital

Quatre vraies places : À bord, le dessin de la planche de bord apparaît moins moderne que celui de la nouvelle Sandero. Mais on retrouve tout de même quelques équipements modernes, comme un système multimédia à écran de 7 pouces (en option) et un affichage numérique des informations derrière le volant. A noter la présence d’une molette rotative en lieu et place du classique levier de vitesses.

Dacia annonce une habitabilité record avec la possibilité de voyager à quatre adultes ainsi que la présence de nombreux rangements, en plus d’un coffre “digne du segment supérieur” affichant une capacité de 300 litres.

Une version utilitaire et pour l’autopartage : La Dacia Spring sera lancée au printemps 2021 dans une version standard et une autre dédiée à l’autopartage. Les clients professionnels ne seront pas oubliés puisqu’une version utilitaire verra également le jour. Destinée aux livraisons du dernier kilomètre, cette Spring Cargo affichera un volume de chargement de 800 litres (suppression de la banquette arrière, cloison de séparation) et une charge utile de 325 kg.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/dacia-d%c3%a9voile-la-spring-la-voiture-%c3%a9lectrique-la-moins-ch%c3%a8re-du-march%c3%a9/ar-BB1a3PbL

© Par Bernard TRITZ

Les néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » reviennent !

msn.com – nouvelobs.com – Interdits, les néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » reviennent à l’Assemblée pour sauver les betteraves.

Par nouvelobs.com – Publié le lundi 05 octobre à 10h50

© Copyright 2020, L’Obs

Interdits en 2018, ces pesticides controversés pourraient être réintroduits temporairement pour aider les betteraviers, touchés par la crise.

Respecter une promesse environnementale ou sauver l’emploi sur fond de crise économique ? L’Assemblée nationale se penche ce lundi 5 octobre sur le projet de loi controversé permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes pour préserver la filière betteraves, en dépit de la ferme opposition des pro-environnement.

Avec ce projet de loi permettant le recours temporaire et encadré à des insecticides néfastes pour les abeilles, le gouvernement est accusé de brouiller son message sur la transition écologique. Une exception qu’il justifie par la sauvegarde d’une filière qui emploie 46.000 personnes dont 25.000 agriculteurs.

Un hiver et un printemps trop chauds : en raison de la prolifération d’un puceron vert vecteur de la maladie qui affaiblit les plantes dans de nombreuses régions, les betteraves issues de semences non enrobées d’insecticide sont atteintes de « jaunisse ». La réintroduction de semences enrobées avec des néonicotinoïdes doit permettre de protéger les rendements sucriers.

« Question de souveraineté » : Le hic est que ce type de pesticide a été interdit en 2018. Et voilà le gouvernement obligé de rétropédaler, en s’appuyant sur le règlement européen sur les phytosanitaires permettant de déroger à l’interdiction en l’absence d’alternative.

« C’est une question de souveraineté », met en avant le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, alors que 11 pays producteurs ont en Europe autorisé les dérogations pour les néonicotinoïdes.

« Nombre de planteurs, en ce moment même, hésitent à replanter des betteraves » et « si les sucreries ferment, c’est toute la filière de la betterave qui peut disparaître en une ou deux saisons », fait valoir le ministre.

C’est lui qui sera présent dans l’hémicycle où plus de 130 amendements seront débattus, et non la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui avait elle-même porté en 2016 la loi interdisant ces insecticides et appuie désormais cette réautorisation ciblée.

Pour le gouvernement, qui pourra compter sur le soutien des LR, le projet de loi n’est pas « un renoncement écologique ». Il programme « la fin des néonicotinoïdes » à l’horizon 2023, souligne le rapporteur LREM du texte, Grégory Besson-Moreau. Pour le député de l’Aube où se trouve l’une des plus grosses sucreries d’Europe, « personne ne nie les dangers de cette substance ».

Pourquoi dès lors ne pas y renoncer purement et simplement, tempêtent les opposants au projet gouvernemental ? Happening près du Palais-Bourbon, tribunes, les pro-environnement et la gauche estiment que le projet de loi, conçu selon eux « sous la pression des lobbys de l’agriculture », est un « recul démocratique majeur » et un « contresens historique ».

Hulot et Orphelin montent au créneau : Dimanche, l’ancien ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot a appelé dans le « JDD » « les députés à ne pas voter » le projet de loi. « Ma fondation a estimé les pertes pour cette année à 77 millions d’euros pour les betteraviers. Indemnisons-les en échange de la mise en place de pratiques : allongement des rotations, réintroduction des haies ! », propose-t-il.

« C’est le dernier grand vote sur la biodiversité du quinquennat », attaque Matthieu Orphelin (EDS). Ce proche de Nicolas Hulot a obtenu un vote solennel sur l’ensemble du projet de loi, qui aura lieu mardi et lors duquel tous les députés « pourront se positionner sur ce sujet important ».

En dramatisant l’enjeu, l’ex- « marcheur » cherche à enfoncer un coin au sein du groupe majoritaire, où des voix dissonantes sont apparues. « On sait très bien que la discussion va être serrée dans l’hémicycle », reconnaît Jean-Baptiste Moreau (LREM), agriculteur, qui soutient le projet de loi.

Selon lui, des députés « ne veulent pas revivre la séquence » d’il y a deux ans autour du glyphosate, cet herbicide controversé dont la sortie n’a finalement pas été inscrite dans la loi. Un épisode vécu comme un « traumatisme » par certains, et qui avait coûté cher dans l’opinion publique.

Pour « verdir » sa position, le groupe LREM a fait voter en commission la création d’un conseil de surveillance où figureront quatre parlementaires. Et aussi l’interdiction, sur des parcelles où ont été utilisés des néonicotinoïdes, d’implanter des cultures attirant les abeilles afin de ne pas les exposer.

Les députés ont en outre précisé que les dérogations permises visaient explicitement les betteraves sucrières. Le gouvernement l’avait promis mais ne voulait pas l’inscrire dans le texte par crainte d’une censure du Conseil constitutionnel.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/interdits-les-n%c3%a9onicotino%c3%afdes-%c2%ab-tueurs-dabeilles-%c2%bb-reviennent-%c3%a0-lassembl%c3%a9e-pour-sauver-les-betteraves/ar-BB19HKZe?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

France – Nice – La Nature reprend ses droits

France – Nice – Lorsque la Nature reprend ses droits. Cela sera certainement une catastrophe naturelle majeure, des morts, des disparus. Désolation, des ruines.

En une heure, il est tombé autant d’eau que durant trois mois. Par endroit le lit de la rivière est monté de huit mètres.

Un incendie ou feu de garigues ou forêt cela s’arrête.

Pas l’eau !

Toute notre compassion pour les familles touchées ou fauchées voire disparues…

Rest In Peace !

© Par Bernard TRITZ

Antarctique : année la plus chaude

msn.com – 20minutes.fr – La péninsule Antarctique vit son année la plus chaude depuis plus de 30 ans.

Par G. N. avec AFP – Samedi 03 octobre 2020 – publié à 13h10

Un constat « alarmant » pour les chercheurs à l’origine de l’étude.

© Solent News/SIPA Des phoques sur un petit iceberg au large de la péninsule antarctique.

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE – Un constat « alarmant » pour les chercheurs à l’origine de l’étude

L’année 2020 est la plus chaude jamais enregistrée dans la péninsule Antarctique, au nord du continent Antarctique, au cours des trois dernières décennies, révèle une étude de l’Université de Santiago du Chili publiée vendredi, qui juge ce constat « alarmant ». « Les températures dans toute la péninsule Antarctique ont été supérieures de plus de 2°C aux valeurs habituelles », a expliqué Raul Cordero, climatologue et chef du Groupe de recherche Antarctique de l’université de Santiago (Usach), dans un communiqué publié par l’Institut Antarctique chilien (Inach).

« Dans l’extrême nord de la péninsule Antarctique, la température moyenne a jusqu’à aujourd’hui été supérieure à zéro degré. Cela ne s’était pas produit depuis 31 ans », a ajouté Raul Cordero. Il juge ce constat « alarmant » car cela pourrait indiquer que le rythme rapide de réchauffement observé dans la région à la fin du XXe siècle, et qui avait diminué au cours des deux dernières décennies, est en train de reprendre.

5° C pendant l’hiver austral : Selon les mesures effectuées par une équipe de recherche de la station météorologique située sur l’île du Roi George, quatre vagues de chaleur se sont produites : deux en été austral, une en automne et la dernière au milieu de l’hiver. Au total, 34 journées ont été considérées comme extrêmement chaudes. Pendant l’hiver austral, lorsque les températures sont normalement les plus froides, le thermomètre a affiché jusqu’à 5 degrés, empêchant les eaux de la baie de Maxwell de geler.

Cependant, à d’autres moments, des températures hivernales de -16,8°C ont été enregistrées, les plus basses depuis 1970. Par ailleurs, les précipitations accumulées sur l’île du Roi George jusqu’au début du mois de septembre ont dépassé 400 millimètres, soit 100 mm de plus que les valeurs typiques.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/la-p%C3%A9ninsule-antarctique-vit-son-ann%C3%A9e-la-plus-chaude-depuis-plus-de-30-ans/ar-BB19Fph2?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Tesla : au prix d’une Renault Zoé

MSN.com – 01net.com – Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62.

Par Jordan Caucino avec Thomas Remilleret – Publié dimanche 27 septembre 2020 à 17h00

Les annonces Tesla, la Xbox One X et le nouveau Samsung Galaxy S20 FE, voici le programme du Tech a Break de cette semaine.

© 01net.com Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62

Au programme de ce nouvel épisode de Tech a Break :

Tesla accélère sur l’entrée de gamme électrique : Une Tesla pour le prix… d’une Renault Zoé, c’est ce qu’a annoncé le PDG de l’entreprise américaine Elon Musk. Il a profité du Battery Day pour en dire un peu plus sur un véhicule électrique qui devrait être vendu aux alentours de 25000 dollars et pourrait sortir d’ici 2023. Les Renault Zoe, Nissan Leaf et Volkswagen ID.3 peuvent trembler.

La Xbox One X rend fou sur Amazon : Qui a dit que la gamme de consoles de Microsoft était complexe ? Xbox One X ou Xbox Series X, on peut comprendre que les non-initiés s’y perdent un peu. Preuve en est, cette semaine sur Amazon où le taux d’intérêt de la Xbox One X, calculé par la recherche de mot clé, a bondi de 747%. Pourquoi ? Tout simplement parce que les précommandes de la Xbox Series X ont démarré cette semaine et il semblerait que bon nombre d’utilisateurs se soient tout simplement… trompés.

Samsung surprend avec son S20 FE : Entre Apple et Samsung, on dit souvent que l’un s’inspire et de l’autre et inversement. Cette fois, c’est le géant coréen qui jette un oeil sur la copie de l’américain en dévoilant une itération de son Galaxy S20, un petit peu moins cher, mais avec la plupart des fonctionnalités. Le Galaxy S20 FE donc, intègre le même processeur, le même rafraichissement d’écran mais avec une dalle un peu plus petite et un appareil photo un peu moins poussé. En bref, le Galaxy S20 FE est au Galaxy S20 ce que l’iPhone 11 est à l’iPhone 11 Pro.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/tesla-va-sortir-une-voiture-au-prix-dune-renault-zo%c3%a9-tech-a-break-62/ar-BB19tmS6#image=1

© Par Bernard TRITZ

Airbus choisit l’hydrogène. Assurer l’avenir ?

20minutes.fr – Planète – Pourquoi Airbus choisit l’avion à hydrogène pour assurer son avenir ? HORIZON : Propulsé par le Covid-19 dans le plus grand trou d’air de son histoire, Airbus fixe l’horizon et prépare « le coup d’après » en annonçant pour 2035 un avion propre, fonctionnant à l’hydrogène. Explications :

Par Hélène Ménal – Publié le 21/09/20 à 18h01 — Mis à jour le 21/09/20 à 18h01

L’aéronef à fuselage intégré, zéro émission, imaginé par Airbus. — Airbus

Airbus a dévoilé ce lundi son ambition de mettre en service un avion de ligne entièrement décarboné en 2035.

Le constructeur fait le choix technologique de l’hydrogène, inépuisable.

Mais c’est tout l’écosystème de l’aéronautique qui devra s’adapter pour réussir ce pari.

Un ciel rempli d’avions mais toujours bleu. Voilà à quoi rêve Airbus en plein orage provoqué par la crise sanitaire du coronavirus. L’avionneur a annoncé ce lundi son intention de « révolutionner l’écosystème de l’aéronautique » en mettant au point le tout premier avion de ligne « décarboné ». Guillaume Faury, le patron du constructeur européen, table sur une mise en service en 2035 et sur le potentiel de l’hydrogène comme carburant alternatif au kérosène.

Psychologiquement, l’avion vert, affranchi des énergies fossiles, est la réponse au « Flydskam » d’après l’expression suédoise, la « honte de prendre l’avion », une prise de conscience déjà prégnante avant la crise mais dont la petite musique s’amplifie dans un monde postconfinement. L’hydrogène, élément constitutif de l’eau, porte la promesse d’un carburant super-vert pour peu qu’on trouve une technique non polluante de l’isoler.

Ailes futuristes et réservoirs cryogéniques : Pragmatiquement, l’avion décarboné est une piste tracée par le gouvernement quand il a annoncé un plan de soutien de 15 milliards d’euros pour l’aéronautique. Les pouvoirs publics (y compris en Allemagne) sont prêts à mettre au pot pour prendre le leadership de l’avion écolo et occuper toute une génération d’ingénieurs dont l’horizon est pour l’heure incertain.

Sur Twitter

Techniquement enfin, « l’hydrogène présente les mêmes performances que le kérosène », rappelle Grazia Vittadini, responsable technologie du groupe. Mais il a aussi le défaut de prendre « quatre fois plus de volume ». D’où l’allure des trois « concept plane », trois déclinaisons d’architectures futuristes d’appareils « ZEROe » (pour zéro émission), présentés lundi par Airbus.

Le turboréacteur à hydrogène imaginé par Airbus. Il pourrait transporter 120 à 200 passagers. – Airbus Group
Le turbopropulseur (à hélices), zéro émission, imaginé par Airbus. – Airbus

Pour les deux premiers avions imaginés – un turbo réacteur « cousin » de l’A320 pouvant transporter jusqu’à 200 passagers et un turbopropulseur à hélices d’une centaine de places – l’arrière du fuselage est « aveugle » pour ménager un grand réservoir à hydrogène. Et la petite « cheminée » visible au-dessus de la dérive est un conduit d’évacuation en cas de fuite. Pour le troisième concept, « une aile volante », façon ovni, qui a suscité l’ironie des réseaux sociaux « les possibilités de stockage de l’hydrogène sont multiples », indique l’avionneur.

Selon Jean Brice Dumont, patron de l’Ingénierie d’Airbus, le choix entre les trois possibilités d’aéronef devrait se faire d’ici 2024. « Nous n’avons pas de produit cible », précise-t-il.

Besoin d’alliés : L’idée générale est d’équiper le futur appareil de réservoirs cryogéniques puisque l’hydrogène pour être injecté dans les turbines et y brûler façon kérosène doit être transporté à l’état liquide, autrement dit refroidit à – 250 °C. L’hypothèse d’une hybridation avec une pile à combustible, donc d’un complément d’énergie électrique, est sur la table.

Pour ce nouveau défi, Airbus bénéficiera de l’expérience des programmes Ariane qui utilisent déjà l’hydrogène comme combustible. D’ailleurs Airbus, le motoriste Safran, Arianegroup et l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera), basé à Toulouse, travaillent déjà ensemble depuis le début de l’année sur la conversion de l’aviation civile à l’hydrogène.

Enfin, l’avionneur ne pourra pas réussir seul la transition. En d’autres temps, pour accueillir l’A380, les aéroports du monde entier ont dû rallonger leurs pistes. Là, ils devront se doter d’un circuit de ravitaillement en hydrogène et les équipes de maintenance des compagnies aériennes devront aussi être formées. Il va falloir embarquer tout un écosystème dans l’aventure.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/planete/2866751-20200921-pourquoi-airbus-choisit-avion-hydrogene-assurer-avenir

© Par Bernard TRITZ

Véhicules électriques, immatr. 1 boom de 219 % en France

20minutes.fr – Société – Véhicules électriques – Les immatriculations connaissent un boom de 219 % en France en 2020. VENTES : L’essor de l’achat de véhicules électriques et hybrides est notamment le fruit des aides à l’achat mises en place par le gouvernement.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 17/09/20 à 16h47 — Mis à jour le 17/09/20 à 16h47

Un logo de recharge de voiture électrique. — Pixabay

Malgré le contexte de crise sanitaire, les immatriculations de véhicules électriques et hybrides ne cessent de progresser en France. Les ventes de ces deux types de véhicules ont progressé de 219 % cet été par rapport à la même période l’an dernier, rapporte Phonandroid, d’après les chiffres publiés par l’association pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France).

Au total, 15.572 véhicules électriques ont été immatriculés durant les mois de juillet et août, soit une augmentation de 198 % par rapport à 2019. Les véhicules hybrides, eux, ont connu une hausse de 380 % avec 12.292 nouvelles immatriculations sur cette période.

Renault, Peugeot et Hyundai sur le podium : Selon la déléguée générale d’Avere-France, Cécile Goubet, cela montre « deux choses : d’une part que la tendance observée depuis le début de l’année s’inscrit sur la durée avec trois fois plus de véhicules électrifiés mis en circulation par rapport à la même période en 2019. D’autre part, que l’offre de modèles est suffisamment étoffée et attractive pour attirer de nouveaux utilisateurs de voitures électrifiées ».

Les trois modèles les plus vendus sont la Renault Zoé, la Peugeot e-208 et la Hyundai Kona. L’explosion des véhicules « verts » est en partie due à la mise en place d’aides à l’achat par le gouvernement, à l’instar du bonus écologique ou de la prime à la conversion.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2864263-20200917-vehicules-electriques-immatriculations-connaissent-boom-219-france-2020

© Par Bernard TRITZ

Porsche Taycan, nouveautés

20minutes.fr – Économie – Automobiles – La Porsche Taycan accélère encore plus fort. AUTO : Commercialisée depuis un an déjà, la Porsche Taycan évolue techniquement et offre de nouvelles fonctionnalités. Des options inédites font également leur apparition au catalogue.

Par Stéphane Lémeret pour 20minutes – Publié le 21/08/20 à 18h15 — Mis à jour le 21/08/20 à 18h15

Porsche Taycan — DR

Il faudra désormais 0,2 secondes de moins pour que la Taycan Turbo accélère de 0 à 200 km/h. Si cette amélioration paraît purement anecdotique, le modèle électrique de Porsche disposera par contre à partir du mois d’octobre d’une nouvelle charge intelligente destinée à préserver la durée de vie des batteries.

La nouveauté la plus marquante est cependant la fonction Plug & Charge de la Taycan, qui permet à son utilisateur de se passer de carte de crédit lors de la recharge. En pratique, la voiture envoie des informations à la borne dès que le câble est connecté, et le paiement se fait par voie électronique. Bien sûr, cette fonction ne s’applique pour le moment qu’à quelques réseaux partenaires comme Ionity.

Le catalogue d’options évolue également avec notamment l’apparition d’une fonction d’augmentation de la garde au sol (pour les gendarmes couchés ou les entrées de parkings) et d’un chargeur embarqué. Porsche ajoute aussi de nouvelles fonctions disponibles sur demande après l’achat du véhicule, comme l’assistant de maintien de voie.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/auto/2843935-20200821-porsche-taycan-accelere-encore-plus-fort

© Par Bernard TRITZ

Terre, Ressources épuisées …

fr.news.yahoo.com – Ce 22 août, l’humanité a épuisé autant de ressources que la Terre peut en produire sur l’année

Par Sciences et Avenir – Vendredi 21 août 2020

Ce 22 août, l’humanité a épuisé autant de ressources que la Terre peut en produire sur l’année

Le confinement induit par l’épidémie de Covid-19 a repoussé le Jour du dépassement de plus de trois semaines par rapport à l’année 2019. Ce phénomène est dû à la « contraction de l’empreinte écologique mondiale » que Global Footprint Network évalue à 10%.

Pas de réjouissance cependant : l’humanité consomme toujours trop. En 2020, elle a épuisé des ressources équivalentes à 1,6 Terre.

Et la relance économique est une préoccupation majeure après le ralentissement dû au confinement.

Les gouvernements mobilisent d’ailleurs des sommes astronomiques pour faire repartir la machine comme l’explique Sciences et Avenir dans « La durabilité nécessite à la fois l’équilibre écologique et le bien-être des populations assuré sur le long terme, c’est pourquoi la contraction soudaine de l’empreinte écologique observée cette année ne peut être confondue avec un progrès », met en garde Laurel Hanscom, PDG de Global Footprint Network.

Pour le groupe de réflexion, le recul de l’épidémie devrait pousser les décideurs à « construire un avenir où tous prospèrent dans les limites des ressources écologiques de notre planète ».

Si le monde vivait comme les Français, l’humanité aurait besoin de 2,7 planètes. Une mesure qui atteint cinq planètes lorsqu’il s’agit des Etats-Unis.

Et pour répondre à la demande des Français, il faudrait 1,9 France.

Les Japonais sont les plus gourmands avec une demande qui équivaut à 7,7 fois leur pays.

Le dépassement a débuté au début des années 1970, entraînant une dette écologique qui s’accumule et qui vaut aujourd’hui 18 années terrestres.

« En d’autres termes, il faudrait à la planète 18 ans de régénération pour inverser les dommage[…]

Lire la Source : https://fr.news.yahoo.com/22-ao%C3%BBt-lhumanit%C3%A9-%C3%A9puis%C3%A9-autant-135130594.html

© Par Bernard TRITZ

Écologie, Économie d’énergie : les sujets brûlants qui fâchent

Par Bernard TRITZ, produit le 30 juillet 2020, mis en ligne à 08h30

Le premier dossier : Isolation des combles.

Notre choix s’est porté sur la société Provence-combles, 863 Avenue Denis Papin Zac, 13340 Rognac Téléphone : 04 42 09 68 36

Tout s’est parfaitement bien entrepris, réalisé, dans le respect de ce qui s’est dit et écrit. Respect et conformité partout. Cette entreprise, bien dirigée, a le souci de satisfaire le client.

Le second dossier : Production solaire

2/3 des panneaux sont soumis aux ombres du voisinage…

Je ne ferai pas de publicité pour cette entreprise que j’ai choisie à tort. Le point clé que je retiens, la Tromperie à tous les étages, Mensonges, Manipulations. Un exemple : les aides de l’État ou du Gouvernement.

  • Le vendeur a donné un devis, une simulation informatique qui annonce 2 aides pour un certain montant.
  • Le dirigeant aura donné une autre version.
  • La femme responsable relations client ; une autre version.
  • Les impôts une autre.
  • Un concurrent une autre encore…

C’est la Tour de Babel, tous parlent d’autre chose.

Pas de réponse sûre ni concrète.

Dossier de mi-juin 2019, rien reçu, non-clos à ce jour.

Une action sera entreprise, prochainement, pour demander des comptes.

Troisième dossier : Pompe à chaleur

Je vais taire le nom de cette entreprise car le dossier n’est pas terminé. Encore en-cours. Dossier de mi-février 2020, la Covid-19 est venue foutre la panique dans la gestion de ce dossier.

Installation du lundi 01 juin 2020, un lundi férié. En seulement 2 jours la mise en route fut réalisée. Depuis…

Une chose est positive concrètement avant nous avions 1 ballon d’eau chaude de 200 litres. Ce ballon tous les jours se mettait en route pour chauffer l’eau. Cela pompait 2,4 kw.

Avec la pompe à chaleur au ballon inclus de 200 litres se met en route une fois par 48 heures. Cela pompe 1,5 kw. Soit une économie journalière 1,65 kw, ou 69% d’économie. C’est, de ce point de vue, un succès.

Ombres au tableau les aides annoncées, promises…

Rien en vue à ce jour.

EDF, un dossier monté au début de l’opération, il a fallu y revenir, re-fournir des pièces justificatives, déjà fournies, encore et encore.

Explication donnée : la Covid-19 est venue foutre un bordel dans la gestion des dossiers, du nôtre en particulier.

EDF a finalement déclaré par écrit le 21 juillet 2020, que le dossier était complet en attente de traitement.

Pour le chauffage il nous faudra attendre mi-novembre 2020.

Nous allons faire l’économie du fioul, soit 1.500,00€ par an.

Nous ne payons plus l’électricité grâce à la production d’énergie solaire, soit une économie de 2.000,00€ par an.

Nous avons bon espoir de pouvoir finalisé ce dossier Pompe à Chaleur dans les mois qui suivent.

Dans les 3 dossiers les aides de l’État ou Gouvernementales sont sujet à caution. Elles viendront peut-être, ou pas du tout.

Des centaines de dossiers sont en souffrance en France.

Il faut reconnaître, la complexité des dossiers n’aide pas. La fluctuation des aides est certaine complexifiant les dossiers.

J’ai personnellement contacté le Palais Présidentiel, sur ce sujet des aides de l’État ou Gouvernementales. J’ai reçu un accusé réception certifiant que ma demande était bien arrivée. Mais rien d’autre.

Je propose simplement que le vendeur de l’un de ces dossiers se préoccupe, lui qui l’a promis lors de la vente, pour faire la vente, de récupérer les aides annoncées pour faire l’affaire commerciale : pour lui-même. Cela mettrait fin à cette Tromperie organisée, proche de l’escroquerie. Le client ne paierait que le reste à payer.

J’ai proposé mon aide, au Palais de l’Élysée, pour travailler sur ce dossier qui attise de plus en plus, de colères, de haines, de hontes… Et aussi de travailler sur les attributions des mentions QUALIBAT et RGE. Des entreprises en font un bon usage, d’autres pas du tout.

Arnaque, Escroquerie – Appeler un chat un chat

N’ayons pas peur des mots ni des maux…

Quels sont nos maux : les deux mots suivant Arnaque et Escroquerie

Comme vendre un produit cher, en promettant des aides de l’État ou Gouvernementales ou autres très hypothétiques fluctuantes vers la baisse ou disparaissent tout simplement.

Insister lourdement sur ces aides de l’État, comme pour rassurer, mettre en confiance, en répétant le prix de vente par exemple 13.000,00 € en déduisant les pseudos aides de l’État environ 10.000,00 €, vous ne paierez que 3.000,00 €. Il faut que ce soit très, très alléchant pour inciter le client à signer le Crédit à la consommation, le plus rapidement possible.

Pourquoi ? L’entreprise vendeuse reçoit un virement bancaire de la maison de crédit : elle est certaine d’être payée.

Le Crédit est un mur infranchissable entre le client de la Pompe à Chaleur et le client condamné à honorer les prélèvements bancaires mensuels sur son compte.

Les Aides de l’État, viendront ou pas, et pas tout de suite, ou pas du tout.

Le client comprend rapidement qu’il s’est fait avoir.

Urgence : il y a urgence à légiférer, interdire ce genre de ventes au forceps, si le vendeur est sûr des aides, il faut prévoir que ce soit lui (le vendeur) qui prenne le risque et pas au client, et que tout soit consigné, très précisément, dans les détails, dans le contrat de vente. Le client final ne doit payer que le solde annoncé avant-vente, et rien de plus.

Le vendeur est très rapide à installer la Pompe à Chaleur, souvent il utilise des intervenants extérieurs comme des intermittents d’où un travail bâclé, des malfaçons, des dysfonctionnements. On peut voir de tout.

Comme ne pas enlever la Cuve à fioul (pourtant obligatoire aux dépens du vendeur de PAC, car il sera surement inquiété) avant toute pose d’une Pompe à Chaleur.

On comprend que certaines de ces sociétés soient éphémères.

En résumer dans l’urgence : un décret pour interdire ces ventes au forceps frauduleuses et trompeuses. Pour ces ventes doubler le délai de Rétractation, le porter à 4 semaines. Et une Commission d’Enquête Parlementaire pour analyser la situation depuis 2018, prendre en compte de façon rétroactive.

Cela touche toutes les activités commerciales qui mettent en avant des Aides de l’État, pour vendre : Production solaire, Isolation thermique, Pompe à Chaleur, Climatisation et autres…

La grogne prend de l’ampleur, il est urgent de régler ces problèmes, voire organiser des Tribunaux spéciaux d’urgence.

Supprimer les qualités QUALIBAT et RGE à ces entreprises.

Écologie

Avoir à l’esprit le principe de devenir un Écolo Rigolo n’est pas si simple.

On peut dire des entreprises, œuvrant sous le thème de l’écologie et des économies financières à réaliser, soit disant entreprises classées RGE et QUALIBAT pas toutes, mais les autres sont légions.

Elles ont un seul but ; attiré le client chaland dans ses filets, le tordre, le rincer, le plumer.

Les artifices sont très nombreux : promesses très souvent, orales, non-tenues. Un miroir aux alouettes où se retrouvent un grand nombre de clients. Les lésés comptez-vous !

Le premier exemple : « ON » vous le sort tout de suite, le crédit à signer. On vous annonces des aides de l’État et d’autres qui permettront de rembourser le Crédit.

Si vous ne signez pas le Crédit, le dossier semble bloqué, immobilisé, difficile à réaliser.

Sauf que : Les prétendues aides sont mouvantes du jour au lendemain, voire disparaissent ou diminuent de façon drastique.

Ne pas se contenter des promesses orales : il faut que tout soit écrit, voire gravé dans le marbre.