249 km/h sur l’A20

msn.com – francetvinfo.fr – Intercepté à 249 km/h sur l’A20, un automobiliste explique aux gendarmes qu’il voulait respecter le couvre-feu.

Par francetvinfo.fr – Publié le jeudi 22 octobre 2020 à 23h50

Son permis de conduire lui a été immédiatement retiré.

A20 – Celon –

Un automobiliste a été intercepté ce jeudi 22 octobre sur l’A20 sur la commune de Celon (Indre) à une vitesse de 249 km/h, rapporte France Bleu Berry. La vitesse retenue par les gendarmes, 236 km/h, reste encore bien au-delà des 130 km/h autorisés.

Ce conducteur âgé de 55 ans, originaire de la région parisienne, a tenté de justifier son comportement en expliquant aux gendarmes qu’il était « désireux de respecter le couvre-feu en vigueur ». Son permis de conduire lui a été retiré tandis que sa voiture subit une rétention administrative accompagnée d’un placement en fourrière. Ce conducteur sera jugé prochainement devant le tribunal judiciaire de Châteauroux.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/intercept%c3%a9-%c3%a0-249-km-h-sur-la20-un-automobiliste-explique-aux-gendarmes-quil-voulait-respecter-le-couvre-feu/ar-BB1aiSvp

© Par Bernard TRITZ

Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid 700 chevaux

msn.com – motor1.com – La Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid passe à 700 chevaux

Par Yann Lethuillier – motor1.com – Publié le mercredi 21 octobre 2020 à 17h30.

© Motor1.com Copyright 2021 Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid Avant 3/4

La Panamera passe un nouveau cap et devient le modèle le plus puissant présent au sein du catalogue de la marque actuellement.

Après avoir dévoilé les versions thermiques de sa Panamera restylée, Porsche présente maintenant deux nouvelles hybrides rechargeables, en plus de la 4S E-Hybrid de 560 chevaux, présentée fin août.

Si la Panamera Turbo S de 630 chevaux a de quoi impressionner, Porsche enfonce le clou avec sa déclinaison Turbo S E-Hybrid qui passe le cap des 700 chevaux et qui devient ainsi le modèle Porsche le plus puissant au sein du catalogue de la marque actuellement. La Porsche Panamera 4 E-Hybrid conserve quant à elle ses 462 chevaux.

© Motor1.com France 2021 Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid, 4 E-Hybrid, Et 4S

D’une manière générale, les Panamera se vendent essentiellement en versions hybrides en France, d’une part parce qu’elles sont épargnées par le malus écologique, et d’autre part parce qu’elles bénéficient d’avantages fiscaux intéressants, notamment pour les sociétés. De plus, avec le nouveau malus lié au poids qui arrivera en 2021, elles seront là aussi épargnées malgré les plus de deux tonnes sur la balance puisque les hybrides rechargeables seront exonérées.

La Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid restylée passe donc de 680 à 700 chevaux grâce à un remaniement de son V8 4,0 litres bi-turbo dont la puissance passe de 550 à 571 chevaux. Le V8 est associé à un moteur électrique de 136 chevaux intégré à la boîte de vitesses double embrayage à huit rapports. Le couple maximum est annoncé à 870 Nm. La voiture peut atteindre 315 km/h, soit 5 km/h de plus, et abat le 0 à 100 km/h en 3,2 secondes, soit une amélioration de deux dixièmes.

© Motor1.com France 2021 Porsche Panamera 4 E-Hybrid Arrière 3/4

La capacité de la batterie passe de 14,1 à 17,9 kWh, ce qui permet une hausse de l’autonomie électrique de 30 % selon la firme de Stuttgart. D’après le cycle WLTP, l’autonomie électrique est de 50 kilomètres avec la Turbo S E-Hybrid et de 56 kilomètres avec la 4 E-Hybrid. Porsche annonce également avoir revu la direction de toutes les versions et doté ses modèles de nouveaux pneumatiques.

Outre ces deux modèles hybrides, Porsche annonce le retour de la Panamera 4S avec son V6 2,9 bi-turbo de 440 chevaux, un bloc que l’on retrouve notamment sous le capot des Audi RS 4 et RS 5. La Porsche Panamera 4 E-Hybrid débute, en France, à partir de 115.276 euros, la 4S à partir de 120.317 euros et la Turbo S E-Hybrid à partir de 193.037 euros.

© Motor1.com France 2021 Porsche Panamera 4 E-Hybrid Arrière 3/4

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/la-porsche-panamera-turbo-s-e-hybrid-passe-%c3%a0-700-chevaux/ar-BB1afSgk?li=BBoJvSH#image=BB1ag4qx|9

© Par Bernard TRITZ

Automobiles : Fini les tampons !

msn.com – challenges.fr – Fini les tampons : le carnet d’entretien de votre auto se dématérialise

Par Eric Bergerolle – challenges.fr – mercredi 21 octobre 2020 à 03h00.

© Image © BMW BMW Service : carnet d’entretien du véhicule

À l’heure où même le fisc est en passe d’éradiquer le papier, le carnet d’entretien de votre auto se dématérialise. Le concessionnaire conserve votre historique mais rechigne parfois à vous y livrer accès. En cas de revente du véhicule, c’est problématique.

Voilà plus de quinze ans que les propriétaires de voitures de la marque BMW ne s’encombrent plus d’un carnet d’entretien : l’historique des interventions peut être consulté sur l’écran du système embarqué, ou bien sur l’écran de l’ordinateur du réparateur agréé. Tous les constructeurs ont emboîté le pas de l’Allemand, de sorte que même le carnet d’entretien d’une modeste Renault est aujourd’hui dématérialisé. Certains constructeurs fournissent encore ce livret en papier (d’office ou bien à la demande) mais rares sont les mécaniciens à prendre encore la peine d’y apposer leur tampon et à y inscrire la date de la dernière révision. Tout est numérisé, archivé quelque part sur un serveur informatique, accessible instantanément par n’importe quel représentant de la marque.

En gardant la main sur l’historique d’entretien, les constructeurs tendent de retenir plus longtemps le client dans leur réseau : À en croire les constructeurs, leurs clients n’auraient même plus à s’embarrasser de factures, seules traces écrites de son passage à l’atelier : leurs garagistes conservent la mémoire de leurs visites et savent précisément quel type d’intervention a été réalisé à quelle date. Mieux, le système sait prédire l’imminence de la prochaine révision au regard de la fréquence des visites passées et du kilométrage annuel moyen. Les clients reçoivent alors une alerte par SMS et par courriel, ainsi qu’une invitation à prendre rendez-vous en ligne. Pratique.

À terme, lorsque la voiture sera connectée en permanence au réseau de données mobiles, elle sera capable de détecter la moindre défaillance et de prévenir le réparateur, lequel sera en mesure d’anticiper la réparation et de commander la pièce avant même que le conducteur n’ait conscience du problème. C’est déjà le cas pour quelques véhicules de très haut-de-gamme.

Conserver les factures du garagiste permet d’attester de la périodicité des visites et du suivi de l’entretien : Moins de paperasse, moins de choses à penser… Au client aussi, la dématérialisation du carnet d’entretien semble n’offrir que des avantages. Les choses se compliquent néanmoins lorsqu’il souhaite céder son véhicule à un particulier. Les forums de discussion sur Internet regorgent de témoignages d’automobilistes furieux de l’attitude du constructeur et de leur concessionnaire, qui mettent une mauvaise volonté évidente à fournir une copie de l’historique des opérations d’entretien. Parfois, le seul document obtenu est une liste de dates pour chaque révision effectuée. A peine de quoi satisfaire la curiosité bien légitime de l’acheteur potentiel. 

L’extrait de l’historique ainsi remis est d’autant plus parcellaire qu’il ne couvre pas la période qui précède la date de son immatriculation au nom de son propriétaire actuel. Pour remonter dans le temps, les réparateurs et le service après-vente des constructeurs se contentent généralement d’inviter l’automobiliste à solliciter l’autorisation écrite de partager le contenu du carnet d’entretien auprès du ou des précédents propriétaires. Fastidieux.

Lors de la revente du véhicule, l’acheteur accorde plus d’importance aux factures qu’à un éventuel carnet d’entretien

Le meilleur moyen de contourner ce genre de difficultés consiste pour le vendeur d’une auto à présenter une liasse de factures volantes. Car derrière des mentions génériques (du type “révision périodique à 20.000 km”) se cache une liste d’opérations de contrôle, de vidange et de remplacement de pièces d’usure très précisément codifiée par le constructeur. Le réparateur doit s’y tenir, en échange de la facturation d’un tarif forfaitaire.

Hélas ! La parade n’est pas absolue. Car les factures ont une fâcheuse tendance à s’égarer, au fil des changements de propriétaires. Pour reconstituer un historique complet, le titulaire de la carte grise n’a pas d’autre choix que de frapper à la porte de chacun de ses prédécesseurs, pour connaître le nom des réparateurs successifs. Chacun d’entre eux pourra alors être sollicité individuellement, afin de délivrer sa part de l’historique des opérations effectuées. Fatalement, certains rechignent à rendre ce service.

Le réparateur n’a pas toujours accès à l’intégralité de l’historique de l’entretien de votre voiture : Car il n’existe pour l’heure aucune obligation légale faite aux réparateurs — qu’ils soient indépendants ou bien concessionnaires de la marque d’un constructeur — de délivrer un historique complet de l’entretien du véhicule. De toute manière les mécaniciens indépendants n’ont pas toujours accès à la version détaillée de l’historique que le constructeur stocke sur un serveur en ligne. L’outil de diagnostic universel qu’ils branchent sur l’ordinateur de bord pour interroger les capteurs et la mémoire du véhicule ne leur sert qu’à identifier la source d’une panne.

Pour Jean-Pierre Diernaz, vice-Président de MotorK, la dématérialisation du carnet d’entretien et la bataille autour des données qu’il contient ne sont qu’une répétition des grandes batailles qui s’annoncent. “Ce qui se joue n’est rien moins que la monétisation des données”, explique avec passion ce fin connaisseur du secteur de la distribution et de la réparation automobiles. “Des négociations sont en cours entre les constructeurs, les réparateurs et les autorités communautaires pour savoir si l’accès aux données collectées par les véhicules sera garanti aux seuls constructeurs et à leur réseau, ou bien à tous les réparateurs indépendants comme aux assureurs. Il va sans dire que les premiers militent pour un verrouillage à leur profit, quand les seconds réclament une pleine interopérabilité”. 

Les données collectées par les voitures connectées valent de l’or pour le secteur des services : Si l’on en croit les estimations livrées par McKinsey depuis 2016 et très régulièrement réévaluées, la monétisation des données collectées par nos voitures (ce que l’industrie appelle la “data automobile”) représenterait un potentiel de quelque 750 milliards d’euros en 2030. Car si un dixième seulement des véhicules en circulation aujourd’hui sont connectés au réseau de données mobiles, au rythme de renouvellement du parc, la moitié le seront en 2030. Une grappe de services (qu’il reste à imaginer, pour la plupart) viendra se greffer sur la voiture de Monsieur Tout-le-Monde, pour servir son confort et sa sécurité, mais aussi pour le distraire, pour épargner son temps et l’inciter à consommer davantage.

Pourtant les constructeurs restent frileux à l’idée de partager les données statiques et dynamiques collectées par leurs véhicules et leurs concessionnaires. “C’est une réticence naturelle à offrir à d’autres ce que vous avez créé à vos propres frais”, expliquait Frédéric Bruneteau, directeur général du cabinet PTOLEMUS de conseil en stratégie sur véhicule autonome et connecté, à l’occasion de l’atelier du MAP sur la donnée du véhicule connecté, en mars 2020. “Les données servent avant tout à mieux connaître les habitudes des clients, à optimiser le réseau et à augmenter le trafic en concession. Voire à mettre à jour les véhicules à distance.”

Livrer l’accès aux données du véhicule ouvre la porte au piratage informatique et à l’espionnage industriel : Pour Stéphane Derville, la solution passe peut-être par un compromis. “Une donnée doit être normalisée sur un standard ouvert pour être correctement exploitée. Toutefois, l’ouvrir à tous les acteurs génère un risque de piratage informatique et d’espionnage industriel. Il faut trouver une architecture électronique embarquée partitionnée : des pans pourraient être réservés aux constructeurs ; d’autres accessibles aux développeurs d’applications ; sans oublier un accès pour les réparateurs indépendants”, proposait ce responsable chez Mobivia Innovation & Recherches lors de l’atelier du MAP du 5 mars 2020. “Ces espaces doivent être sécurisés dans leur accès mais ils doivent cohabiter. Le véhicule serviciel ne doit pas servir de Cheval de Troie aux failles de sécurité informatique.”

Cette dimension de la protection des données contre le piratage s’ajoute à celle de la nécessaire protection de la vie privée pour compliquer encore le débat qui se joue au niveau des instances européennes. “L’enjeu des négociations est de savoir dans quelle mesure les constructeurs peuvent continuer de s’abriter derrière le caractère sensible de certaines données pour refuser le principe de leur libre-accès à tous les réparateurs et assureurs”, reprend Jean-Pierre Diernaz. “En attendant, le consommateur a tout intérêt à prendre la précaution de conserver toutes les factures de son garagiste.”

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/fini-les-tampons-le-carnet-dentretien-de-votre-auto-se-d%c3%a9mat%c3%a9rialise/ar-BB1ae7bG#image=1

© Par Bernard TRITZ

Dacia dévoile la Spring

msn.com – capital.fr – Dacia dévoile la Spring, la voiture électrique la moins chère du marché !

Par Julien Sarboraria – capital.fr – Publié jeudi 15 octobre 2020 à 18h00.

© SP/Dacia Dacia dévoile la Spring, la voiture électrique la moins chère du marché

Attendue au printemps 2021, la Dacia Spring est une petite citadine 100% électrique capable de transporter quatre adultes et de parcourir 225 km sur une seule charge.

Après le succès de sa berline Sandero et de son SUV Duster, Dacia présente un nouveau modèle qui a toutes les cartes pour faire un nouveau carton. Ce nouveau modèle, c’est la Dacia Spring, une petite citadine électrique à cinq places (3,73 mètres de long) dont le prix d’achat devrait se situer aux alentours de 15.000 euros, batterie incluse et bonus écologique déduit lors de sa sortie au printemps 2021. Un tarif imbattable sur le marché, même si la Spring fera quelques sacrifices sur l’équipement (climatisation, système multimédia ou encore rétroviseurs électriques resteront en option).

Ce qui ne devrait pas déranger la clientèle dont la plupart se laissera sûrement séduire par le design typé SUV de la voiture (garde au sol surélevée, arches de roues, barres de toit) et les possibilités de personnalisation à travers plusieurs packs de couleurs. La Spring se destine principalement à un usage urbain ou périurbain, et cela se confirme à la lecture de sa fiche technique. Son moteur électrique de seulement 33 kW (44 ch) limite la vitesse à 125 km/h, voire à 100 km/h avec le mode “Eco” dont la puissance est bridée à 23 kW (31 ch).

Si la Spring n’apparaît donc pas comme la voiture idéale pour partir en vacances, son autonomie est loin d’être ridicule (225 km) compte tenu de la faible capacité de sa batterie (26,8 kWh, à peine plus que la première génération de Renault Zoé en 2012). En utilisation exclusivement urbaine, elle s’approche même des 300 km et peut espérer atteindre jusqu’à 324 km en mode “Eco”. La Spring aurait même pu faire mieux si elle disposait d’une fonction amplifiant la récupération de l’énergie au freinage (mode “B”).

Cachée derrière la calandre, comme sur la Zoé, la trappe de charge permet de récupérer 80% de l’autonomie en moins d’une heure sur un chargeur de 30 kW, puissance de charge maximale acceptée par la voiture. Comptez moins de 5 heures de charge sur une borne de type Wallbox (7,4 kW) et moins de 14 heures sur une prise domestique standard. Il est possible de connaître le niveau de charge, l’autonomie restante ou même d’allumer la ventilation du véhicule à distance via son smartphone.

© Fournis par Capital

Quatre vraies places : À bord, le dessin de la planche de bord apparaît moins moderne que celui de la nouvelle Sandero. Mais on retrouve tout de même quelques équipements modernes, comme un système multimédia à écran de 7 pouces (en option) et un affichage numérique des informations derrière le volant. A noter la présence d’une molette rotative en lieu et place du classique levier de vitesses.

Dacia annonce une habitabilité record avec la possibilité de voyager à quatre adultes ainsi que la présence de nombreux rangements, en plus d’un coffre “digne du segment supérieur” affichant une capacité de 300 litres.

Une version utilitaire et pour l’autopartage : La Dacia Spring sera lancée au printemps 2021 dans une version standard et une autre dédiée à l’autopartage. Les clients professionnels ne seront pas oubliés puisqu’une version utilitaire verra également le jour. Destinée aux livraisons du dernier kilomètre, cette Spring Cargo affichera un volume de chargement de 800 litres (suppression de la banquette arrière, cloison de séparation) et une charge utile de 325 kg.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/dacia-d%c3%a9voile-la-spring-la-voiture-%c3%a9lectrique-la-moins-ch%c3%a8re-du-march%c3%a9/ar-BB1a3PbL

© Par Bernard TRITZ

Google Assistant Driving Mode ?

msn.com – clubic.com – Qu’est-ce que Google Assistant Driving Mode, le futur remplaçant d’Android Auto ?

Par Rémi Bouvet- clubic.com – Publié le mercredi 14 octobre 2020 à 09h40.

© Fournis par Clubic

Android Auto « pour les écrans de téléphone » laissera prochainement sa place au Google Assistant Driving Mode, une solution de navigation directement intégrée à Google Maps. On découvre désormais, en image, le design de l’interface.

Annoncé lors de l’I/O 2019, le lancement du Google Assistant Driving Mode a pris du retard. Par rapport à Android Auto, cette mouture met l’accent sur l’assistant vocal. L’objectif : faciliter la navigation par la voix. Pour le moment, ce Google Assistant Driving Mode est toujours en accès bêta. La dernière version 11.31 de l’application donne enfin un premier aperçu de son rendu et de son fonctionnement. Le site 9to5google a partagé plusieurs images.

Le remplaçant d’Android Auto for Phone Screens : En préambule, quelques lignes s’imposent pour clarifier la situation. Sous l’appellation générale Android Auto, se cachent deux choses différentes.

L’Android Auto lancé en 2014 est une version de l’OS Android adaptée au système multimédia d’un véhicule. En pratique, cela permet d’y connecter un smartphone Android afin de bénéficier de certaines applications directement sur la tablette du tableau de bord ; l’interface est logiquement simplifiée et adaptée à cet usage. Pour celles et ceux qui ne possèdent pas un véhicule compatible, par exemple dépourvu de tablette, l’application Android Auto for Phone Screens permet de rendre l’affichage du téléphone plus ergonomique dans le cadre de la conduite, transformant le smartphone en une tablette de substitution en somme.

C’est cette application Android Auto for Phone Screens qui sera remplacée par Google Assistant Driving Mode dans les prochaines semaines ; la solution Android Auto qui connecte un smartphone au système multimédia d’un véhicule restera pour sa part inchangée.

Un mode sombre toujours activé et une interface épurée.

© Fournis par Clubic

Comme on peut le voir sur ces illustrations, l’interface du Google Assistant Driving Mode est systématiquement en mode sombre, que l’appareil soit configuré dans ce mode ou non. On constate également, sans surprise, que Google met le paquet sur son assistant vocal, version « driving-friendly », qui permet ainsi au conducteur de consulter et dicter des messages, passer des appels, etc.

© Fournis par Clubic

Pour la sécurité, Google promet « moins de distractions » ; de fait, l’utilisateur est uniquement sollicité en cas de réception de messages et d’appels. Les autres notifications « restent en sourdine ». Il est bien entendu possible d’écouter des podcasts ou de la musique directement via les applications dédiées.

Niveau interface et design, on notera surtout la présence d’icônes enchâssées dans des carrés, sûrement pour étendre la zone de sélection avec le doigt.

Quelques petits bugs semblent persister. Le plus gênant serait la fermeture brutale de l’application lorsque le bouton « essayez-le » est pressé.

Pour l’instant, on ignore quand Google proposera une version finalisée au grand public.

Source : 9to5google

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/quest-ce-que-google-assistant-driving-mode-le-futur-rempla%c3%a7ant-dandroid-auto/ar-BB1a03wA?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Radars urbains, inquiétons-nous !

msn.com – capital.fr – Les radars urbains ont de quoi inquiéter les automobilistes, voici pourquoi ?

Par Julien Sarboraria – capital.fr – Publié le mardi 13 octobre 2020 à 18h45.

© Kévin Comte Les radars urbains ont de quoi inquiéter les automobilistes, voici pourquoi ?

Les nouveaux radars urbains, qui vont être testés à Montpellier et à Montbéliard d’ici la fin de l’année 2020, ont de quoi donner des sueurs froides aux automobilistes. Explications.

Les automobilistes vont devoir adopter une conduite irréprochable dans un avenir proche s’ils veulent conserver leur permis de conduire. Car le gouvernement ne compte pas relâcher ses efforts pour lutter contre l’insécurité routière. Preuve en est avec l’arrivée imminente de cabines radars de dernière génération, dont une dizaine d’exemplaires vont être testés dès la fin de cette année 2020 et pendant une durée de 6 mois dans les villes de Montbéliard et de Montpellier, rapporte le journal Midi-Libre.

Plus compacte qu’un radar tourelle mais tout aussi redoutable, cette nouvelle cabine devrait être installée dans les villes, d’où son surnom de “radar urbain”. Selon le site Radars-auto.com, elle sera capable de verbaliser les excès de vitesse et le non-respect des feux rouges. Mais en réalité, elle sera capable de bien plus. Contactés par Capital, les deux fabricants qui ont remporté le marché avec l’Etat – Idemia et Parifex – n’ont pas souhaité s’exprimer pour des raisons de confidentialité.

Mais ces entreprises restent des sociétés commerciales et n’hésitent donc pas à vanter les performances de leurs produits sur Internet. C’est le cas notamment de Parifex qui liste les “possibilités infinies” de son nouveau radar, baptisé “Nomad”, dans une vidéo publiée sur Youtube. On y apprend ainsi que ce radar renferme une caméra et un radar laser “Lidar 3D”, notamment utilisés pour la cartographie des routes. Cette technologie dernier cri permet “une modélisation de l’environnement en temps réel” et de repérer tout objet en mouvement dans son champ de vision (voiture, deux-roues, camion, piéton, NDLR)”, affirme Parifex dans sa présentation.

Ce radar peut également “lire” la route et faire la différence, par exemple, entre une voie réservée aux bus et aux voitures. Il peut aussi surveiller le respect de la priorité aux piétons, de l’arrêt au stop et de la limitation de vitesse en vigueur. Il serait aussi en capacité de repérer un automobiliste faisant usage du téléphone au volant, roulant sans ceinture de sécurité ou ne respectant pas les distances de sécurité. Il serait même capable de surveiller le niveau de pollution des véhicules, et ainsi verbaliser les conducteurs circulant dans une zone à faibles émissions (ZFE). Son efficacité serait également meilleure que celle d’un radar “classique” puisqu’il serait opérationnel de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques.

Environ 500 cabines sur les routes : Bien sûr, rien ne confirme à ce jour que toutes ces fonctionnalités seront activées sur ces nouveaux radars mais cela montre leur potentiel. Si les tests effectués dans les deux villes s’avèrent concluants et que les appareils obtiennent leur homologation, alors l’Etat pourrait en installer environ 500 sur les bords des routes à compter de la fin de l’année 2021, selon Radars-auto.com. Compte tenu du prix de ces radars (entre 30.000 et 40.000 euros selon les estimations), plusieurs cabines pourraient être factices et auraient donc un unique but de dissuasion.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/les-radars-urbains-ont-de-quoi-inqui%c3%a9ter-les-automobilistes-voici-pourquoi/ar-BB19Z8CW?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Tesla Model Y : batteries spéciales

msn.com – capital.fr – Des batteries spéciales pour les Tesla Model Y européennes

Par Ambre Deharo – capital.fr – Samedi 10 octobre 2020 à 00h05.

© picture alliance / Contributeur / Getty Images Des batteries spéciales pour les Tesla Model Y européennes

De nouveaux modèles de batteries Tesla seront pour la première fois utilisés à bord des Model Y qui sont fabriquées dans l’usine de Berlin, en Allemagne.

Tesla tire une grande fierté de présenter des batteries pour automobiles électriques particulièrement performantes. Et lors de son dernier Battery Day, une sorte de keynote, l’entreprise fondée par Elon Musk a une nouvelle fois surpris en dévoilant une nouvelle technologie pour ses batteries : il s’agit de nouvelles cellules 4680. Ces versions ont cinq fois plus de capacités que les batteries traditionnelles et sont six fois plus puissantes, selon les précisions du site Auto-moto. Mais surtout, ces batteries spéciales feront leurs débuts en terre européenne.

Ainsi, elles seront tout d’abord équipées sur les Tesla Model Y qui sont fabriquées à Berlin, en Allemagne. La nouvelle a été confirmée par le patron de Tesla Elon Musk, dans un tweet posté le 7 octobre. « Berlin utilisera les cellules 4680 avec une structure de batterie moulée en une seule pièce, à l’avant et à l’arrière ». Ce nouveau modèle doit permettre aux véhicules électriques du constructeur américain d’aller toujours plus loin dans la performance. Ainsi, comme le rappelle Auto-moto, ces nouvelles cellules et cette nouvelle structure doivent aider à faire baisser le poids de la batterie de 10% tout en augmentant l’autonomie de l’engin de 14%. Soit de deux ans au minimum, selon le site Fandroid.

Tweet

C’est en novembre 2019 qu’Elon Musk avait révélé l’emplacement de sa future giga factory européenne. Dès le début, il avait été précisé que l’usine de Berlin servirait à la construction de batteries, de moteurs et de la Model Y. Le constructeur a de grands projets pour développer le site. Dans son tweet du 7 octobre Elon Musk a ainsi annoncé qu’outre les batteries, un « nouveau système de peinture » sera également mis en place au sein de l’usine allemande. Ce dernier sera aussi le lieu de naissance de nouvelles technologies pensées par Tesla. Et Elon Musk prévient : ceci engendrera « un risque de production important ». Il faudra toutefois encore patienter quelques mois avant de pouvoir voir sortir les premières Model Y de l’usine berlinoise : cela n’arrivera pas avant le second semestre 2021.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/des-batteries-sp%c3%a9ciales-pour-les-tesla-model-y-europ%c3%a9ennes/ar-BB19SvJl?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Tesla : Il commande par mégarde une option d’Autopilot à 4,000$

msn.com – 01net.com – Tesla : son smartphone au fond de la poche, il commande par mégarde une option d’Autopilot à 4.000 dollars.

Par Dimitri Charitsis – 01net.com – Publié le jeudi 08 octobre 2020 à 18h25.

La tuile. Un conducteur de Model 3 a eu la surprise d’être facturé pour une mise à jour involontaire de son Autopilot. La commande aurait été passée alors que le smartphone était dans la poche de son propriétaire.

© AFP Un propriétaire de Tesla victime d’un « butt dial » à 4000 dollars.

Un smartphone rangé dans une poche de jean peut réserver bien des surprises. Certains utilisateurs constatent parfois que leur téléphone a passé quelques appels à leur insu. D’autres retrouvent des photos du fond de leur poche dans leur galerie. L’appareil d’Ali Vaziri, a été moins sympathique à l’égard de son propriétaire puisqu’il serait à l’origine d’une commande de 4 280 dollars, le prix de la mise à jour de l’Autopilot de sa Tesla.

Un « butt dial » à 4280 dollars : Le 24 septembre dernier, ce docteur en physique, résidant aux Etats-Unis, reçoit une notification de sa banque lui indiquant qu’il vient de valider une transaction de plus de 4 000 dollars. L’heureux possesseur d’une Tesla Model 3 ne le sait pas encore, mais il vient de débloquer l’upgrade de son Autopilot. Seul problème : il nie être l’auteur de cette commande et explique à CNBC, qui relate l’histoire, que son téléphone était dans sa poche au moment où l’opération a eu lieu. Vaziri est victime d’un « butt dial » qu’on pourrait traduire vulgairement pas « appel du cul », l’expression consacrée aux Etats-Unis pour caractériser les actions non souhaitées des smartphones lorsqu’ils sont rangés dans une poche.

Le propriétaire de la voiture explique que sa carte bancaire était liée à son compte Tesla, dans la mesure où il paye tous les mois l’abonnement de connectivité premium mais qu’à aucun moment il n’a souhaité disposer de cette version optimisée de l’Autopliot. Depuis sa mésaventure, le Docteur Vaziri tente en vain de se faire rembourser, mais Tesla semble plus enclin à encaisser un virement plutôt qu’à annuler une transaction involontaire.

Source : CNBC

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/tesla-son-smartphone-au-fond-de-la-poche-il-commande-par-m%c3%a9garde-une-option-dautopilot-%c3%a0-4000-dollars/ar-BB19PAFX?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Tesla. Un hacker révèle ce qu’observe la caméra

msn.com – ouest-france.fr – Tesla. Un hacker révèle ce qu’observe la caméra intérieure des Model 3 et Y.

Par ouest-france.fr – Publié le mercredi 07 octobre 2020 à 13h15.

© EVGENIA NOVOZHENINA / REUTERS L’intérieur d’une Tesla Model 3 (photo d’illustration).

Certains modèles de Tesla sont équipés d’une caméra intérieure. Un hacker a révélé ce que détectait réellement ce dispositif, tandis que plusieurs voix s’inquiètent du traitement des données par le constructeur.

Tesla a intégré une caméra dans ses Model 3 et Model Y. Celle-ci est placée au-dessus du rétroviseur intérieur et fait face à l’habitacle. Jusqu’ici, son fonctionnement exact restait inconnu. Sur Twitter, Elon Musk le patron de la firme avait confirmé que le système était prévu pour les futurs robotaxis, une flotte de taxis autonomes. Mais l’hacker connu sous le pseudo « Green », qui décortique régulièrement les codes sources des Tesla, a révélé ce qu’observe réellement cette caméra.

Dans un tweet, Green affirme que la caméra détecte la position des yeux du conducteur, s’ils sont fermés ou pas, mais aussi les mouvements de la tête ou encore l’utilisation d’un smartphone au volant. Le traitement par Tesla de ces informations reste encore assez flou.

Crainte sur les données : Certains pensent que la caméra pourrait venir renforcer le système d’impulsion sur le volant lorsque l’autopilote est en fonction.

Dans son dernier rapport sur Tesla, Euro NCAP, l’organisme européen indépendant qui évalue la sécurité des voitures neuves, reconnaît la qualité du dispositif californien : La Tesla Model 3 excelle dans le niveau d’assistance au véhicule. Ce qui lui est reproché en revanche, c’est de ne pas impliquer le conducteur dans ce processus et de limiter son niveau d’engagement, conduisant à une éventuelle dépendance excessive ».

Pour l’heure, le constructeur n’a pas confirmé ces informations. Mais déjà les militants pour la protection des données s’inquiètent de l’usage de ces informations et la question de la protection de la vie privée revient sur le tapis.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/tesla-un-hacker-r%c3%a9v%c3%a8le-ce-quobserve-la-cam%c3%a9ra-int%c3%a9rieure-des-model-3-et-y/ar-BB19MO03?ocid=msedgntp

Sur Youtube :

© Par Bernard TRITZ

Tesla : au prix d’une Renault Zoé

MSN.com – 01net.com – Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62.

Par Jordan Caucino avec Thomas Remilleret – Publié dimanche 27 septembre 2020 à 17h00

Les annonces Tesla, la Xbox One X et le nouveau Samsung Galaxy S20 FE, voici le programme du Tech a Break de cette semaine.

© 01net.com Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62

Au programme de ce nouvel épisode de Tech a Break :

Tesla accélère sur l’entrée de gamme électrique : Une Tesla pour le prix… d’une Renault Zoé, c’est ce qu’a annoncé le PDG de l’entreprise américaine Elon Musk. Il a profité du Battery Day pour en dire un peu plus sur un véhicule électrique qui devrait être vendu aux alentours de 25000 dollars et pourrait sortir d’ici 2023. Les Renault Zoe, Nissan Leaf et Volkswagen ID.3 peuvent trembler.

La Xbox One X rend fou sur Amazon : Qui a dit que la gamme de consoles de Microsoft était complexe ? Xbox One X ou Xbox Series X, on peut comprendre que les non-initiés s’y perdent un peu. Preuve en est, cette semaine sur Amazon où le taux d’intérêt de la Xbox One X, calculé par la recherche de mot clé, a bondi de 747%. Pourquoi ? Tout simplement parce que les précommandes de la Xbox Series X ont démarré cette semaine et il semblerait que bon nombre d’utilisateurs se soient tout simplement… trompés.

Samsung surprend avec son S20 FE : Entre Apple et Samsung, on dit souvent que l’un s’inspire et de l’autre et inversement. Cette fois, c’est le géant coréen qui jette un oeil sur la copie de l’américain en dévoilant une itération de son Galaxy S20, un petit peu moins cher, mais avec la plupart des fonctionnalités. Le Galaxy S20 FE donc, intègre le même processeur, le même rafraichissement d’écran mais avec une dalle un peu plus petite et un appareil photo un peu moins poussé. En bref, le Galaxy S20 FE est au Galaxy S20 ce que l’iPhone 11 est à l’iPhone 11 Pro.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/tesla-va-sortir-une-voiture-au-prix-dune-renault-zo%c3%a9-tech-a-break-62/ar-BB19tmS6#image=1

© Par Bernard TRITZ

Il s’endort au volant de sa Tesla à 150 km/h

LePoint.fr – Canada : Il s’endort au volant de sa Tesla roulant à 150 km/h et se fait flasher.

Par LePoint.fr – 19 septembre 2020

Le système conçu par Tesla nécessite toujours que le pilote garde un œil sur la route et les mains sur le volant.

Le conducteur avait enclenché le mode pilote semi-automatique proposé par la voiture produite par la société américaine d’Elon Musk, rapporte CNN.

La technologie peut parfois jouer de mauvais tours. Au Canada, un conducteur de Tesla a été flashé à 150 km/h alors qu’il roulait endormi au volant, rapporte CNN. Âgé de 20 ans, le jeune homme avait enclenché le mode pilote semi-automatique de la voiture électrique produite par la société d’Elon Musk. Le 9 juillet dernier, la police canadienne reçoit le signalement d’une voiture circulant à une vitesse excessive. Au moment d’appréhender le véhicule, les agents découvrent les deux sièges avant complètement inclinés vers l’arrière, ainsi que le conducteur et son passager couchés, comme s’ils étaient en train de dormir.

La Tesla circulait alors à 140 km/h. Mais, lorsque les policiers canadiens se sont approchés du véhicule avec leur gyrophare, la voiture s’est soudainement mise à accélérer pour atteindre les 150 km/h. Finalement, les policiers sont parvenus à faire stopper la voiture. D’abord sanctionné pour excès de vitesse, le conducteur a ensuite été accusé de conduite dangereuse. Il sera convoqué en décembre 2020 devant la justice.

Un système critiqué : Le système conçu par Tesla nécessite toujours que le pilote garde un œil sur la route et les mains sur le volant. La société avertit d’ailleurs tous les conducteurs de Tesla avant la première utilisation afin qu’ils ne détournent pas le regard de la route. Ce n’est pas la première fois que la compagnie américaine est confrontée à ce type de […]

Lire la Source : https://fr.news.yahoo.com/canada-sendort-au-volant-tesla-105700091.html

© Par Bernard TRITZ

Véhicules électriques, immatr. 1 boom de 219 % en France

20minutes.fr – Société – Véhicules électriques – Les immatriculations connaissent un boom de 219 % en France en 2020. VENTES : L’essor de l’achat de véhicules électriques et hybrides est notamment le fruit des aides à l’achat mises en place par le gouvernement.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 17/09/20 à 16h47 — Mis à jour le 17/09/20 à 16h47

Un logo de recharge de voiture électrique. — Pixabay

Malgré le contexte de crise sanitaire, les immatriculations de véhicules électriques et hybrides ne cessent de progresser en France. Les ventes de ces deux types de véhicules ont progressé de 219 % cet été par rapport à la même période l’an dernier, rapporte Phonandroid, d’après les chiffres publiés par l’association pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France).

Au total, 15.572 véhicules électriques ont été immatriculés durant les mois de juillet et août, soit une augmentation de 198 % par rapport à 2019. Les véhicules hybrides, eux, ont connu une hausse de 380 % avec 12.292 nouvelles immatriculations sur cette période.

Renault, Peugeot et Hyundai sur le podium : Selon la déléguée générale d’Avere-France, Cécile Goubet, cela montre « deux choses : d’une part que la tendance observée depuis le début de l’année s’inscrit sur la durée avec trois fois plus de véhicules électrifiés mis en circulation par rapport à la même période en 2019. D’autre part, que l’offre de modèles est suffisamment étoffée et attractive pour attirer de nouveaux utilisateurs de voitures électrifiées ».

Les trois modèles les plus vendus sont la Renault Zoé, la Peugeot e-208 et la Hyundai Kona. L’explosion des véhicules « verts » est en partie due à la mise en place d’aides à l’achat par le gouvernement, à l’instar du bonus écologique ou de la prime à la conversion.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2864263-20200917-vehicules-electriques-immatriculations-connaissent-boom-219-france-2020

© Par Bernard TRITZ

F1 – Incroyable ! Pierre Gasly remporte le GP d’Italie

20minutes.fr – Sport – Automobiles – F1 – Incroyable ! Pierre Gasly remporte le Grand Prix d’Italie, 24 ans après la dernière victoire française en F1. Le Français s’est imposé devant Carlos Sainz et Lance Stroll.

Par A.L.G. avec AFP – Twitter – Publié le 06/09/20 à 17h27 — Mis à jour le 06/09/20 à 17h35

Champion, frérot ! — JENNIFER LORENZINI / POOL / AFP

Historique ! Vingt-quatre ans après la dernière victoire française en Formule 1 (celle d’Olivier Panis au GP de Monaco en 1996), Pierre Gasly vient de réaliser un exploit en s’imposant lors du Grand Prix​ d’Italie à Monza, devant l’Espagnol Carlos Sainz Jr. (McLaren) et le Canadien Lance Stroll (Racing Point).

Sur Twitter

Gasly (Alpha Tauri), 24 ans, s’est imposé à l’issue d’une course complètement folle, marquée notamment par une interruption après l’accident dont a été victime Charles Leclerc et un podium inédit dans l’histoire de la discipline. « C’est incroyable. Je ne suis pas sûr de réaliser. C’était une course complètement folle », a déclaré le Français après sa victoire.

Gasly succède donc à Olivier Panis, vainqueur du Grand Prix de Monaco en mai 1996. Les Mercedes, qui partaient largement favorites, ont terminé quatrième avec Valtteri Bottas et septième avec Lewis Hamilton, ce dernier ayant écopé d’une pénalité pour avoir emprunté la voie des stands alors qu’elle était fermée.

Lire la Suite : https://www.20minutes.fr/sport/2855175-20200906-incroyable-pierre-gasly-remporte-grand-prix-italie-24-ans-apres-derniere-victoire-francaise-f1

Pierre GASLY

© Par Bernard TRITZ

Porsche Taycan, nouveautés

20minutes.fr – Économie – Automobiles – La Porsche Taycan accélère encore plus fort. AUTO : Commercialisée depuis un an déjà, la Porsche Taycan évolue techniquement et offre de nouvelles fonctionnalités. Des options inédites font également leur apparition au catalogue.

Par Stéphane Lémeret pour 20minutes – Publié le 21/08/20 à 18h15 — Mis à jour le 21/08/20 à 18h15

Porsche Taycan — DR

Il faudra désormais 0,2 secondes de moins pour que la Taycan Turbo accélère de 0 à 200 km/h. Si cette amélioration paraît purement anecdotique, le modèle électrique de Porsche disposera par contre à partir du mois d’octobre d’une nouvelle charge intelligente destinée à préserver la durée de vie des batteries.

La nouveauté la plus marquante est cependant la fonction Plug & Charge de la Taycan, qui permet à son utilisateur de se passer de carte de crédit lors de la recharge. En pratique, la voiture envoie des informations à la borne dès que le câble est connecté, et le paiement se fait par voie électronique. Bien sûr, cette fonction ne s’applique pour le moment qu’à quelques réseaux partenaires comme Ionity.

Le catalogue d’options évolue également avec notamment l’apparition d’une fonction d’augmentation de la garde au sol (pour les gendarmes couchés ou les entrées de parkings) et d’un chargeur embarqué. Porsche ajoute aussi de nouvelles fonctions disponibles sur demande après l’achat du véhicule, comme l’assistant de maintien de voie.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/auto/2843935-20200821-porsche-taycan-accelere-encore-plus-fort

© Par Bernard TRITZ