Nouveaux MacBook

msn.com – lemonde.fr – Nouveaux MacBook : le pari risqué et plutôt réussi d’Apple !

Par Nicolas Six – lemonde.fr – Publié le Samedi 21 novembre 2020.

MacBook Pro

Les premiers tests de la presse technologique permettent de dresser le portrait-robot de ce Mac aux entrailles bouleversées, qui s’annonce plus fiable que prévu et particulièrement autonome.

Avec sa toute dernière génération d’ordinateurs portables, commercialisée mardi 17 novembre, Apple s’aventure dans une zone dangereuse. A l’œil nu, ces MacBook paraissent identiques aux anciens, mais un bouleversement se cache sous leur capot : Apple a remplacé une pièce maîtresse, le processeur, qui détermine la rapidité et l’autonomie de l’ordinateur.

Apple a ainsi glissé une puce fabriquée par ses propres soins à la place du processeur d’Intel, un fabricant auquel elle faisait confiance depuis treize ans. Un choix risqué : l’immense majorité des logiciels pour Mac ne parle pas la langue de cette nouvelle puce M1, et ne comprend que celle des processeurs d’Intel.

Pari risqué : Microsoft, le concurrent direct d’Apple, a connu de gros déboires en tentant le même chambardement à deux reprises. Son récent ordinateur Surface Pro X, par exemple, a troqué son processeur Intel pour une puce proche de la M1 d’Apple, conçue elle aussi sur les plans du cabinet de conception anglais Arm. Mais cet ordinateur souffre de nombreux problèmes, comme l’ont relevé les médias technologiques, tel The Verge : de nombreux logiciels refusent de se lancer, d’autres souffrent de ralentissements handicapants.

Apple semble s’en tirer beaucoup mieux. La très grande majorité des logiciels fonctionnent bien, notent les journalistes qui ont pu tester ces nouveaux MacBook, de la suite bureautique Office aux logiciels de création numérique d’Adobe. Le secret de cette réussite tient au traducteur automatique conçu par Apple, qui convertit la langue d’Intel dans le langage informatique du M1. Ce traducteur porte le nom de Rosetta 2, en référence à la pierre de Rosette, la stèle égyptienne frappée d’un texte en trois langages qui a aidé à déchiffrer les hiéroglyphes.

Ce traducteur n’est hélas pas parfait. Selon le site spécialisé Cnet, quelques jeux 3D tournant sur les anciens MacBook refusent de s’ouvrir, tels Baldur’s Gate 3. Les rayonnages de la boutique de jeux vidéo Steam connaissent, eux, des ralentissements. Un petit contingent, de logiciels professionnels ne fonctionnent pas, selon leurs éditeurs mêmes, tels Cheetah 3D, un programme de création 3D, ou Fruity Loops Studio, un populaire éditeur de rythmes musicaux. Quelques-uns tournent un peu plus lentement, comme Photoshop, chronométré par le site 01net à des vitesses plus lentes sur certains calculs. Dans bien des cas, les éditeurs travaillent actuellement à des correctifs qui arriveront dans les prochains mois.

Une vraie journée d’autonomie : Pourquoi Apple s’est-il lancé dans cette aventure risquée malgré les essais infructueux de Microsoft ? Car les processeurs d’Intel accumulent un retard important. Les premiers tests des médias américains montrent la nette supériorité du processeur d’Apple. Les MacBook à processeur M1 sont bien plus endurants que les anciens modèles à puce Intel, leur batterie tient environ 50 % plus longtemps. Leur autonomie, mesurée par le média technologique PC Mag, se hisse à un niveau qu’aucun PC ou presque n’a jamais atteint, soit entre dix et vingt heures.

En outre, la puce M1 est souvent plus rapide lorsqu’on la compare à un processeur Intel de gamme équivalente. Pour les utilisateurs qui jonglent entre la bureautique et la messagerie, la différence n’est pas flagrante – on note surtout que certaines applications s’ouvrent plus vite. En revanche, pour les utilisateurs de logiciels de calcul ou de création, l’amélioration est souvent sensible.

Cnet souligne qu’il devient possible de monter des vidéos 4K sans souffrir de grosses saccades, tandis que 01net mesure une accélération d’environ 50 % sur les calculs de rendu vidéo. Notons que l’écart est beaucoup moins spectaculaire lorsqu’on compare le M1 aux processeurs les plus rapides d’Intel, comme le i9, qui équipe encore aujourd’hui le coûteux MacBook Pro à grand écran 16 pouces.

Apple a également incité les concepteurs des logiciels Mac à les rendre bilingues, afin qu’ils puissent parler le langage du processeur M1 comme celui d’Intel, ce qui les exempterait de traducteur. Par exemple, le logiciel de retouche d’images Photoshop en version bilingue – ou « Universal App » – est attendu pour début 2021. Lorsqu’ils parleront dans la langue Apple, ces logiciels se mettront à fonctionner plus vite et consommeront moins de batterie.

Un peu de patience : Côté jeux, l’amélioration est spectaculaire, comme le constate PC Mag. Les performances graphiques des MacBook augmentent d’environ 50 %, ce qui leur permet de faire tourner avec fluidité les jeux moyennement gourmands. Les PC pour joueurs n’ont toutefois pas à s’inquiéter : une carte graphique de moyenne gamme comme la Geforce 1660 Ti reste nettement plus rapide que la puce graphique intégrée au processeur M1 d’Apple.

Malgré l’accueil enthousiaste qu’a réservé la presse spécialisée à ces nouveaux ordinateurs, mieux vaut toutefois attendre quelques mois avant de sauter le pas : cela laissera probablement le temps aux rares bugs de disparaître dans leur majorité. Un conseil qui ne suffira probablement pas pour les personnes utilisant des logiciels anciens, et qui y tiennent beaucoup ; il faudra alors bien se renseigner sur leur compatibilité avant de se lancer.

Le passage au processeur M1 maison est une démonstration de force qui a de quoi inquiéter les concurrents d’Apple. Heureusement pour les grands noms du PC, les MacBook coûtent toujours très cher et leur logithèque reste moins riche.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/nouveaux-macbook-le-pari-risqu%c3%a9-et-plut%c3%b4t-r%c3%a9ussi-dapple/ar-BB1bdqLE

© Par Bernard TRITZ

Bien choisir son PC portable !

msn.com – 01net.com – Bien choisir le format de son PC portable, pourquoi ça compte ?

Par La rédaction – 01net.com – Publié Jeudi 19 novembre 2020.

Dans la jungle des PC portables, il est parfois bien difficile d’associer un usage type à un format d’écran ou de boîtier. Et pour cause, les constructeurs brouillent de plus en plus les pistes. Mais, rassurez-vous, nous allons vous donner un coup de main pour vous y retrouver.

P1 – © 01net.com Bien choisir le format de son PC portable, pourquoi ça compte ?

Pour bien choisir le format de son PC, la recette est simple. L’ingrédient de base c’est… votre besoin. C’est lui qui va déterminer vers quel type de PC portable, ou tel autre, vous allez devoir vous orienter. Examinez, cette simple question : qu’allez-vous faire de votre machine (PC ou Mac) au quotidien ?

Si vous envisagez de la laisser à la maison et que vous ne faites que surfer et travailler, vous allez n’aurez pas autant l’embarras du choix que si vous voulez l’emporter partout, dès que le cœur vous en dit. Même chose si vous êtes un joueur.

Et, au-delà de la taille de l’écran, il y a aussi la forme du PC. Vous préférez le bon vieux boîtier dont le clavier est solidaire de l’écran, lui-même non tactile ? Dans l’univers Windows ou la constellation macOS, vous trouverez beaucoup d’ordinateurs portables de ce type.

Vous avez plutôt besoin d’une machine qui va pouvoir se mettre en deux voire en quatre pour répondre à vos besoins ? Ce sont alors les PC portables hybrides convertibles (13, 14, 15 ou 17 pouces) ou les 2-en-1 (12, 13 voire 14 pouces) qu’il faut privilégier.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/bien-choisir-le-format-de-son-pc-portable-pourquoi-%c3%a7a-compte/ar-BB1basXF

© Par Bernard TRITZ

Les grandes surfaces ne pourront plus vendre que . . .

msn.com – challenges.fr – Les grandes surfaces ne pourront plus vendre que des biens de première nécessité.

Par Challenges.fr – Publié le Dimanche 01 novembre 2020 à 22h00.

© BERTRAND GUAY / AFP Supermarché

Face à la colère des commerces de proximité, le Premier ministre a annoncé que les grandes surfaces n’auront plus le droit de vendre les produits que les petits commerçants -fermés à cause du confinement- ne peuvent plus vendre. Cette mesure entre en vigueur mardi.

Invité du JT de TF1 à 20 heures ce dimanche, le Premier ministre Jean Castex a réagi à la fronde des petits commerçants, en colère par l’obligation de devoir fermer leurs portes durant ce nouveau confinement alors que les grandes surfaces restent ouvertes. « Nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées, c’est beaucoup trop tôt », a-t-il déclaré, après avoir longuement commenté l’évolution de l’épidémie, alors que plus de 46.000 nouveaux cas ont été recensés ce dimanche. « Nous savons que les services de réanimation seront saturés d’ici 15 jours si nous ne réagissons pas de façon énergique », a-t-il justifié, enjoignant l’ensemble des Français à respecter les règles du confinement, « au-delà des commerçants ». « La logique du confinement, c’est que le maximum de personnes, restent chez elles », a martelé le Premier ministre.

Concernant les commerces, et tous les secteurs obligés de fermer, Jean Castex a annoncé que 20 milliards d’euros de crédits supplémentaires seraient votés pour leur « venir au secours », évoquant un « crève-cœur » pour tous ces commerçants. Malgré tout, la fermeture restera de mise au moins jusqu’à la prochaine échéance : un point sera fait « dans 15 jours à partir de l’entrée en vigueur du confinement », a promis le Premier ministre qui dit avoir entendu et compris la colère de ces commerces face à la concurrence déloyale des supermarchés et des géants du e-commerce. « J’ai décidé, dans le décret qui régit le confinement, d’ajouter une disposition, qui entrera en vigueur mardi matin, interdisant la vente des produits qui ne peuvent pas être vendus, qui sont d’ores et déjà interdits dans les commerces de proximité, dans les grandes surfaces », a annoncé le chef du gouvernement sur TF1. Concernant la concurrence d’Internet, Jean Castex ne désespère pas de parvenir à taxer les GAFA d’ici à la fin de l’année.

En attendant, Jean Castex encourage les Français à aider leurs commerçants. « Lutter contre la crise, c’est l’affaire de tous ». Il appelle les Français à retarder leurs achats de Noël plutôt que de les acheter sur des sites de e-commerce comme Amazon. Alors qu’Olivier Véran, le ministre de la Santé, a déclaré au JDD ce dimanche qu’il ne faut pas s’attendre à ce que Noël se passe normalement, Jean Castex le reconnaît : « Mieux vous respecterez les consignes de sécurité sanitaire, plus vite nous devrons en sortir. Mais nous devrons probablement gérer dans la durée ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/entreprises/les-grandes-surfaces-ne-pourront-plus-vendre-que-des-biens-de-premi%C3%A8re-n%C3%A9cessit%C3%A9/ar-BB1aATaJ?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Orange : booster le recyclage !

msn.com – clubic.com – Orange présente son programme pour booster le recyclage, la reprise et le reconditionnement.

Par Alexandre Boero – Publié le mardi 06 octobre 2020 à 18h00.

© Fournis par Clubic Orange logo boutique

Engagé dans le processus de l’économie circulaire, l’opérateur lance « re », pour sensibiliser le grand public à l’impact des smartphones sur l’environnement.

Orange a annoncé, mardi, le lancement de son programme tendant à favoriser le recyclage, la reprise et le reconditionnement des téléphones mobiles, à compter du 8 octobre 2020. Baptisé « re », il doit sensibiliser et renforcer la collecte des smartphones inutilisés voire cassés, en vue de leur recyclage, et offrir une seconde vie aux terminaux.

« re » pour Recyclage, Reprise, Reconditionné : Ce programme ne marque pas l’entrée d’Orange sur le chemin de l’économie circulaire. L’opérateur historique a déjà collecté plus de 15 millions de mobiles sur les différents marchés où il est présent (dont 8 millions via Orange France), et sur ces seules 10 dernières années.

« re », vous l’aurez compris, est tourné autour de trois piliers. Le premier, c’est celui du Recyclage. À ce jour, Orange revendique être le seul opérateur télécoms européen à avoir déployé une filière de collecte solidaire de recyclage pour smartphones de bout en bout, qui prend forme avec le partenariat conclu avec Emmaüs International. En France, il permet de reverser à l’association l’intégralité des bénéfices du recyclage.

Le second pilier, c’est celui de la Reprise. Avec l’offre Orange reprise, les clients de l’opérateur peuvent déjà se déplacer en boutique et échanger leur smartphone contre un bon d’achat ou une remise immédiate. Dans ce processus, Orange rachète le mobile au prix de l’argus du jour. Et l’avantage est double : car non seulement l’appareil a droit à une seconde vie, mais 2 euros sont versés à Emmaüs International pour chaque reprise.

Le troisième pilier, c’est le Reconditionné. D’une logique implacable quand on sait que 60% des Français ont acheté un produit d’occasion sur les 12 derniers mois. Que ce soit sur le site d’Orange ou celui de la filiale Sosh, l’opérateur propose au public des smartphones reconditionnés. Dans les prochains jours, ils seront même directement disponibles en boutique, pour économiser le temps et la consommation d’une livraison. L’entreprise précise que chaque smartphone reconditionné remis à la vente a fait l’objet d’un contrôle sur plus de 35 points techniques, et est livré avec des accessoires neufs et garantis un an.

Un espace dédié (et pérenne) au programme « re » dans toutes les boutiques Orange de France : La suite des événements, ce sera l’installation progressive, dans les boutiques Orange françaises, d’un espace dédié au programme « re. » Celle-ci démarrera à partir du lundi 19 octobre. Les clients ou visiteurs pourront déposer leurs smartphones usagés dans le bac à collecte qui prendra place de façon pérenne dans les boutiques, et découvrir le processus de recyclage ainsi que les offres de reprise et d’achats de mobiles reconditionnés.

Orange confirme ainsi les engagements pris en décembre 2015, à l’occasion de la COP 21, lorsque la société avait décidé d’intégrer dans sa politique les principes d’économie circulaire. De cela a découlé le plan Engage2025, via lequel Orange va promouvoir l’éco-conception des produits de sa marque, pour réduire les impacts à leurs sources, mais aussi collecter les équipements de ses clients, avec l’objectif de récupérer 30% des mobiles usagés, et favoriser la distribution des matériels reconditionnés, notamment les box.

Orange vise la neutralité carbone d’ici 2040, soit 10 ans avant les objectifs fixés par la GSMA, l’association qui représente les opérateurs et constructeurs mobiles du monde entier.

Source : communiqué de presse

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/orange-pr%c3%a9sente-son-programme-pour-booster-le-recyclage-la-reprise-et-le-reconditionnement/ar-BB19Lfvr?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Remplacer sa chaudière : Attention ! Prendre garde !

Remplacer sa chaudière : Attention ! Prendre garde !

Sur Internet, selon le Navigateur, vous avez une collection d’annonces alléchantes, résultats de bons cookies bien mis au point. Ces annonces sont conçues par des professionnels.

Un pêcheur de poisson en rivière le sait bien : pour ferrer, attraper un poisson, il lui faudra appâter, ou mettre une mouche choisie, un ver si possible bien vivant, un leurre particulièrement efficace. Toutes ces techniques conditionnelles sont parfaitement connues.

Un exemple parmi tant d’autres…

Ces annonces mettent en avant le slogan (leurre, appât) Etc. bien placé, bien en vue. Attention au mot choisi.

Installation : est-ce dépose, enlèvement des déchets, élimination des déchets dans une décharge réglementée (laquelle ?), fourniture, pose, essais, réglages, mise au point, transmission des documents explicités, nettoyage complet du chantier… Est-ce que l’installateur est assuré (Garantie décennale) ? Les techniciens, ouvriers sont-ils en règle avec la Législation française ?

Dans le cas de la visite d’un technico-commercial, prendre des notes, en particulier les annonces prometteuses, qu’elles soient couchées sur papier à entête de l’entreprise, et, « daté et signé, tamponné c’est mieux » par le vendeur et le client (vous-même).

Se méfier d’un technico-commercial « cigale » qui chante, chante, chante. Ne vous laissez pas bercer par un flot continu de promesses, d’arguments, oisifs, ou pires, éphémères.

On trouve énormément d’entreprises qui jouent sur les annonces, aides d’État ou gouvernementales, qui sont réglementées, pour un temps déterminé avec des limites qui ne sont pas fixes, mais plutôt variantes, toujours vers le bas. Ce qui est vrai en cours de mois, ne le sera peut-être plus le mois suivant.

Ne pas signer de demande de crédit, sans en avoir parlé avec votre banquier qui lui saura vous prémunir des offres trompeuses. Dans tous les cas bien évoquer le délai de rétractation.

Attention : tous sont formés aux techniques pour vous entrainer rapidement dans une affaire, qui ne sera pas la vôtre.

Panneaux solaires, PAC ou pompe à chaleur, Climatisation… Soyez circonspects, précis, faites jouer la concurrence, vous verrez les techniques de ventes sont toutes sur le même schéma.

On dénombre énormément d’abus. Prenez garde, car, il vous faudra faire attention, très attention.

J’ai moi-même énormément d’exemples. J’ai contacté le Palais de l’Élysée, ils ont bien reçu mon message. Message resté sans réponse. Pourquoi ? À votre avis ?

© Par Bernard TRITZ

Buffalo Grill : acquérir Courtepaille

20minutes.fr – Économie – Rachat d’entreprise : Buffalo Grill propose d’acquérir Courtepaille. RESTAURATION : L’enseigne aux toits en chaume a été placée en redressement judiciaire le 29 juillet 2020, à la suite d’une baisse de son chiffre d’affaires due au coronavirus.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 25/08/20 à 05h31 — Mis à jour le 25/08/20 à 05h31

Un restaurant Courtepaille à Saint-Quentin-Fallavier dans l’Isère, le 19 juin 2020. — ALLILI MOURAD/SIPA

Les couteaux s’aiguisent entre les chaînes de restaurants. L’objet des convoitises n’est autre que le restaurateur Courtepaille, placé en redressement judiciaire le 29 juillet par le tribunal de commerce d’Evry-Courcouronnes (Essonne), après une baisse de son activité due au coronavirus et le refus d’un prêt garanti par l’Etat. Le premier à dégainer est Buffalo Grill qui a déposé un dossier de reprise de son concurrent.

3.100 salariés sur 3.600 garderont leur emploi : La chaîne de restauration propose de « préserver 85 % des emplois, soit un peu plus de 3.100 salariés sur un total de 3.600 en comptant les franchisés », explique Jocelyn Olive, directeur général depuis avril 2018, dans un entretien publié lundi par le Parisien. Les salariés des restaurants non repris se verront offrir un « reclassement » chez Buffalo Grill, qui compte 170 postes à pouvoir, selon son dirigeant.

Au total, le groupe de Jocelyn Olive prévoit de reprendre « 92 contrats de franchise 145 restaurants sur 190 opérés en succursale ». Pour moderniser l’enseigne, il veut investir « plus de 80 millions d’euros sur une période de cinq ans auxquels il faut ajouter 20 millions en dépenses marketing et médias, soit plus de 100 millions d’euros ».

Des offres jusqu’au 14 septembre 2020 : Affirmant jouir de « la meilleure santé financière du marché de la restauration en France », avec un « endettement financier (qui) n’excède pas deux fois notre rentabilité », le dirigeant assure que Buffalo Grill serait « le groupe le plus crédible d’un point de vue financier pour ce mariage avec Courtepaille ». Les offres, des potentiels repreneurs, seront étudiées par le tribunal de commerce jusqu’au 14 septembre 2020.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/2845955-20200825-rachat-entreprise-buffalo-grill-propose-acquerir-courtepaille

© Par Bernard TRITZ