La fibre à moins de 10 euros

msn.com – capital.fr – La fibre à moins de 10 euros : dernière prolongation de nos offres box !

Par La rédaction Capital – Publié le Mercredi 18 novembre 2020 à 19h00.

P1 – © blackCAT – Getty Images La fibre à moins de 10 euros : dernière prolongation de nos offres box !

Fort de son succès, la vente organisée par Capital joue les prolongations et s’achèvera finalement le 30 novembre 2020. Il vous est donc encore possible de profiter d’une box fibre et ADSL à moins de 10 euros, à l’aide d’un simple email !

Dernière prolongation ! Lancée en octobre, la vente privée de Capital a déjà permis à plus de 400 foyers de trouver une box ADSL ou fibre à moins de 10 euros par mois. Face à cet engouement, notre rédaction a donc décidé de poursuivre la commercialisation de ses offres jusqu’au 30 novembre 2020. Vous disposez donc encore de deux semaines pour en profiter. Un calendrier qui n’est pas dû au hasard. Les fournisseurs d’accès internet (FAI), après des mois de concurrence acharnée, ont mis fin à leurs promotions de rentrée. Il faudra donc attendre encore 10 jours – avant l’arrivée du “Black Friday” – pour profiter de nouvelles ristournes. Capital, en partenariat avec le comparateur de box BeMove, vous permet ainsi de souscrire à un des 4 abonnements internet exclusifs qui ont été négociés, et obtenir jusqu’à 60% de réduction (soit environ 200 euros) sur votre facture.

Les foyers éligibles à la fibre pourront ainsi choisir entre deux forfaits. Une première offre à 9,99 euros par mois (pendant un an) incluant un débit descendant pouvant atteindre 300 mégabits par seconde (Mb/s), mais aussi une ligne téléphonique incluant les appels vers 110 pays à travers le monde. La deuxième offre d’adresse aux foyers souhaitant obtenir une navigation encore plus confortable – un débit descendant atteignant 1 gigabit par seconde (Gb/s) – mais surtout bénéficier du “triple play”, incluant 180 chaînes de télévision et un décodeur avec Android TV. Le tout pour seulement 14,99 euros par mois durant un an.

Notre opération n’oublie évidemment pas les foyers qui n’ont accès qu’à l’ADSL. Pour les mêmes prix – 9,99 et 14,99 euros durant un an -, les intéressés pourront accéder soit à une offre “double play” jusqu’à 90 Mb/s de débit descendant et la téléphonie vers 110 pays, ou bien là encore un triple play offrant 180 chaînes de télévision.

Durant la période promotionnelle, le client va ainsi réaliser plus de 200 euros d’économies par rapport au tarif contractuel de l’opérateur. Le client aura même la possibilité de bénéficier d’une remise supplémentaire s’il est déjà client mobile. Pour s’inscrire à la vente privée, il suffit de cliquer sur ce lien et de rentrer votre adresse email. Il sera alors envoyé un courriel de souscription. Une opération bien entendue gratuite et sans engagement, le tout sans paperasse à envoyer.

Rappelons toutefois que ces promotions prennent fin au bout d’un an. Le tarif de ces 4 offres sont ainsi majorés, oscillant entre 25,99 euros et 36,99 euros. Aucun problème pour autant, car la période d’engagement est elle aussi d’un an. Il est donc possible de résilier son forfait à ce moment-là pour ne pas subir ces hausses. Pour vous aider à sauter le pas, sachez que les potentiels frais de résiliation de votre fournisseur d’accès actuels vous sont remboursés. Vous disposerez également d’une clé 4G pour que vos équipements (PC, mobile, Tablette, hors TV) restent connectés avant la mise en service de votre box.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/la-fibre-%c3%a0-moins-de-10-euros-derni%c3%a8re-prolongation-de-nos-offres-box/ar-BB1b8xDs#image=1

© Par Bernard TRITZ

La 5G entre en service !

msn.com – ouest-france.fr – La 5G entre en service. Faut-il se précipiter pour changer de téléphone ou d’abonnement ?

Par Jacques SAYAGH – ouest-france.fr – Publié le Mercredi 18 novembre 2020 à 07h30.

P1 – © Oli SCARFF/AFP Accéder à la 5G a un coût pour le consommateur (photo d’illustration).

La cinquième génération de téléphonie mobile est lancée ce mercredi 18 novembre 2020. Inutile de se précipiter pour changer de téléphone ou prendre un abonnement dédié, dit l’UFC-Que choisir. Car la 5G va mettre du temps à se développer.

L’Arcep, l’Autorité de régulation des communications, autorise les opérateurs à utiliser à partir de ce mercredi 18 novembre 2020 les fréquences qu’ils ont acquises pour la 5G. Au fait, quel sera le coût pour les futurs abonnés ? Et est-ce que ça vaut la peine de se précipiter ?

Quels abonnements ? : Orange est le seul opérateur à donner l’accès à un abonnement « compatible 5G » dès à présent. Son forfait 70 gigas est à 39,99 € par mois. Cela représente une hausse de 5 € par rapport au forfait 70 gigas en 4G.

Chez Bouygues Telecom, le forfait « Sensation » 50 gigas est affiché à 15,99 € les douze premiers mois puis 30,99 €. Mais il ne sera compatible 5G que vers fin 2020 ». SFR et Free n’affichent pas encore de forfait 5G.

Quels téléphones ? : L’iPhone 12 mini d’Apple, compatible 5G, est proposé à partir de 809€, contre 689€ pour l’iPhone 11, qui capte, lui, la 4G. On peut trouver des téléphones 5G moins chers, par exemple chez Samsung, où le Galaxy A51 5G est proposé à 429€.

Alors, faut-il craquer ? :  Nous conseillons d’attendre, dit l’UFC-Que choisir. Car la 5G mettra du temps à se développer. Évitons aussi la précipitation pour limiter l’impact environnemental de ce changement.

Curieusement, Olivier Roussat, le président de Bouygues Telecom, avait tenu un discours proche, devant le Sénat en juin 2020. Certes, Bouygues cherchait alors à retarder les enchères 5G. Néanmoins, le propos reste édifiant :  La 5G va apporter une vitesse un peu plus rapide seulement pour une frange de la population, avait dit Olivier Roussat. La plupart des clients ne percevront aucune évolution d’ici à 2023.  Et la consommation ?  La 5G permet de transporter davantage de données, ce qui est beaucoup plus consommateur d’énergie.

Au cours de cette audition, Martin Bouygues, le PDG du groupe, avait insisté :  Dans un premier temps, la 5G n’aura pour seul intérêt que de permettre une désaturation très locale des réseaux mobiles 4G. Ce n’est qu’à partir de 2023 que l’arrivée d’une seconde vague d’équipements permettra d’envisager de nouveaux usages, notamment industriels.

Lire la source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/la-5g-entre-en-service-faut-il-se-pr%c3%a9cipiter-pour-changer-de-t%c3%a9l%c3%a9phone-ou-dabonnement/ar-BB1b7lbu

© Par Bernard TRITZ

Xavier Niel a défendu la 5G

msn.com – capital.fr – Xavier Niel a défendu la 5G devant les députés !

Par 6medias – capital.fr – Publié le Mardi 17 novembre 2020 à 22h15.

P1 – © Wikimedia Xavier Niel a défendu la 5G devant les députés

Le patron de Free a évoqué une « formidable opportunité » avant cette avancée technologique, qui ne « doit pas faire peur » selon lui.

La 5G compte de nombreux détracteurs en France. Mais elle peut compter sur un sacré défenseur en la personne de Xavier Niel. Le patron de Free était invité à s’exprimer devant la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale à ce sujet. L’occasion pour lui de dire tout le bien qu’il pense de cette avancée technologique. « La 5G ne doit pas faire peur. C’est une formidable opportunité pour construire une société plus sobre, plus efficace, avec une gestion de la ville améliorée », a-t-il déclaré.

Après avoir lâché 602 millions d’euros pour s’emparer de « blocs » mis aux enchères début octobre, Free pourra théoriquement jouir de ses fréquences 5G à partir de mercredi, selon le calendrier annoncé par le régulateur des télécoms. La 5G continue toutefois d’inquiéter une partie de l’opinion, méfiante envers les effets sanitaires et environnementaux des ondes électromagnétiques. Plusieurs maires écologistes ou de gauche de grandes villes, notamment à Lille, ont déjà déclaré être en faveur d’un moratoire jusqu’à la publication prévue au printemps 2021 d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

La crainte d’une perte d’attractivité : « Ce serait dommage en France d’avoir les meilleurs réseaux fixes, avec les offres fibres les plus rapides d’Europe, et d’être le dernier européen sur le mobile en refusant le marché de la 5G », a plaidé Xavier Niel qui vient d’enregistrer avec Iliad des résultats financiers solides au troisième trimestre. « C’est aussi une image, une perception de la France, au-delà de nos frontières, qui pourrait nous faire perdre (…) une part de notre attractivité », alors que le pays « était devenu une destination principale des investisseurs » avant la crise du Covid-19, a-t-il ajouté.

« Je pense qu’il est extrêmement important de ne pas perdre des points à cause de sujets comme la 5G », a-t-il encore martelé. Seuls Orange et Bouygues Telecom ont pour l’instant communiqué leurs offres commerciales 5G à destination du grand public, Free évoquant un lancement dans « les prochaines semaines ». Le fondateur d’Iliad a par ailleurs confirmé que des négociations auraient lieu entre Orange et Free pour un accord de partage de réseau 5G, notamment « dans des zones relativement peu denses ».

« La mutualisation est importante pour faire face aux investissements, limiter l’impact environnemental du déploiement, et pour accélérer la couverture (en territoire) rural », a-t-il expliqué. Concernant le modèle de subventionnement des terminaux via un abonnement mobile, Xavier Niel a appelé à « interdire » la pratique ou à « forcer » les opérateurs « à plus de transparence » car cela « est opaque » pour les abonnés et « nuisible pour l’environnement ». L’objectif de telles mesures permettrait « d’allonger », selon lui, « la durée d’utilisation des smartphones » qui représentent environ 70% de l’impact environnemental du numérique en France.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/xavier-niel-a-d%c3%a9fendu-la-5g-devant-les-d%c3%a9put%c3%a9s/ar-BB1b6CEu

© Par Bernard TRITZ

Blog WordPress inf-os-tech.fr

Statistiques : Pays visiteurs

Ce blog a été lancé le dimanche 19 juillet 2020.

Voici un aspect des statistiques après 122 journées en ligne, depuis un peu plus de 17 semaines, les pays visiteurs.

Observations de ce Mercredi 18 novembre 2020 à 04h20.

Le nouveau pays visiteur est : Île de Mayotte

Pays Visiteurs – Maps
Pays Visiteurs – Liste

Merci aux visiteurs, à tous les visiteurs (femmes et hommes) de tous ces pays, en particulier ceux comme aujourd’hui !

Thank you to visitors, all visitors (women and men) from all these countries, especially today !

Un immense merci à tous les visiteurs de cette belle journée, et, depuis le début du Blog le 19 juillet 2020.

En ces temps très difficiles dus au Covid-19 des chinois, beaucoup de pays au monde souffrent, dénombrant un grand nombre de morts, une économie exsangue, beaucoup ont perdu leurs emplois, des familles sont détruites.

Alors recevoir une visite d’un nouveau pays visiteur est flatteur, honorant, apportant du bonheur par ce partage, augmentant le nombre de celles et ceux qui marchent ensemble. Je suis fier de cheminer à vos côtés.

© Par Bernard TRITZ

Vendée Globe : Face aux ‘Ofni’

Vendée Globe : Face aux ‘Ofni’, sécurité renforcée !

Par La rédac du Vendée Globe / Antoine Grenapin –  Publié le Mercredi 18 novembre 2020 à 00h01.

P1

OSCAR, Wale Shield… Pour faire face aux risques d’Ofni, les objets flottants non identifiés, les skippers disposent à bord d’outils à la pointe de la technologie. Une avancée majeure, sans garantir pourtant le risque zéro de collisions. Explications.

C’est une appréhension qui vire à l’obsession. À bord, tous les concurrents du Vendée Globe ont une hantise, un doute qui ronge et avec lequel il faut vivre : le risque d’heurter un Ofni. Jérémie Beyou (Charal) a connu cette mésaventure en première semaine. Après avoir dû effectuer une réparation temporaire pour un problème de renvoi d’écoute, c’est après avoir heurté un Ofni qu’il a dû faire demi-tour vers les Sables-d’Olonne. C’est aussi un Ofni qui a ralenti grandement la vitesse de Maxime Sorel (V and B – Mayenne) dans la nuit de dimanche à lundi. 

« Il y a une vraie omerta sur le sujet » (Fabrice Amedeo) : Les Ofni ? Comprenez objets flottants non identifiés. Ce peut être une bouée, une bille de bois, un conteneur mais surtout un mammifère marin. « Il y a une vraie omerta sur le sujet entre nous pour des raisons d’image. Nous souhaitons démontrer à quel point nos aventures sont vertueuses, qu’elles sont en adéquation avec les préoccupations liées à l’environnement et dans le même temps, on risque d’heurter, blesser ou tuer des cétacés », confiait Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres) avant le départ.

P2

Dans l’histoire du Vendée Globe, les abandons pour donner suite à des chocs avec des Ofni sont nombreux. Il y a quatre ans, ce sont eux qui ont eu raison de l’aventure de Morgan Lagravière (Safran) dans l’Atlantique, de Kito de Pavant (Bastide Otio) obligé d’abandonner son IMOCA en plein océan Indien ou encore de Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord) au large de la Nouvelle-Zélande… Face à ces avaries, des solutions techniques existent pourtant.

« Des systèmes de caméras thermiques ont déjà été développés et testés lors des éditions précédentes du Vendée Globe, à l’instar de Marc Guillemot qui avait travaillé sur le sujet avec Safran », explique Catherine Chabot. Participante au Vendée Globe à deux reprises et actuelle députée européenne, elle assure qu’il « n’y avait jamais eu autant d’ambitions mises dans un projet anti-collision avec autant de skippers ».

Un système pour l’automobile adapté à la course au large : Catherine Chabot fait référence à OSCAR, embarqué à bord de 18 des 33 IMOCA de ce 9e Vendée Globe. Ce boitier rectangulaire placé en tête de mât est composé de trois caméras dont deux thermiques qui distinguent à la surface les différentes sources de chaleur dont les corps chauds des animaux marins. Le boitier ne pèse que 700 grammes et consomme 24 watts par heure. Surtout, sa portée de détection s’étend jusqu’à 600 mètres pour un objet de 4 mètres et 150 mètres pour un autre d’un mètre carré. Dès qu’il détecte un Ofni, une alarme se déclenche.

C’est un ingénieur allemand, Raphaël Biancale, qui a eu l’idée de ce système en 2013 alors qu’il traversait l’Atlantique. « Au cours d’une nuit venteuse, froide et pluvieuse, j’ai quitté le pont pour rejoindre ma cabine. Et j’ai réalisé que je n’avais aucune idée de ce qui flottait dans ce vaste océan », explique-t-il. Or, repérer les dangers dans un environnement proche n’a rien de futuriste pour l’industrie automobile. En effet, les systèmes de sécurité d’aide à la conduite (ADAS) permettent déjà d’y pallier en étant corrélés avec le frein automatique d’urgence.

Raphaël Biancale souhaite l’adapter pour le monde de la voile. Il réunit une quinzaine d’ingénieurs pour le développer et sollicite le soutien de Gaëtan Gouérou, alors délégué général de la classe IMOCA. C’est par l’intermédiaire de ce dernier que l’inventeur d’OSCAR rencontre des skippers. Jean Le Cam puis Vincent Riou, François Gabart ou encore Armel Le Cléac’h font part de leur enthousiasme et participent même à la rédaction de son cahier des charges. Désormais donc, 18 IMOCA en sont équipés. « C’est un nouvel œil sur la veille maritime », souligne Maxime Sorel (V and B-Mayenne). De plus, OSCAR fonctionne aussi grâce à l’acquisition de données. En somme, plus de marins en sont équipés, plus le système est précis et performant.

Des ultra-sons pour éloigner les mammifères marins : En plus d’OSCAR, quatre skippers de la flotte – Alex Thomson (HUGO BOSS), Boris Hermann (Seaexplorer – Yacht Club de Monaco), Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) et Fabrice Amedeo (Newrest – Art & Fenêtres) – disposent d’un système complémentaire : Wale Shield. Se pinger, placé sur le bulbe de quille, permet d’éloigner les cétacés en émettant des ultra-sons dans un rayon d’un mile (1,6 km). Il a été développé en Australie par la société Futur Ocean qui équipe des filets de pêche afin de tenir à distance les dauphins qui peuvent en être piégés. Alex Thomson est le premier à l’avoir adapté sur son bateau. Fabrice Amedeo, qui l’a expérimenté une première fois lors de la Vendée Arctiques-Les Sables l’été dernier, est allé plus loin.

Le skipper de Newrest – Art & Fenêtres a en effet effectué le convoyage entre la Bretagne et les Sables-d’Olonne, avant le départ, avec Olivier Adam, bio-acousticien. Ce dernier a enregistré la signature acoustique du bateau. « Dans des conditions de mer plate et de vent moyen, le bateau est silencieux, furtif, et ne devrait pas attirer les cétacés », explique Olivier Adam. Mais pour avoir une vue globale, ces tests devraient être réalisés dans toutes les conditions. En effet, les 89 espèces de cétacés ont toutes des réactions différentes. Quand certains s’éloignent des bateaux, d’autres comme les cachalots, les baleines à bosses ou les rorquals s’en rapprochent.

« Ils n’ont pas peur de venir à proximité des bateaux parce que ces espèces sont curieuses de voir ce qui se passe à la surface », précise le bio-acousticien. Le risque zéro de collision n’existe donc pas avec ces systèmes embarqués. Fabrice Amedeo en convient : « tant que nous n’avons pas d’accident, on se dit que ça marche peut-être et le jour où on en a un, on dira que ça ne marchait pas. » La recherche en la matière se poursuit avec l’espoir, un jour, que les hommes du bord pourront cohabiter avec davantage de sérénité avec les cétacés qui peuplent les océans.

Lire la Source : https://www.vendeeglobe.org/fr/actualites/20364/face-aux-ofni-securite-renforcee

© Par Bernard TRITZ