Microsoft CloudPC, fuite de détails

msn.com – clubic.com – Microsoft CloudPC : des détails sur l’espace de travail dans le nuage fuitent.

Par Guillaume Belfiore – clubic.com – Il y a 6 jours.

P1 -© Fournis par Clubic

Accéder à un PC depuis n’importe où et directement au travers du navigateur, c’est ce qu’entend proposer Microsoft avec son prochain service CloudPC. Quelques détails sur ce projet ont récemment fait surface.

Windows-as-a-Service, voilà quelques années déjà qu’on entend parler de cette notion et il semblerait que les choses finissent par prendre forme. À en juger par un rapport de WalkingCat sur Twitter, le service est actuellement en cours d’expérimentation et pourrait voir le jour dès l’année prochaine.

Des serveurs virtuels privés sur Windows dès 2021 : Nous apprenions au mois de juillet que Microsoft comptait proposer un CloudPC, c’est-à-dire un bureau virtuel avec des applications, le tout hébergé sur la plateforme Azure. Le nom de code de CloudPC serait Deschutes.

Trois formules de VPS seraient aujourd’hui envisagées pour ces instances hébergées de Windows :

– Lite : 2 vCPU 4GB RAM 96GB SSD

– Standard : 2 vCPU 8GB RAM 96GB SSD

– Advanced : 8 GB RAM, 3 vCPU, 40 GB SSD

La page de connexion permettant de gérer les machines a été identifiée sur : cloudpc.microsoft.com ou deschutes.microsoft.com. Pour l’heure, il n’est évidemment pas possible de s’y connecter, quoique WalkingCat semble avoir réussi. L’authentification est restreinte aux comptes entreprises ou éducation.

Une fois connecté, l’utilisateur arrive sur un tableau de bord avec plusieurs instances prêtes à être ouvertes au sein du navigateur. Il est intéressant de noter que Microsoft propose également d’y accéder via l’application Remote Desktop disponible sur Windows, macOS, iOS et Android.

Qu’est-ce que CloudPC ? : Avec CloudPC, destiné aux entreprises, l’idée est de permettre à l’administrateur de proposer à un salarié ou un prestataire de service une configuration clé en main sécurisée avec une panoplie d’applications. D’un côté, cela évite les fuites de documents, de l’autre, cela simplifie les mises à jour. De leurs côté les consultants externes peuvent retrouver en un seul endroit les machines pré-configurées par les sociétés clientes.

En cette période de pandémie, le télétravail se généralise. Plus que jamais, la notion d’un CloudPC prend tout son sens. D’ailleurs, l’éditeur de Redmond expliquait dans une offre d’emploi : « Microsoft CloudPC est une nouvelle offre stratégique qui s’appuie sur le bureau virtuel de Windows pour offrir un bureau en tant que service. Au cœur de cette offre, « CloudPC » offre aux entreprises une expérience Windows moderne, souple et reposant sur le Cloud. Il permettra [à nos clients] de rester à jour d’une manière plus simple et plus évolutive. »

Source : Techradar

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/microsoft-cloudpc-des-d%c3%a9tails-sur-lespace-de-travail-dans-le-nuage-fuitent/ar-BB1aKB1p

© Par Bernard TRITZ

Télétravail : maintenir la pression

msn.com – europe1.fr – Télétravail : le gouvernement veut maintenir la pression sur les entreprises…avec pédagogie !

Par Olivier Samain – europe1.fr – Édité par Ugo Pascolo le Jeudi 12 novembre 2020 à 06h30.

P1 – © AFP Alors que le Premier ministre Jean Castex va faire un point d’étape du reconfinement jeudi à 18 heures, le gouvernement compte une fois de plus marteler l’obligation du télétravail. Pour ce faire, le ministère du Travail veut que les inspecteurs fassent preuve de pédagogie et ne sanctionnent qu’en cas de mauvaise volonté manifeste.

Le télétravail poussé au maximum pour freiner la circulation du coronavirus. C’est le mot d’ordre que répète inlassablement la ministre du Travail Elisabeth Borne depuis l’instauration du reconfinement, il y a maintenant deux semaines. Alors que le Premier ministre Jean Castex va faire un premier point d’étape jeudi soir à 18 heures, le gouvernement compte maintenir la pression sur les entreprises qui trainent encore les pieds.

15% des employeurs opposés au télétravail : Si une majorité d’entreprises joue le jeu, selon Elisabeth Borne – qui a fait faire un sondage sur le sujet lors de la semaine du 2 au 6 novembre – elle estime qu’il y a encore une marge de progression. D’après le sondage commandé par la ministre, 15% des salariés expliquent que leur employeur s’oppose au télétravail, et 27% affirment que leur hiérarchie demande des jours de présence physique alors que le travail pourrait être accompli en télétravail à 100%.

Le télétravail partout où c’est possible : Alors pour éviter ces déconvenues, la dernière version du protocole national sanitaire fixe non seulement un objectif très clair, le télétravail partout où c’est possible, mais il indique également que les entreprises qui s’écartent de ce cap pourraient voir leur responsabilité engagée sur la base du non-respect de l’obligation de protéger la santé et la sécurité des salariés. Une obligation inscrite noir sur blanc dans le Code du travail.

Mais il ne faut pas voir dans cette nouvelle mouture du protocole sanitaire national un feu vert donné aux inspecteurs du travail pour sanctionner les entreprises. La consigne est avant tout de rappeler la règle et de jouer un rôle conseil et d’accompagnement auprès des employeurs. Pour l’entourage d’Elisabeth Borne, c’est vraiment s’il y a une mauvaise volonté manifeste que les inspecteurs doivent passer au cran supérieur : la mise en demeure. Il y en a déjà eu quelques-unes et la pratique montre que dans neuf cas sur dix, les entreprises rentrent dans le rang.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/t%c3%a9l%c3%a9travail-le-gouvernement-veut-maintenir-la-pression-sur-les-entreprisesavec-p%c3%a9dagogie/ar-BB1aVRfa

© Par Bernard TRITZ

Solaire : énergie la moins onéreuse

msn.com – clubic.com – L’énergie solaire est officiellement l’énergie la moins onéreuse selon l’IEA.

Par Edouard Luquet – clubic.com – Publié le Dimanche 08 novembre 2020.

P1 – © Fournis par Clubic

Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (IEA) est clair : l’énergie solaire coûte bien moins cher que les énergies fossiles.

Moins coûteuses et bénéficiant d’aides publiques, les énergies renouvelables sont en plein développement. D’ici 2030, elles pourraient même représenter 80 % du marché mondial de l’énergie.

Le solaire : l’énergie la moins chère de l’histoire : Le 13 octobre dernier, l’Agence internationale pour l’énergie (IEA) a publié son World Energy Outlook pour l’année 2020, un état des lieux du système énergétique mondial et des perspectives de développement pour les années à venir. Parmi les conclusions de ce rapport : l’énergie solaire est désormais la forme d’électricité la moins coûteuse à fabriquer.

Selon les calculs menés par l’IEA, 1 mégawatt / heure d’énergie solaire reviendrait à moins de 20 €. « À ce niveau de prix, l’énergie solaire est l’une des sources d’énergie les moins chère ayant jamais existé », souligne le rapport. Il faut en effet débourser 49,50 € pour la même quantité d’énergie issue d’une centrale nucléaire déjà sur pied, et entre 70 et 100 € pour celle produite par une centrale thermique au gaz.

« Mon constat est que le solaire est en passe de devenir le nouveau roi des marchés mondiaux de l’électricité. Sur la base des paramètres politiques actuels, il est en passe d’établir de nouveaux records de déploiement chaque année après 2022 », a déclaré le docteur Fatih Birol, directeur exécutif de l’IEA. « Si les gouvernements et les investisseurs intensifient leurs efforts en matière d’énergie propre, conformément à notre scénario de développement durable, la croissance des énergies solaire et éolienne serait encore plus spectaculaire – et extrêmement encourageante pour relever le défi climatique mondial ».

Énergies renouvelables et neutralité carbone : les gouvernements à l’heure du défi : Selon l’un des scénarios de l’IEA, les énergies renouvelables représenteront 80 % du marché en 2030. Si l’hydroélectrique restera la source d’énergie renouvelable la plus importante, le solaire connaîtra la plus forte croissance, devant les éoliens terrestres et maritimes.

À l’inverse, l’IEA table sur une diminution progressive des énergies fossiles dans les années à venir. « L’époque d’une demande globale en pétrole touchera à son terme dans la prochaine décennie », prédit le docteur Birol, « mais leur rapide déclin n’arrivera pas sans de véritables politiques gouvernementales », prévient-il.

Au niveau mondial, l’enjeu pour les prochaines années est de réduire fortement les émissions de carbone liées à la production et la consommation d’énergie. « Seuls des changements structurels plus rapides dans la façon dont nous produisons et consommons l’énergie peuvent inverser définitivement la tendance des émissions [de CO2] », alerte le docteur Birol. « Les gouvernements ont la capacité et la responsabilité de prendre des mesures décisives pour accélérer les transitions vers les énergies propres et mettre le monde sur la voie de la réalisation de nos objectifs climatiques ». Pour atteindre la neutralité carbone en 2050 au niveau mondial, l’IEA estime que les États doivent prendre des mesures drastiques dans les dix prochaines années.

Source : Popular Mechanics, IEA

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/l-%C3%A9nergie-solaire-est-officiellement-l-%C3%A9nergie-la-moins-on%C3%A9reuse-selon-l-iea/ar-BB1aMwIq?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Vendée Globe 2020 – Où est Charlie ? En tête !

Par La rédac du Vendée Globe / C.El

Mercredi 11 novembre 2020 en soirée
Mercredi 11 novembre 2020 en soirée

Ce mercredi 11 novembre 2020, en soirée, Charlie Dalin a pris les devants. L’étrave jaune d’Apivia pointe en tête de la flotte qui évolue au portant entre deux phénomènes.

À gauche (à l’Ouest), une dorsale anticyclonique. À droite (à l’Est), la bordure occidentale du front. D’un côté, des vents très faibles dans lesquels Thomas Ruyant et ses congénères semblent s’être temporairement empêtrés. LinkedOut progressait ce soir à 5/6 nœuds. De l’autre, les derniers souffles du front qui permettent aux ex-sudistes de bien se placer pour aborder la prochaine petite dépression.

Au centre, ils ont la balle ! : Ce soir, c’est le groupe médian qui s’en sort le mieux. Charlie Dalin glissait tranquillement plein vent arrière, à 12/15 nœuds, HUGO BOSS et PRB dans son sillage.

La valse des empannages a débuté cet après-midi et elle risque de se poursuivre cette nuit. Elle sera propice à un regroupement progressif de la flotte qui s’étale toujours sur une centaine de milles en latéral.

Lire la Source : https://www.vendeeglobe.org/fr/actualites/20204/ou-est-charlie-en-tete

© Par Bernard TRITZ