Nourrissons : Avaler plus d’1 million de microparticules de plastique

msn.com – liberation.fr – À cause des biberons, les nourrissons pourraient avaler plus d’un million de microparticules de plastique par jour.

Par Julie Richard – liberation.fr – Publié le jeudi 22 octobre 2020.

© LEO RAMIREZ « La stérilisation des biberons et l’exposition à de l’eau à haute température augmentent considérablement la libération de microplastiques » selon l’étude.

Selon une étude, la libération de ces éléments, dont on ignore la toxicité, est due à la stérilisation des biberons en polypropylène.

Certains biberons exposeraient-ils les bébés à d’importantes quantités de microplastiques ? C’est en tout cas ce que conclue une étude publiée lundi, par la revue scientifique Nature Food. L’étude révèle en effet qu’un nourrisson utilisant un biberon en polypropylène (PP), le type de plastique le plus utilisé sur le marché, avalerait en moyenne plus d’un million de microparticules de ce matériau par jour. Ces biberons libéreraient des microplastiques « avec des valeurs aussi élevées que 16 200 000 particules par litre », précise l’enquête. L’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses) définit les microplastiques « comme de petites particules de plastique dont la taille est 70 fois inférieure au diamètre d’un cheveu ».

L’eau chaude faciliterait la libération de particules : Pour parvenir à ce constat, les scientifiques ont mesuré la quantité de microplastiques libérée par les biberons en polypropylène à chaque étape de préparation préconisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : stériliser le biberon à 100°C, mettre de l’eau à 70°C et secouer le contenant pendant 60 secondes. Les différents scénarios ont montré que «la stérilisation des biberons et l’exposition à de l’eau à haute température augmentent considérablement la libération de microplastiques ».

L’étude s’est également attachée à comparer les taux d’exposition par pays. Résultat : les bébés des pays développés seraient plus massivement exposés aux microplastiques. Alors que l’Afrique n’enregistre un taux d’exposition que de 527 000 particules par jour, en Europe par exemple, la moyenne dépasserait les 2 millions car moins de femmes pratiquent l’allaitement à la naissance.

Ce n’est pas la première fois que les biberons en plastique suscitent l’inquiétude de la communauté scientifique. En septembre 2011, l’Anses publiait deux rapports relatifs aux effets néfastes sur la santé et aux usages du bisphénol A, un composé perturbateur endocrinien présent dans la plupart des biberons vendus à l’époque sur le marché. L’agence a recommandé de limiter l’exposition des populations sensibles (nourrissons, femmes enceintes et allaitantes) à cet additif pour finalement l’interdire complètement dans les biberons en 2015. Les fabricants se sont alors massivement dirigés vers le polypropylène, un plastique sans additif vanté pour sa résistance, sa légèreté et sa compatibilité avec le four micro-ondes.

La communauté scientifique reste sceptique : Mais, loin de vouloir affoler tout le monde, certains chercheurs se montrent rassurants : « Il est très possible que [les particules] passent simplement très vite à travers le corps », note Oliver Jones, professeur à l’université RMIT de Melbourne qui n’a pas participé à l’étude, cité par l’organisme Science Media Centre. Interrogée par Libération, Kako Nait Ali, docteure et ingénieure en chimie des matériaux et spécialisée dans les plastiques confirme cette hypothèse. Quant aux résultats obtenus par l’étude, la scientifique peine à cacher son scepticisme : « Si leur méthode à l’air bonne, le chiffre me surprend car cela me paraît énorme. Le polypropylène est l’un des plastiques les plus utilisés dans le monde et ses mécanismes de dégradation sont étudiés depuis cinquante ans. Je suis étonnée que l’étude ne décrive pas le processus précis de dégradation de ce matériau ».

Aujourd’hui encore, les données scientifiques manquent sur l’impact sanitaire d’une telle exposition. « Si les études faites sur les animaux montrent que l’exposition aux microplastiques n’a pas d’impact sur le fonctionnement de l’organisme, aucune étude n’a été faite sur des chiffres aussi importants », précise Kako Nait Ali. L’étude rappelle donc le besoin urgent « d’évaluer si l’exposition aux microplastiques à ces niveaux présente un risque pour la santé des nourrissons ».

En attendant, les auteurs préconisent de rincer les biberons à l’eau froide, d’éviter de préparer la poudre de lait dans un récipient en plastique et de ne verser la solution dans le biberon qu’une fois qu’elle a bien refroidi.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/a-cause-des-biberons-les-nourrissons-pourraient-avaler-plus-dun-million-de-microparticules-de-plastique-par-jour/ar-BB1aiCQj#image=1

© Par Bernard TRITZ

Une réflexion au sujet de « Nourrissons : Avaler plus d’1 million de microparticules de plastique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s