Amazon – Foutre la zizanie, la pagaille

Amazon – Foutre la zizanie, la pagaille

Par Bernard TRITZ – Publié le mardi 20 octobre 2020 à 20h20.

Amazon – Foutre la zizanie, la pagaille, sans se gêner, en toute impunité. Il faut dénoncer ces comportements très discutables.

J’aime bien avoir deux ou trois cartouches d’encre d’avance. Ayant 2 imprimantes HP, par malchance une a des 62, l’autre des 302.

J’achète en général en ligne sur Amazon.

Je devrais peut-être cesser de le faire.

Pourquoi ?

La dernière commande concernait des 302. Je commande 3 noires et 2 couleurs je paie par Carte Bleue en ligne. Dans les 80 euros ! Cela va vite !

Premier reproche que je fais à Amazon, est la saisie de la commande à la vitesse de la Lumière.

Le lendemain j’apprends que les deux cartouches couleurs étaient de la fourniture de BusManiac vendeur (peu recommandable) sur Amazon, ce fournisseur déclare ne pas pouvoir fournir les cartouches couleur, évoquant un faux problème informatique.

Je n’avais pas pris garde, j’avais déjà eu maille à partir avec ce fournisseur peu enclin à satisfaire le client, j’avais déjà eu des soucis il y a des années. Mon opinion : À fuir ! Aucune étoile sur 5.

Amazon et BusManiac m’informent par courriel d’un remboursement dans un délai de 5 à 7 jours ouvrables.

Aujourd’hui 20 octobre 2020, le délai maximal de remboursement est déjà dépassé de 5 jours. Pas de remboursement reçu en banque.

Appel d’Amazon ce jour à 18h40

Joindre Amazon, faire une réclamation est une épreuve redoutable. Le lien mentionné dans le courriel d’Amazon est un lien mort, erreur 404.

Je téléphone au risque d’un appel payant.

L’Appel n’aboutit pas.

Je recommence : près de 26 minutes à supporter Larissa, qui n’a rien à voir avec la sublime Larissa (Julie Christie de mémoire) du Docteur Jivago de la Metro-Goldwyn-Mayer.

Courriel de Larissa !

Déjà pour avoir cette interlocutrice au téléphone, fut un exploit technique.

Finalement d’après Larissa, qui s’est excusée pour Amazon, oralement puis par courriel, Ce dernier avait changé le processus sans m’aviser, sans m’expliquer, qu’ils avaient changé de processus…

Jeff, c’est la panique dans ta boîte ! Ils écrivent et ne respectent pas leurs écris et change d’avis et de procédé sans avertir le client…

Amazon, en ce moment c’est la chienlit !

© Par Bernard TRITZ

Données persos : Instagram visé

msn.com – lepoint.fr – Données personnelles : Instagram visé par une enquête en Europe

Par lepoint.fr avec AFP – Publié le lundi 19 octobre 2020 à 13h45.

© Fournis par Le Point

Instagram épinglé par l’Irlande. Le réseau social, filiale de Facebook, est visé par une enquête en Europe à propos du traitement des données personnelles d’utilisateurs mineurs, a annoncé lundi 19 octobre le régulateur irlandais.

La Commission irlandaise pour la protection des données (DPC) a ouvert deux procédures distinctes le mois dernier après avoir reçu des plaintes selon lesquelles des numéros de téléphone et adresses e-mail de jeunes de moins de 18 ans étaient accessibles de tous les utilisateurs sur le réseau, selon un communiqué.

Un réseau social « très utilisé par des enfants en Irlande et à travers l’Europe » : Le régulateur irlandais (l’équivalent de la Cnil française) supervise Facebook pour le compte de l’UE, puisque la plateforme a son siège régional en Irlande. « Instagram est un réseau social qui est très utilisé par des enfants en Irlande et à travers l’Europe », rappelle Graham Doyle, un des responsables du régulateur. « La DPC a activement regardé les plaintes reçues de la part d’individus et a identifié des problèmes potentiels liés au traitement des données personnelles des enfants sur Instagram, ce qui nécessite davantage d’examen », a-t-il complété.

De son côté, Facebook n’avait pour l’heure pas donné suite aux sollicitations de l’Agence France-Presse.

La DPC va maintenant déterminer si l’application a mis en place les garde-fous nécessaires pour protéger les données des utilisateurs, surtout s’il s’agit de mineurs, alors qu’il faut avoir au moins 13 ans pour ouvrir un compte sur Instagram. Le régulateur va en outre vérifier que le réseau social respecte le Règlement européen sur la protection des données (RGPD) concernant la configuration des profils et des comptes.

La BBC indique qu’en 2019 le spécialiste des données David Stier avait conclu, après l’analyse de 200 000 comptes dans le monde, que les utilisateurs de moins de 18 ans avaient la possibilité trop facilement de basculer vers un compte professionnel. Ce type de compte exige des utilisateurs qu’ils rendent publiques leurs coordonnées, ce qui signifie qu’elles sont visibles de tous sur le réseau social.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/donn%c3%a9es-personnelles-instagram-vis%c3%a9-par-une-enqu%c3%aate-en-europe/ar-BB1aayQR

© Par Bernard TRITZ

Google – 1 attaque DDoS extrême

msn.com – clubic.com – 6 mois, 2,5 Tb/s de données : Google dévoile une attaque DDoS extrême 3 ans après.

Par Guillaume Belfiore – clubic.com – Publié le Lundi 19 octobre 2020 à 19h20.

© Fournis par Clubic

Google a annoncé avoir été victime de ce qui semble être l’attaque par DDoS la plus puissante jamais enregistrée à ce jour. Les événements ont eu lieu en 2017.

En fin de semaine dernière, Google a dévoilé avoir été la cible d’une attaque survenue au mois de septembre 2017. Durant six mois, les ingénieurs ont dû contrer la menace. Au plus fort de cette crise, Google a mesuré un trafic plafonnant à 2,5 Tb/s.

Des attaques toujours plus puissantes : Damian Menscher, chercheur au sein de l’équipe de sécurité réseau de Google, explique : « Bien que ciblant simultanément des milliers de nos adresses IP, vraisemblablement dans l’espoir de passer outre notre système de défense automatisé, l’attaque n’a eu aucun impact ».

L’envergure de cette attaque est donc quatre fois plus élevée que celle du botnet Mirai en 2016. Celui-ci avait envoyé quelque 623 Gb/s de données. Google explique que si l’ampleur de ces attaques croît de manière considérable, les sociétés cibles disposent elles aussi de plus de bande passante pour s’en protéger.

Le département de sécurité de Google est en mesure de calculer l’ampleur des prochaines attaques par déni de service, mais reste toutefois sur ses gardes. La société va donc élargir davantage ses infrastructures pour mieux parer d’éventuelles menaces.

Au mois de juin, nous apprenions que la plateforme AWS d’Amazon avait subi une attaque d’un volume de 2,3 Tb/s. C’était déjà plus que la charge de 1,7 Tb/s envoyée sur les serveurs d’Arbor Networks en 2019 ou que celle de 1,35 Tb/s ciblant GitHub l’année précédente.

© Fournis par Clubic

L’évolution des attaques par DDoS : Les attaques par déni de service effectuées de manière distribuée ont pour but de rendre les services d’une société inopérants. Pour ce faire, une large quantité de données est envoyée afin d’inonder le réseau.

Peu préparées dans les années 2000, plusieurs sociétés en ont fait les frais. C’est par exemple le cas de Yahoo!, Amazon ou encore eBay et Fifa. Ces attaques de type DDoS avaient été perpétrées par un expert en sécurité connu sous le nom de MafiaBoy.

Alors qu’en 2000 MafiaBoy avait réussi à saturer les routeurs ne pouvant pas résister à plus de 200 000 paquets par seconde, dans le cadre des attaques subies par Google en 2017, Damian Menscher explique que le bot en a envoyé 167 millions.

D’ailleurs, cette tentative de mettre à mal le réseau n’est plus le fait d’un hacker isolé mais de plusieurs fournisseurs d’accès à Internet chinois ayant pris l’infrastructure de Google pour cible.

Sources : Google, PC Mag

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/6-mois-25-tb-s-de-donn%c3%a9es-google-d%c3%a9voile-une-attaque-ddos-extr%c3%aame-3-ans-apr%c3%a8s/ar-BB1abjg0#image=2

© Par Bernard TRITZ