Google Maps : Affluence en temps réel

msn.com – 20minutes.fr – Google Maps : La carte indiquera bientôt l’affluence en temps réel de certains lieux.

Par 20 Minutes avec agence – Publié le samedi 17 octobre 2020 à 20h00.

Le nombre de lieux concernés par cet affichage en temps réel devrait être multiplié par cinq par rapport à juin 2020.

© Geeko Google Maps affichera les lieux les plus fréquentés à l’aide de pastilles rouges.

COVID-19 – Le nombre de lieux concernés par cet affichage en temps réel devrait être multiplié par cinq par rapport à juin 2020.

À l’heure de la distanciation physique, il est particulièrement utile de connaître les horaires d’affluence de certains lieux publics et de commerces. Cette fonctionnalité, proposée depuis longtemps sur Google Maps, a été très appréciée depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19. Son utilisation aurait même augmenté de 50 % entre mars et mai, rapporte 01Net.

Des pastilles rouges : Le géant américain passe désormais à la vitesse supérieure, en améliorant ces options. La fréquentation sera bientôt directement visible sur la carte, sans avoir à cliquer sur les lieux recherchés.

Google prévoit une pastille rouge plus ou moins grande suivant l’affluence, sur iOS, Android et desktop. Une information qui sera disponible en direct, lorsqu’un utilisateur cherchera un itinéraire par exemple.

Bientôt disponible sur Live View : Si des millions de lieux sont déjà concernés par ces mesures, le nombre devrait encore être multiplié par cinq par rapport à juin 2020. Certains endroits jugés essentiels comme les petites épiceries, les stations-service ou encore les laveries seront ajoutées, tout comme les parcs et les plages.

Cet affichage de l’affluence devrait également être disponible dans quelques mois sur Live View, qui propose une version de Google Maps en réalité augmentée. Ainsi, les utilisateurs devraient pouvoir en direct obtenir des informations sur la fréquentation des lieux aux alentours.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/google-maps-la-carte-indiquera-bient%c3%b4t-laffluence-en-temps-r%c3%a9el-de-certains-lieux/ar-BB1a8cW9

© Par Bernard TRITZ

Le nouveau EDGE est arrivé

msn.com – Le nouveau EDGE est arrivé, on ne va pas le fêter comme le Beaujolais nouveau !

Par Bernard TRITZ – Publié le dimanche 18 octobre 2020 à 07h20.

Je le sentais venir, des tas de petits changements, tracas, nuisances, venaient me pourrir la vie quotidienne depuis la dernière Mise à jour de ce dernier jeudi 15 octobre 2020. Et je suis poli ! Je choisis mes mots, ils pourraient être beaucoup plus orduriers. Ayant l’impression de servir de test en grandeur nature.

Microsoft ils sont casse-bonbons, ils savent faire.

Alors ce dimanche matin, je me suis retrouvé devant cette situation imposée. Que faire ? Ils le font tous ! Google Chrome ce n’est pas mieux, voire pire pour moi utilisateur de WordPress.

Capture 1
Capture 2

Alors subissons, ces montagnes de cookies imposées qui nous pourrissent la vie, nous avions la Covid-19, le Coronavirus, et ce dimanche matin, Microsoft EDGE !

Quelle bande de ——–.

© Par Bernard TRITZ

MalLocker.B: Un malware qui kidnappe les données

msn.com – 20minutes.fr – MalLocker.B: Un malware qui kidnappe les données fait des ravages sur Android.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le samedi 17 octobre 2020 à 19h50.

Le ransomware se propage à travers des applications Android publiées sur des forums ou des sites Internet tiers.

© Geeko Android : un virus vole des données en se faisant passer pour une livraison de colis

CYBERSECURITE – Le ransomware se propage à travers des applications Android publiées sur des forums ou des sites Internet tiers.

Un nouveau virus particulièrement sophistiqué sévit actuellement sur les smartphones Android. Ce dernier fait partie des ransomware, des malwares qui chiffrent les données de ses victimes dans le but de leur soutirer de l’argent en leur faisant miroiter une clé de déchiffrement. Ce type de virus fait régulièrement de nombreuses victimes à travers le monde, aussi bien sur ordinateurs que sur smartphones.

Le nouveau malware découvert par les chercheurs en cybersécurité de chez Microsoft est connu sous le nom d’AndroidOS/MalLocker.B. Il fait partie d’une toute nouvelle souche de ransomware et se propage à travers des applications Android postées sur des forums et des sites tiers, en dehors du Play Store. Une fois installé sur le téléphone, le logiciel malveillant va utiliser les mécaniques de notification d’appel entrant, ainsi que le bouton Home pour verrouiller l’accès au téléphone. Sur Android, la plupart des ransomwares se contentent en effet de bloquer l’accès aux fichiers sauvegardés sur l’appareil plutôt que de les chiffrer.

Une fois déployé, le virus MalLocker. B affiche un message persistant sur l’écran du téléphone provenant soi-disant des forces de l’ordre locales, technique très souvent utilisée par les auteurs de ransomwares. Le message indique ainsi qu’en raison d’un crime commis par la victime, cette dernière doit payer une amende.

Diablement efficace : En ayant corrompu le système de notification d’appel entrant, le ransomware peut afficher son message sur l’ensemble de l’écran du smartphone. De plus, vu qu’il a également la main mise sur la fonction bouton Home, il est en mesure d’afficher en permanence son message, même lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton ou tente de passer à une autre application ouverte.

Ce fonctionnement double du ransomware est nouveau et inédit. Malheureusement, il est presque toujours impossible de passer outre ce type d’attaques. Et même en payant, les auteurs du ransomwares peuvent ne pas rendre l’accès au téléphone aux victimes. Dans certains cas, ils peuvent partager ou détruire les fichiers kidnappés, même si la victime a payé la rançon.

La seule solution pour éviter ce genre de mauvaise surprise est de ne pas télécharger d’application en dehors du Play Store et de privilégier les apps provenant de développeurs connus. Pensez à lire les commentaires sous la description des apps pour vous assurer de la fiabilité de celles-ci.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/mallockerb-un-malware-qui-kidnappe-les-donn%c3%a9es-fait-des-ravages-sur-android/ar-BB1a8aKB

© Par Bernard TRITZ

Facebook : Des pirates dérobent les identifiants

msn.com – 20minutes.fr – Facebook : Des pirates dérobent les identifiants d’utilisateurs en imitant la page Web du réseau social.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le samedi 17 octobre 2020 à 16h30.

Une campagne de phishing vise actuellement les pages Facebook pour leur dérober leurs identifiants et abuser de leur notoriété.

© Geeko Une extension pour récupérer l’ancienne version de Facebook

DONNEES PERSONNELLES – Une campagne de phishing vise actuellement les pages Facebook pour leur dérober leurs identifiants et abuser de leur notoriété.

Le réseau social Facebook semble être une nouvelle fois la cible d’une campagne d’hameçonnage, rapporte Cyberguerre. Ce sont plus particulièrement les pages Facebook qui sont visées et qui reçoivent d’étranges mails. La provenance de ces mails ? Des équipes de Facebook, soi-disant.

« Bonjour, nous devons vous informer que votre page a été signalée pour activité inhabituelle et illégale, votre page va donc être supprimée de manière permanente », voici un exemple de mail signé par « l’équipe de sécurité de Facebook » et envoyé à un gestionnaire d’une page sur la plateforme sociale. Un second message envoyé lui aussi par « Page Flagged » (page signalée) et non par un compte Facebook certifié précise qu’un représentant de la société le contactera sous peu pour discuter de la situation.

Plus encore, l’expéditeur indique qu’il existe une procédure pour faire appel et éviter que sa page ne soit supprimée de manière permanente et joint même le lien vers le soi-disant formulaire. Le site sur lequel il renvoie paraît légitime puisque l’URL commence par « https://facebook.com ». Avant de pouvoir remplir le formulaire depuis le nouveau site, les cibles vont devoir s’identifier à nouveau. Malheureusement, la page en question est un leurre, de même que le cadre de connexion qui permet simplement de récupérer les identifiants des victimes.

À un détail près : Le site en question était effectivement faux, et ce, malgré la présence de « facebook.com » dans l’URL. Les hackers ont simplement utilisé un sous-domaine pour faire croire à leurs victimes qu’elles étaient bien sur une page légitime de Facebook, alors qu’en fait, en regardant de plus près, l’URL se terminait par « .top », précise Cyberguerre. Il s’agissait donc bien d’une fausse page bien réalisée.

Évidemment, l’objectif de cette campagne est de voler les identifiants des utilisateurs qui gèrent des pages Facebook, afin de pouvoir usurper leur identité et diffuser leurs campagnes de phishing sur ces pages en abusant de leur notoriété et de leurs abonnés.

La page à l’origine des mails semble avoir été annihilée par Facebook, mais il y a de fortes chances pour que les hackers à l’origine de la campagne réitèrent leur attaque. En résumé, ne vous fiez pas toujours aux mails envoyés par « les équipes de Facebook » et vérifiez bien l’ensemble de l’URL sur lesquelles vous êtes envoyé.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/facebook-des-pirates-d%C3%A9robent-les-identifiants-d-utilisateurs-en-imitant-la-page-web-du-r%C3%A9seau-social/ar-BB1a7Ra1?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ