Les néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » reviennent !

msn.com – nouvelobs.com – Interdits, les néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » reviennent à l’Assemblée pour sauver les betteraves.

Par nouvelobs.com – Publié le lundi 05 octobre à 10h50

© Copyright 2020, L’Obs

Interdits en 2018, ces pesticides controversés pourraient être réintroduits temporairement pour aider les betteraviers, touchés par la crise.

Respecter une promesse environnementale ou sauver l’emploi sur fond de crise économique ? L’Assemblée nationale se penche ce lundi 5 octobre sur le projet de loi controversé permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes pour préserver la filière betteraves, en dépit de la ferme opposition des pro-environnement.

Avec ce projet de loi permettant le recours temporaire et encadré à des insecticides néfastes pour les abeilles, le gouvernement est accusé de brouiller son message sur la transition écologique. Une exception qu’il justifie par la sauvegarde d’une filière qui emploie 46.000 personnes dont 25.000 agriculteurs.

Un hiver et un printemps trop chauds : en raison de la prolifération d’un puceron vert vecteur de la maladie qui affaiblit les plantes dans de nombreuses régions, les betteraves issues de semences non enrobées d’insecticide sont atteintes de « jaunisse ». La réintroduction de semences enrobées avec des néonicotinoïdes doit permettre de protéger les rendements sucriers.

« Question de souveraineté » : Le hic est que ce type de pesticide a été interdit en 2018. Et voilà le gouvernement obligé de rétropédaler, en s’appuyant sur le règlement européen sur les phytosanitaires permettant de déroger à l’interdiction en l’absence d’alternative.

« C’est une question de souveraineté », met en avant le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, alors que 11 pays producteurs ont en Europe autorisé les dérogations pour les néonicotinoïdes.

« Nombre de planteurs, en ce moment même, hésitent à replanter des betteraves » et « si les sucreries ferment, c’est toute la filière de la betterave qui peut disparaître en une ou deux saisons », fait valoir le ministre.

C’est lui qui sera présent dans l’hémicycle où plus de 130 amendements seront débattus, et non la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui avait elle-même porté en 2016 la loi interdisant ces insecticides et appuie désormais cette réautorisation ciblée.

Pour le gouvernement, qui pourra compter sur le soutien des LR, le projet de loi n’est pas « un renoncement écologique ». Il programme « la fin des néonicotinoïdes » à l’horizon 2023, souligne le rapporteur LREM du texte, Grégory Besson-Moreau. Pour le député de l’Aube où se trouve l’une des plus grosses sucreries d’Europe, « personne ne nie les dangers de cette substance ».

Pourquoi dès lors ne pas y renoncer purement et simplement, tempêtent les opposants au projet gouvernemental ? Happening près du Palais-Bourbon, tribunes, les pro-environnement et la gauche estiment que le projet de loi, conçu selon eux « sous la pression des lobbys de l’agriculture », est un « recul démocratique majeur » et un « contresens historique ».

Hulot et Orphelin montent au créneau : Dimanche, l’ancien ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot a appelé dans le « JDD » « les députés à ne pas voter » le projet de loi. « Ma fondation a estimé les pertes pour cette année à 77 millions d’euros pour les betteraviers. Indemnisons-les en échange de la mise en place de pratiques : allongement des rotations, réintroduction des haies ! », propose-t-il.

« C’est le dernier grand vote sur la biodiversité du quinquennat », attaque Matthieu Orphelin (EDS). Ce proche de Nicolas Hulot a obtenu un vote solennel sur l’ensemble du projet de loi, qui aura lieu mardi et lors duquel tous les députés « pourront se positionner sur ce sujet important ».

En dramatisant l’enjeu, l’ex- « marcheur » cherche à enfoncer un coin au sein du groupe majoritaire, où des voix dissonantes sont apparues. « On sait très bien que la discussion va être serrée dans l’hémicycle », reconnaît Jean-Baptiste Moreau (LREM), agriculteur, qui soutient le projet de loi.

Selon lui, des députés « ne veulent pas revivre la séquence » d’il y a deux ans autour du glyphosate, cet herbicide controversé dont la sortie n’a finalement pas été inscrite dans la loi. Un épisode vécu comme un « traumatisme » par certains, et qui avait coûté cher dans l’opinion publique.

Pour « verdir » sa position, le groupe LREM a fait voter en commission la création d’un conseil de surveillance où figureront quatre parlementaires. Et aussi l’interdiction, sur des parcelles où ont été utilisés des néonicotinoïdes, d’implanter des cultures attirant les abeilles afin de ne pas les exposer.

Les députés ont en outre précisé que les dérogations permises visaient explicitement les betteraves sucrières. Le gouvernement l’avait promis mais ne voulait pas l’inscrire dans le texte par crainte d’une censure du Conseil constitutionnel.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/interdits-les-n%c3%a9onicotino%c3%afdes-%c2%ab-tueurs-dabeilles-%c2%bb-reviennent-%c3%a0-lassembl%c3%a9e-pour-sauver-les-betteraves/ar-BB19HKZe?ocid=msedgntp

© Par Bernard TRITZ

Nantes – Ils ont joué pour reconstruire les orgues !

msn.com – ouest-france.fr – Nantes. Ils ont joué pour reconstruire les orgues !

Par ouest-france.fr – Dimanche 04 octobre 2020 à 19h10

© Marc Roger Les quatre organistes à l’église Saint-Clément, dimanche : de gauche à droite Michel Bourcier, Gaëlle Coulon, Martine Rochedreux et Marie-Thérèse Jehan.

L’église Saint-Clément, à Nantes, a abrité, ce dimanche 4 octobre 2020, un concert d’orgues, dont la recette sera versée à la Fondation du patrimoine.

Depuis le coup de tonnerre du 18 juillet et la destruction par les flammes du grand orgue de la cathédrale de Nantes, l’Association des amis de l’orgue se démène pour collecter des fonds, à son modeste niveau. « Il faudra environ cinq ans et 5 millions d’euros pour reconstruire ce chef-d’œuvre », estime Dominique Métaireau, son président.

L’association organisait un concert d’orgues, ce dimanche 4 octobre 2020, après-midi, à l’église Saint-Clément. Gaëlle Coulon, Martine Rochedreux, Marie-Thérèse Jehan et Michel Bourcier ont donné un récital fort apprécié du public.

Avant le concert, les spectateurs ont visionné un petit film réalisé par Julien Leloup pour France 2. Un film qui évoque les grandes cathédrales meurtries par des incendies, Reims, Rouen et Nantes notamment.

Un concours international : À Nantes l’hiver 1972, le gigantesque incendie de toiture avait épargné le grand orgue, fabriqué en 1619. Mais il n’a pas survécu au sinistre du 18 juillet dernier, « il s’est tu à jamais ».

Pour « redonner sa voix » à la cathédrale, la Fondation du patrimoine collecte les fonds. « Je crois qu’ils en sont à 120.000 € collectés, précise Dominique Métaireau. J’espère surtout que l’État, propriétaire de la cathédrale, tiendra la promesse de financement faite par le Premier ministre. »

Les travaux pourraient débuter en 2021. Pour le grand orgue en particulier, on s’achemine vers un concours international de facteurs d’orgues.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/nantes-ils-ont-jou%C3%A9-pour-reconstruire-les-orgues/ar-BB19H8Lr?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

71 jours

On ne peut pas sous-estimer WordPress. La plus grande force étant le partage, les échanges entre tous les pays du Monde, les blogueuses et blogueurs de tous âges.

Des femmes, des hommes, des jeunes, des ados…

Je remercie toutes les femmes (elles sont nombreuses), tous les hommes, les visiteurs, les 130 abonnés qui se sont inscrits.

Le Blog inf-os-tech.fr existe depuis 78 jours dont 71 de publications de suite.

71 jours de publications à la suite…

C’est aussi 71 pays visiteurs différents depuis les début.

Pour conclure : je vous remercie toutes et tous de participer à ce très bon début de vie de ce blog WordPress !

Merci !!!

© Par Bernard TRITZ

5G – dossier : Progrès – Menace ?

msn.com – nouvelobs.com – DOSSIER. La 5G, progrès ou menace ?

Par nouvelobs.com – Publié dimanche 04 octobre 2020 à 18h50

© Copyright 2020, L’Obs

Environnement, santé, vie privée… On a passé la 5G en revue : « L’Obs » examine en cinq questions les arguments des défenseurs et des opposants de ce nouveau réseau, qui cristallise les peurs et les interrogations du monde d’aujourd’hui.

Pourquoi il est inutile de se ruer sur les smartphones 5G : Opérateur et fabricant commencent à promouvoir l’acquisition de forfait et téléphone compatibles avec le nouveau réseau. Gare au faux départ.

Avec les enchères pour la 5G, des milliards assurés pour l’Etat : La mise en vente des fréquences 5G démarre et elle va assurer une recette d’au moins 2 milliards d’euros, peut-être beaucoup plus… mais ce sera alors au prix d’un déploiement plus lent des réseaux.

5G : « De quel progrès parlons-nous, au juste ? » : La 5G dépasse largement la question technique : elle interroge notre rapport à l’innovation, voire au monde. Le philosophe Dominique Bourg et l’ex-ministre Fleur Pellerin en débattent pour « l’Obs ».

Monaco, laboratoire de la 5G : Couverte depuis un an par le nouveau réseau, la principauté nous offre de premiers retours d’expérience.

Au Japon, on fait déjà de la 5G low cost : En devenant opérateur mobile low cost, le groupe japonais Rakuten a développé une technologie d’antennes permettant de passer de la 4G à la 5G avec une simple mise à jour. Il commence à exporter sa technique.

TRIBUNE. « N’ayons pas peur de la 5G, régulons-la ! » : Sébastien Soriano est président de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

Eric Piolle fera-t-il de Grenoble une ville sans 5G ? : Le maire écologiste rejette de manière catégorique la nouvelle génération de réseaux mobiles, au point de refroidir les opérateurs. Sur place, cela suscite – pour le moment – peu de réactions.

François Ruffin : « Je veux un référendum sur la 5G » : Le député La France insoumise s’oppose au déploiement immédiat de la 5G et lance un appel à l’organisation d’un grand débat sur la question. Interview.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/economie/dossier-la-5g-progr%c3%a8s-ou-menace/ar-BB19GX2b?ocid=msedgntp#image=1

© Par Bernard TRITZ

Fibre Optique, Test de Débit Free

Fibre Optique, Test de Débit Free

Par Bernard TRITZ, publié le lundi 05 octobre 2020 à 00h30

Tests de débit FREE, ce jour

Lundi 05 octobre 2020 à 00h30

En cette très grande période d’après Confinement d’État historique, l’enjeu du télétravail n’a jamais eu autant d’opportunités pour un développement personnel vraiment professionnel « #donnant=donnant ». 

Avec la Fibre Optique c’est parfaitement possible !

Mieux avec la FREBOX POP V8 c’est encore mieux !

Sans : c’est très probablement une galère royale d’État.

Ce lundi 05 octobre 2020 à 00h30, très, très tôt le matin, les Tests « mesure » de débit, confirment mon statut de client FREE. Depuis plus de 22 mois et demi : tout est parfaitement cadré et nominal, correspondant à mon statut de client particulier. 

Les débits sont parfaits, constants et fiables, les tarifs facturés sont très exactement conformes au centime près.

Les factures reçues le confirment.

En particulier, pendant cette longue période de Confinement d’État historique, je dois dire un très grand MERCI à FREE. 

Merci… 

Nota : Les débits de Fibre Optique correspondent à une classification de position géographique : Zone dense ou Moyennement dense… 

Test Fibre Optique FREE cliquer ici : https://freebox-news.com/tutoriel/test-debit-free

Commentaire : Rien à ajouter, tout a déjà été dit : « J’ai FREE, j’ai tout compris ! »

Merci FREE ! Une nouvelle fois.

Pour un renseignement, ne pas hésiter à contacter, réponse assurée.

Je suis tellement satisfait avec la nouvelle FREEBOX POP V8.

Elle a des performances bien supérieures, c’est vérifié avec cette preuve.

© Par Bernard TRITZ