5G : Début des enchères ce mardi

20minutes.fr – High-tech – 5G : Début des enchères ce mardi, malgré les critiques. TECHNOLOGIE : L’État espère récupérer dans l’opération au minimum 2,17 milliards d’euros.

Par 20Minutes avec AFP – Publié le 29/09/20 à 06h02 — Mis à jour le 29/09/20 à 06h02

Les enchères pour l’attribution des fréquences 5G vont débuter le 29 septembre (illustration) — Wang Jianfeng / Costfoto/Sipa US

C’est une opération qui devrait rapporter plusieurs milliards d’euros à l’Etat. La France, « en retard » dans le déploiement de la 5G au grand dam du gouvernement, lance mardi l’attribution des premières fréquences. Mais cela se fera dans un climat de défiance d’une partie de l’opinion et les multiples demandes de « moratoire » de plusieurs élus.

Une première commercialisation à la fin de l’année : Initialement prévues en avril, mais repoussées en raison de la crise sanitaire, ces enchères doivent permettre aux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free) d’acquérir 11 « blocs » de fréquences aujourd’hui inutilisés. L’opération va ouvrir la voie aux premières commercialisations de la 5G dans certaines villes à la fin de l’année.

Le futur réseau sera lancé en utilisant d’abord la bande allant de 3,4 à 3,8 gigahertz. Les quatre opérateurs ont déjà obtenu chacun un bloc de 50 mégahertz (MHz) dans cette bande de fréquences, au prix fixe de 350 millions d’euros. Avec les 110 MHz supplémentaires mis en jeu, l’État espère encaisser au moins 2,17 milliards d’euros. Un opérateur ne pourra, par contre, pas acquérir plus de 100 MHz « pour donner ses chances à chacun », explique l’Arcep, régulateur français des télécoms qui encadre les enchères.

Des opérateurs combatifs : « Le principe de ces enchères, c’est qu’elles doivent être totalement secrètes (…) donc mes objectifs, mes contraintes financières, vous pensez bien que je ne vais pas les rendre publics », a déclaré lundi Stéphane Richard, PDG d’Orange. Ses concurrents, à l’image de Free, promettent d’être « combatifs » pour aller chercher « toutes les fréquences » dont ils ont « besoin ». L’enchère principale, qui devrait durer une dizaine de jours, sera suivie d’une « enchère de positionnement » permettant aux opérateurs de choisir s’ils préfèrent se situer au centre de la bande ou à ses extrémités, plus susceptibles d’interférences avec d’autres services.

La 5G suscite toutefois l’hostilité d’une partie de l’opinion, de responsables politiques et d’ONG, qui remettent en question son intérêt, en invoquant des risques pour la santé et l’environnement. Mais le gouvernement a souhaité maintenir son calendrier sans attendre un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) prévu en mars 2021, soulignant que la plupart des pays avancés ont déjà attribué ces fréquences.

Un nouveau rapport de force : Ce débat politique enflammé, marqué par la menace de plusieurs collectivités locales d’entraver le futur déploiement de la 5G, peut-il avoir un impact sur les enchères ? « Cela va changer un peu le rapport de force », estime Guillaume Vaquero, expert télécoms pour le cabinet Wavestone. « On était dans un schéma où l’Arcep exigeait des opérateurs des engagements dans la couverture. Là, les opérateurs peuvent dire : On est prêt à déployer, mais quelles sont les garanties pour qu’on puisse le faire dans de bonnes conditions ? », ajoute-t-il. La réponse devrait venir à l’ouverture des enveloppes contenant les offres.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2872803-20200929-5g-debut-encheres-mardi-malgre-critiques

© par Bernard TRITZ

Orange : Schneider Electric teste la 5G

msn.com – boursier.com – Orange : Schneider Electric teste la 5G dans son usine de Vaudreuil

Par Boursier.com – Publier le lundi 28 septembre 2020 à 22h15

Schneider Electric

Schneider Electric et Orange annoncent le premier déploiement de 5G indoor dans le domaine industriel en France sur des fréquences expérimentales attribuées par l’Arcep dans le cadre d’un pilote.

Fonctionnel depuis le mois de mars, ce premier projet de Co-innovation réalisé au sein de l’usine Schneider Electric du Vaudreuil (Eure), a pour objectif de tester les usages de la 5G dans un environnement industriel moderne afin de construire des solutions de connectivité fiables, évolutives et durables adaptées aux besoins de l’industrie du Futur.

Grâce à sa faible latence, ses très hauts débits, et à terme, au network slicing (découpage du réseau), la 5G constituera un levier de compétitivité pour les entreprises en apportant une amélioration sensible dans les procédés industriels et dans la façon de travailler, en particulier à travers la réalité mixte (augmentée ou virtuelle). Dans le milieu industriel plus particulièrement, la 5G sera un véritable atout pour synchroniser des masses importantes de données en temps réel, un apport considérable pour booster les performances, faciliter la télé présence et assurer une meilleure efficience de production.

Ce déploiement de 5G expérimentale indoor a permis d’initier des tests sur deux cas d’usage : la réalité augmentée appliquée aux activités des techniciens de maintenance et la mise en place d’un robot de télé présence pour les visites à distance.

Des équipements radio : AirScale et coeur de réseau Nokia, ont été utilisés ainsi que des fréquences expérimentales attribuées par l’Arcep. Cinq antennes 5G indoor ont été installées à l’intérieur de l’usine, couvrant ainsi près de 2.000 m2 au sein de l’espace de production avec des débits descendants au-delà du Gbit/s, sur une architecture réseau expérimentale permettant le traitement de la donnée en local sur le site du Vaudreuil, grâce aux technologies d’Edge Computing. Capitalisant sur son écosystème ouvert, Orange a notamment proposé à Schneider Electric d’utiliser le nouveau PC Entreprise 5G-ready de Dell (Latitude 9510). Il permet à Schneider Electric de tirer parti de sa puissance de calcul embarquée et ce, quelle que soit la localisation de l’utilisateur final.

Dans le cadre du premier cas d’usage testé, les équipes ont connecté en 5G des tablettes utilisant une application de réalité augmentée de Schneider Electric. Cette application sur mesure améliore l’efficacité opérationnelle grâce à la réalité augmentée, en permettant aux opérateurs de superposer les données en temps réel et les objets virtuels à une armoire, une machine ou l’usine tout entière. Ainsi, l’objectif avec la 5G est de tester les futures fonctionnalités en bénéficiant de temps de latence minimum et de débits maximum. Le second cas d’usage testé par Schneider Electric et Orange porte sur le pilotage en 5G d’un robot de télé présence mobile de marque Axyn. A terme, et pour donner suite à une expérimentation probante, celui-ci permettra d’organiser les visites du site du Vaudreuil à distance.

De nouveaux tests pourront être réalisés avec des technologies à très fort potentiel comme l’Intelligence Artificielle et ou les futures évolutions hardware et software des équipements réseau.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/orange-schneider-electric-teste-la-5g-dans-son-usine-de-vaudreuil/ar-BB19vt4b

© par Bernard TRITZ

Blog inf-os-tech.fr Boom !

Boom signalé par WordPress

Ceci ne serait pas possible sans le soutien de chaque heure de personnes : blogueuses et blogueurs de qualité qui investissent du temps en visitant ce blog. Un grand merci à tous.

© par Bernard TRITZ

Ferrero va investir 42 millions en Normandie

msn.com – francetvinfo.fr – Le groupe Ferrero va investir 42 millions d’euros en Normandie pour augmenter ses capacités de production et de stockage.

Par Franceinfo – Publié le lundi 28 septembre 2020 à 22h55

Les travaux doivent débuter au mois de novembre. Le groupe prévoit un centre de logistique de 36 000 m² à la fin de l’année 2021.

© Fournis par Franceinfo

Le fabricant de la célèbre pâte à tartiner Nutella, le géant italien Ferrero, va investir 42 millions d’euros en Normandie où il prévoit d’installer un nouveau centre de logistique, a annoncé le groupe à l’AFP, confirmant une information des Echos (abonnés).

Ferrero « a choisi d’installer son nouvel entrepôt à Criquebeuf-sur-Seine » (Eure), d’après un communiqué de l’entreprise selon lequel « les travaux démarreront en novembre prochain pour s’achever fin 2021 ». Avec ce nouveau centre de logistique de près de 36 000 m² et sa capacité de stockage de 45 000 palettes, « Ferrero en France pourra ainsi regrouper ses activités de distributions, réparties actuellement entre la Normandie et l’Aube, sur un seul site central plus moderne », plaide l’entreprise.

Ce seul site normand représente 30 millions d’euros d’investissements. Il y aura aussi 10 millions d’euros pour la modernisation de l’usine de Villers-Ecalles (Seine-Maritime) et 2 millions pour la rénovation du siège social de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime).

Déplacement ministériel en Italie pour trouver d’autres investisseurs : Cité dans le communiqué de Ferrero, le ministre délégué en charge du Commerce extérieur, Franck Riester, a déclaré : « Ferrero confirme que nos territoires sont au coeur de la stratégie d’attractivité, les entreprises étrangères créent des emplois partout, aujourd’hui à Criquebeuf ». Il insiste sur la nécessité de « renforcer le tissu économique européen » et annonce « un déplacement à Milan et Rome en fin de semaine, à la rencontre d’autres investisseurs potentiels. »

« Ces investissements montrent à quel point Ferrero est attaché à participer au dynamisme économique normand et plus globalement français », a de son côté réagi le PDG de Ferrero France, Jean-Baptiste Santoul. « Notre ancrage ne s’arrête pas à notre seule implantation sur le territoire, puisque que nous travaillons avec 70% de fournisseurs français, dont 25% normands ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/le-groupe-ferrero-va-investir-42-millions-deuros-en-normandie-pour-augmenter-ses-capacit%c3%a9s-de-production-et-de-stockage/ar-BB19vOHs

© par Bernard TRITZ