Tesla : au prix d’une Renault Zoé

MSN.com – 01net.com – Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62.

Par Jordan Caucino avec Thomas Remilleret – Publié dimanche 27 septembre 2020 à 17h00

Les annonces Tesla, la Xbox One X et le nouveau Samsung Galaxy S20 FE, voici le programme du Tech a Break de cette semaine.

© 01net.com Tesla va sortir une voiture au prix d’une Renault Zoé – Tech a Break 62

Au programme de ce nouvel épisode de Tech a Break :

Tesla accélère sur l’entrée de gamme électrique : Une Tesla pour le prix… d’une Renault Zoé, c’est ce qu’a annoncé le PDG de l’entreprise américaine Elon Musk. Il a profité du Battery Day pour en dire un peu plus sur un véhicule électrique qui devrait être vendu aux alentours de 25000 dollars et pourrait sortir d’ici 2023. Les Renault Zoe, Nissan Leaf et Volkswagen ID.3 peuvent trembler.

La Xbox One X rend fou sur Amazon : Qui a dit que la gamme de consoles de Microsoft était complexe ? Xbox One X ou Xbox Series X, on peut comprendre que les non-initiés s’y perdent un peu. Preuve en est, cette semaine sur Amazon où le taux d’intérêt de la Xbox One X, calculé par la recherche de mot clé, a bondi de 747%. Pourquoi ? Tout simplement parce que les précommandes de la Xbox Series X ont démarré cette semaine et il semblerait que bon nombre d’utilisateurs se soient tout simplement… trompés.

Samsung surprend avec son S20 FE : Entre Apple et Samsung, on dit souvent que l’un s’inspire et de l’autre et inversement. Cette fois, c’est le géant coréen qui jette un oeil sur la copie de l’américain en dévoilant une itération de son Galaxy S20, un petit peu moins cher, mais avec la plupart des fonctionnalités. Le Galaxy S20 FE donc, intègre le même processeur, le même rafraichissement d’écran mais avec une dalle un peu plus petite et un appareil photo un peu moins poussé. En bref, le Galaxy S20 FE est au Galaxy S20 ce que l’iPhone 11 est à l’iPhone 11 Pro.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-digital/tesla-va-sortir-une-voiture-au-prix-dune-renault-zo%c3%a9-tech-a-break-62/ar-BB19tmS6#image=1

© Par Bernard TRITZ

Blog WordPress inf-os-tech.fr

Blog WordPress inf-os-tech.fr

Statistiques : Pays visiteurs

Ce blog aura été lancé le dimanche 19 juillet 2020, voici un aspect des statistiques après 70 journées en ligne, 10 semaines, les pays visiteurs de deux mois et demi en ligne.

Observations de ce dimanche 27 septembre 2020 à 16h15.

Le nouveau pays visiteur est : le Chili

Pays Visiteurs – Maps
Pays Visiteurs – Liste

Merci aux visiteurs, à tous les visiteurs (femmes et hommes) de tous ces pays, en particulier ceux comme aujourd’hui !

Thank you to visitors, all visitors (women and men) from all these countries, especially today !

Podium Pays Visiteurs

Un immense merci à tous les visiteurs de cette belle journée, et, depuis le début du Blog le 19 juillet 2020.

© Par Bernard TRITZ

5G en France : débats survoltés

msn.com – France info – Pourquoi le débat sur l’arrivée de la 5G en France est-il aussi survolté ?

Par France info – Dimanche 27 septembre 2020 – Publié à 07h15

Au-delà des préoccupations environnementales, les discussions autour de cette nouvelle technologie puisent leur virulence dans une question fondamentale : quels bénéfices cette innovation peut-elle apporter à la société française ?

© Fournis par France info

Entre smartphone et lampe à huile, va-t-il falloir choisir son camp ? Le débat sur le déploiement prochain du réseau 5G en France, qui doit permettre une circulation des données à un débit nettement supérieur à la 4G, agite le débat politique. Emmanuel Macron a récemment comparé les opposants à la 5G à des Amishs qui souhaiteraient  » le retour de la lampe à huile « . Face à lui, une partie des élus de gauche et écologistes redoutent une technologie dangereuse, inutile et polluante.

En déclarant que la France prendrait, coûte que coûte, le tournant de la 5G, le chef de l’Etat a crispé l’opposition.  » Le gouvernement fait comme si tout le monde était déjà d’accord « , s’indigne François Thiollet, membre du bureau exécutif d’EELV interrogé par France info. L’écologiste, à l’initiative d’une tribune pour un moratoire sur la 5G signée par une soixantaine d’élus et les maires de onze grandes villes, estime que le ton employé par le gouvernement a permis de fédérer le camp adverse.

Si nous ne sommes pas tous d’accord sur la question de la 5G, il y a une chose qui nous réunit : c’est le rejet de la méthode du gouvernement qui fait dans la caricature, voire dans l’insulte.

François Thiollet, membre d’EELV à France info : La tribune, publiée dans le Journal du dimanche, a en effet réuni un spectre assez large d’élus de gauche, de personnalités PS comme Delphine Batho aux figures de La France insoumise comme Adrien Quattenens, François Ruffin et Jean-Luc Mélenchon.  » C’est une question qui fédère très largement à gauche « , confirme à France info Antoine Martin, élu municipal La France insoumise à Tours, qui a collaboré à la rédaction du texte et à la réunion des signatures.

Les arguments écologistes du texte ne sont pas du goût de la droite. La critique concernant les méthodes du président, accusé « d’inculture et d’ignorance », est cependant partagée, comme l’explique le député Les Républicains du Lot Aurélien Pradié dans Le Point. « Cela montre combien il fracture la société », précise-t-il.

Un coût environnemental discuté : Parmi les inquiétudes des opposants : une préoccupation sanitaire et l’idée que les ondes pourraient être nocives pour l’homme. Une rhétorique fragile, à en croire le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique, Cédric O, qui s’est empressé, dans une interview à Public Sénat, de citer les  » 28.000 études  » réalisées  » depuis 1950 dans le monde  » concluant à l’absence d’effets sanitaires des ondes téléphoniques, même si moins de 200 de ces études concernent la 5G.  » Sur les enjeux sanitaires, le match est plié. Il y a des dizaines d’études qui démontrent que rien ne permet de craindre des effets négatifs de ces ondes sur la santé « , insiste le député LREM Éric Bothorel, interrogé par France info.

 » C’est vrai que les arguments sanitaires sont les plus fragiles, mais ce ne sont pas les plus importants « , admet François Thiollet. C’est le coût environnemental du réseau 5G qu’il faut surveiller, selon lui, notamment la consommation énergétique du réseau.  » Les industriels s’accordent sur la promesse de multiplication par 1 000 des données échangées sur les réseaux dans les prochaines décennies, faisant augmenter la consommation énergétique de façon exponentielle « , avertit-il. Antoine Martin ajoute être  » sûr  » que ce nouveau réseau va aussi inciter les consommateurs à changer de smartphone.

Aujourd’hui, le marché est moribond, les taux de croissance sont en chute libre. La 5G arrive comme une chance immense pour tout un secteur qui espère relancer la consommation de smartphones.

Antoine Martin, élu municipal LFI à France info : Viennent ensuite s’ajouter à la liste des griefs, la consommation des ressources rares pour produire les téléphones adaptés et la production des déchets liés au remplacement des appareils.  » On produit des objets connectés qui vont devenir des déchets supplémentaires qu’on recycle actuellement très mal « , rappelle François Thiollet.

La République en marche veut balayer l’argument.  » On se trompe de bataille « , estime Éric Bothorel. « Les gens changent de portable à Noël, pour avoir un meilleur appareil photo ou un écran plus grand, les infrastructures sont finalement très peu responsables », avance le député LREM, pour qui l’argument revient à  » rendre les autoroutes responsables de la pollution, plutôt que les voitures « .

Le gouvernement veut mettre l’accent sur les effets bénéfiques que le réseau 5G pourrait au contraire avoir dans le combat contre le réchauffement climatique : l’amélioration des conditions du télétravail, qui ferait baisser l’impact environnemental des transports quotidiens, ou encore le contrôle des flux dans une métropole, qui permettrait de mieux gérer les dépenses énergétiques.  » La transition écologique ne se fera pas sans la 5G « , assure Éric Bothorel.

Des bénéfices réels incertains :  » Les politiques sont convaincus qu’on peut pacifier le débat en rassurant les citoyens sur le fait qu’il n’y a pas de danger « , analyse le philosophe Jean-Michel Besnier, membre du conseil scientifique de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST). Pour lui, cette question est secondaire.  » Ce dont il s’agit, c’est de savoir pourquoi on vivrait mieux avec la 5G « , interroge le philosophe, auprès de France info.

Or les apports concrets de cette technologie sont loin de mettre tout le monde d’accord. Ainsi, le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle, a estimé sur LCI, que la 5G ne servirait qu’à  » regarder du porno en HD dans l’ascenseur « . Une caricature ? En tout cas,  » la question des usages est fondamentale, assure François Thiollet, si c’est pour faire du jeu immersif, est-ce vraiment nécessaire ? « 

Peut-on anticiper les usages que la 5G favorisera ? « L’Histoire nous enseigne qu’on apprend seulement plus tard quelles nouvelles applications naissent d’une innovation », répond Éric Bothorel. Le député veut tout de même croire à des applications vertueuses, qui « feront le bonheur des gens et permettront de mieux vivre ». Il cite la possibilité de faciliter le recours à la téléconsultation dans les déserts médicaux, ou encore l’accès à la culture, « en visites virtuelles ».

Un progrès ou une simple innovation ? : Au-delà des usages concrets, le déploiement de la 5G pose la question de la course technologique. « Je crois qu’une partie de la société est lassée de l’innovation sans fin », note Jean-Michel Besnier, pour qui la 5G va  » surtout servir le monde des entreprises « .

Aujourd’hui, la technologie nous est imposée comme un destin, quelque chose dont on ne doit plus débattre, car on ne peut pas le régenter. Ce n’est pas un progrès, ce ne sont que des innovations.

Jean-Michel Besnier, philosophe à France info : « Je crois nécessaire de poser un débat sur le sens des évolutions scientifiques et technologiques », abonde le député LR Aurélien Pradié, dans son interview au Point. « Le progrès, c’est toujours celui de la société, pas de la technologie, partage François Thiollet. Le progrès, c’est rechercher une société meilleure pour tout le monde. »

L’élu de la France insoumise Antoine Martin regrette qu’Emmanuel Macron se borne à présenter le passage à la 5G comme une évolution naturelle, dans un domaine où la France se doit d’être à la pointe, sous peine d’être en retard. « C’est pourtant au politique de définir un horizon désirable sur ces questions-là, affirme-t-il. La société va changer : nous devons prendre une décision ensemble sur l’avenir que l’on souhaite, choisir ensemble si l’on désire, ou non, prendre ce chemin technologique-là « .

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/pourquoi-le-d%c3%a9bat-sur-larriv%c3%a9e-de-la-5g-en-france-est-il-aussi-survolt%c3%a9/ar-BB19sGSH#image=1

© Par Bernard TRITZ

USA : Tik Tok c’est pour ce soir !

MSN.com – Le Point – Heure de vérité pour TikTok, son sort aux Etats-Unis scellé dimanche 27 septembre 2020.

Par Le Point avec AFP – Dimanche 27 septembre 2020 à 06h00

© Fournis par Le Point

L’avenir immédiat de TikTok aux Etats-Unis sera scellé dimanche, à l’issue d’une audience devant un juge, à qui il revient de confirmer ou de suspendre la disparition dans le pays de la populaire application dès dimanche soir comme l’a décidé le gouvernement de Donald Trump.

L’audience, décidée après un recours en urgence de Tiktok, est prévue à Washington vers 09H30 (13H30 GMT) heure locale devant le juge Carl Nichols.

Elle est surveillée de près par les milieux d’affaires et par Pékin pour qui l’appli et plus particulièrement sa technologie ? algorithme ? est un joyau.

Si le magistrat confirme la décision du président Donald Trump d’interdire TikTok aux Etats-Unis, la populaire application ne sera plus téléchargeable dans le pays à partir de dimanche à 23H59 (soit 03H59 GMT lundi). Les utilisateurs américains actuels pourraient alors continuer à utiliser l’appli, mais plus faire de mise à jour.

Mais le juge peut aussi accorder un répit à l’appli de vidéos musicales et humoristiques, fréquentée tous les mois par 100 millions d’Américains. Ce fut le cas il y a une semaine pour WeChat, un autre fleuron technologique fondé en Chine.

Il n’est pas exclu qu’un accord soit trouvé entre l’administration Trump et la maison-mère chinoise de TikTok, ByteDance.

TikTok avait sollicité cette semaine un recours en urgence auprès du tribunal fédéral de Washington, assurant que son interdiction ne serait pas conforme à la Constitution du pays.

La plateforme fait aussi valoir que bloquer les téléchargements lui causerait des dommages irréparables, alors qu’elle gagnait quelque 424.000 nouveaux utilisateurs américains chaque jour au début de l’été.

Début août, Donald Trump a signé un décret pour forcer le groupe chinois ByteDance à vendre la plateforme à une entreprise américaine, au nom de la menace pour la « sécurité nationale » – il accuse depuis longtemps TikTok d’espionnage sur ses utilisateurs au profit de Pékin, sans preuves.

Un dernier projet de vente, annoncé le weekend dernier, prévoit la création d’une nouvelle société, TikTok Global, impliquant Oracle en tant que partenaire technologique aux Etats-Unis et Walmart en tant que partenaire commercial.

Il y aurait aussi une prise de participation de 12,5 % d’Oracle et de 7,5 % de Walmart. Les Américains détiendraient quatre des cinq sièges au conseil d’administration.

Mais la finalisation de ce projet dépend du bon vouloir du président américain et du gouvernement chinois.

TikTok est en effet devenu le nouveau symbole de la bataille que se livrent les Etats-Unis et la Chine pour la domination du secteur des high tech.

Donald Trump accuse depuis des mois l’application d’espionnage au profit de Pékin en collectant les données de ses utilisateurs – sans preuves.

Recours en urgence : Lundi, l’hôte de la Maison Blanche, en campagne pour sa réélection, a martelé qu’il ne donnerait pas son aval si le nouveau groupe restait sous contrôle chinois tout en affirmant qu’Oracle et Walmart allaient posséder la majorité du nouveau groupe.

ByteDance, qui comprend des investisseurs américains, a qualifié ces informations « de rumeurs erronées ».

Si les tractations n’aboutissent pas, une interdiction complète des activités de TikTok sur le sol américain pourrait entrer en vigueur à partir du 12 novembre, a prévenu le Trésor.

Mais ByteDance a annoncé avoir effectué une « demande d’autorisation » d’exportation de technologie, sans préciser à quel sujet.

Cette initiative pourrait concerner le fameux algorithme qui a fait le succès de TikTok: il permet d’afficher aux utilisateurs les contenus les plus susceptibles de les intéresser, en fonction de leurs goûts, et de les conduire à passer le plus de temps possible à visionner vidéo après vidéo sur la plateforme.

La Chine refuse que ce précieux système informatique ne tombe dans l’escarcelle américaine.

27/09/2020 – 04:03:15 – Washington (AFP) – © 2020 AFP

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/heure-de-v%c3%a9rit%c3%a9-pour-tiktok-son-sort-aux-etats-unis-scell%c3%a9-dimanche/ar-BB19rTUA#image=1

© Par Bernard TRITZ

La Tech se met à l’heure médicale

msn.com – Challenges – La tech se met à l’heure médicale.

Par Delphine Dechaux – Samedi 26 septembre 2020 – publié à 14h00

© Photos : SP 667 actu entreprise montrewithings

Apple Watch, Withings, Fitbit, … la santé est devenue l’argument choc des fabricants de montres connectées.

Ce 15 septembre, l’objet vedette présenté aux fans d’Apple dans le monde entier par Tim Cook lors de sa grande keynote annuelle n’était pas un nouvel iPhone, mais une montre : l’Apple Watch Series 6. En plus du rouge franc venu enrichir le nuancier des bracelets, la nouveauté de ce modèle est d’abord médicale : la montre de sixième génération d’Apple intègre une fonctionnalité permettant de mesurer le taux d’oxygène dans le sang. Et ce, grâce à de minuscules LED qui projettent de la lumière sur les vaisseaux sanguins du poignet et induisent, à partir de la couleur du sang, son niveau d’oxygénation. Cette fonction intéressera les patients attentifs aux risques respiratoires liés au Covid. Le modèle précédent pouvait déjà réaliser un électrocardiogramme.

© Fournis par Challenges 667 actu entreprise montre apple watch 6

Apple Watch 6. Elle mesure le taux d’oxygène dans le sang. (SDP)

Prévention et suivi : Cette orientation de plus en plus médicale est un nouvel indice de l’intérêt des géants tech pour la santé digitale. Depuis plusieurs mois, Google tente de racheter Fitbit et ses bracelets connectés. Cette acquisition compléterait un portefeuille déjà très riche : Google a mis la main sur 92 start-ups de santé digitale.

De son côté, le français Withings consolide son avance dans la niche des objets connectés de santé. En mai, la société créée et rachetée par Eric Carreel a lancé la ScanWatch. En plus de la surveillance du rythme cardiaque et de l’oxygénation du sang, la montre intègre deux fonctions uniques sur le marché : la détection de la fibrillation auriculaire, une arythmie cardiaque très répandue mais difficile à détecter, et le dépistage de l’apnée du sommeil. Withings a obtenu la certification médicale (marquage CE) de la première et espère obtenir un agrément pour l’autre en fin d’année. « Nous souhaitons fournir des données médicales de plus en plus fines pour répondre à la demande de professionnels de santé dans le suivi de maladies chroniques », explique Mathieu Letombe, directeur général et cofondateur de Withings. Couplée à l’application Covidium, la montre de Withings a déjà été prescrite et fournie aux malades du Covid symptomatiques mais ne nécessitant pas une hospitalisation, pour alerter en cas de détresse respiratoire.

Tendance lourde : En pleine explosion, le marché des applis et des objets de santé connectés s’inscrit dans une tendance lourde : les systèmes de santé des pays développés représentent des coûts faramineux (19 % du PIB américain) tout en étant peu efficients. Dans une version « récréative », objets connectés et applis permettent à chacun de devenir acteur de sa santé. Avec de réelles limites : les montres connectées ne se substituent pas à un cardiologue pour détecter un infarctus. Dans un usage plus médicalisé, elles ouvrent des voies prometteuses pour la prévention et le suivi.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/entreprises/la-tech-se-met-%c3%a0-lheure-m%c3%a9dicale/ar-BB19ruRn#image=1

© Par Bernard TRITZ