Pannes SFR et BOUYGUES

msn.com – Actualité – Cyber criminalité – Pannes SFR et BOUYGUES. Les pannes SFR et Bouygues dues à une attaque.

Par Alexandre Boero – Mercredi 02 septembre 2020 – Publié à 18h15.

© Fournis par Clubic DDOS attaque ©Pixabay

Les deux opérateurs font partie des FAI dont on pensait qu’ils subissaient une « simple » panne, mardi en fin de journée. En réalité, il s’agissait d’une attaque DDoS.

Les pannes subies par plusieurs opérateurs ces dernières heures ou ces derniers jours par des opérateurs français ou issus du Benelux ne relevaient donc pas d’une simple coïncidence, mais bien d’une attaque informatique. Mardi, en fin de journée, plusieurs milliers d’abonnés de SFR dans un premier temps puis de Bouygues Telecom un peu plus tard ont relayé les perturbations dont ils étaient victimes, que ce soit sur les réseaux sociaux ou des sites spécialisés comme Downdectector.

Lire aussi : Plus de 50 000 smartphones chinois infectés par des malwares ont été vendus dans des pays africains

Des FAI touchés en France et en Belgique : Les pannes sont évidemment fréquentes chez les opérateurs, mais en voir plusieurs être frappés simultanément ou presque et avec une certaine violence, voilà une chose bien rare. Alors que mardi soir, SFR évoquait « un incident technique » qui touchait bon nombre de ses abonnés fibre partout en France, Bouygues Telecom indiquait, ce mercredi matin, avoir subi « un incident technique » touchant également un certain nombre d’utilisateurs. D’autres FAI (Knet, Vialis, FDN) ont aussi été frappés dans le même temps.

L’incident technique n’en était pas vraiment un, et il s’agissait en réalité d’une attaque de type DDoS. Rappelons qu’une attaque par déni de service consiste en l’envoi d’un grand nombre de requêtes et peut causer un épuisement des ressources système d’une machine ou saturer la bande passante d’un serveur.

Certains utilisateurs actifs sur les forums et les réseaux sociaux avaient déjà tiqué et compris que les serveurs DNS étaient indisponibles. D’autres suggéraient aux utilisateurs de modifier l’adresse de serveur DNS depuis son ordinateur par celle de Google (8.8.8.8) pour avoir de nouveau accès à ses services.

Lire aussi : Torrent : l’un des plus grands réseaux de piratage au monde a été perquisitionné.

Des pics de trafic jusqu’à 300 Gbit/s ! : Il semble bien qu’il s’agisse d’attaques en cascade, qui ont désormais lieu depuis plusieurs jours désormais. Tout a commencé avec l’attaque DDoS subie par Edpnet, un opérateur télécoms belge, qui a été plus sévèrement frappé, avec des salves similaires subies pendant cinq jours.

De nombreux routeurs et serveurs de noms de domaine basés au Benelux ont été touchés, avec des attaques qui ont, pour certaines, duré plusieurs heures, avec des pics de trafic qui ont atteint près de 300 Gbit/s en volume, ce qui est conséquent, comme le confirme NaWas, l’organisme britannique qui détecte les attaques DDoS et y met fin en redirigeant le trafic vers son propre centre de nettoyage. Edpnet, pour son seul cas, évoque des pics à 200 Gbit/s.

Source : 01net, Global Security Mag

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/les-pannes-sfr-et-bouygues-dues-%c3%a0-une-attaque/ar-BB18DPIk

© Bernard TRITZ

Windows 10 : Mise à jour à haut risque

20minutes.fr – High-tech – Windows 10 : Une mise à jour à haut risque pour le SSD des ordinateurs. BUG : Un bug dans la dernière mise à jour pourrait détruire lentement le SSD des machines sur lesquelles elle est installée, mais un correctif est déjà envisagé.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 02/09/20 à 15h16 — Mis à jour le 02/09/20 à 15h16

Un bug dans la dernière version de Windows 10 ralentit les PC — Geeko

Depuis plusieurs mois, les mises à jour de Windows 10 sont autant craintes qu’espérées puisque à chaque fois, elles semblent apporter autant de correctifs que de bugs. La dernière en date ne fait pas exception, mais heureusement, un correctif est déjà en cours de développement.

Le problème causé par la mise à niveau Windows 10 version 2004 se situe au niveau de l’outil « Défragmenter et optimiser les lecteurs », comme l’a repéré BleepingComputer. Le bug empêche le système d’exploitation d’enregistrer le fait qu’il s’est déjà chargé de défragmenter et d’optimiser le SSD de la machine, Windows lancera donc l’outil de défragmentation à chaque fois que l’ordinateur est allumé.

Or, contrairement aux HDD, les SSD ne nécessitent pas d’être défragmentés aussi souvent. C’est pourquoi le bug qu’entraîne la nouvelle mise à jour de Windows 10 version 2004 – à laquelle on doit de nombreux autres problèmes – pourrait avoir un effet pervers et réduire petit à petit la santé du disque dur SSD à force d’être défragmenté à chaque démarrage. Si un utilisateur éteint et rallume plusieurs fois par jour sa machine, celle-ci pourrait lancer plusieurs défragmentations.

Microsoft prépare un correctif : Au courant du problème, Microsoft travaille déjà sur un correctif. Les membres du programme Insiders de Windows ont déjà pu en profiter. Reste plus qu’à attendre qu’il soit déployé pour les autres utilisateurs. En attendant, il serait plus judicieux de désactiver la défragmentation automatique.

Pour cela, rendez-vous dans vos documents, onglet « Ce PC » et cliquez droit sur votre SSD, afin de vous rendre dans les paramètres. Dans l’onglet « Outils », sélectionnez « Optimiser » dans le cadre « Optimiser et défragmenter le lecteur ». Sur la nouvelle fenêtre, cliquez sur « Modifier les paramètres » et désactivez l’exécution planifiée.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2850743-20200901-windows-10-la-derniere-mise-a-jour-provoque-de-gros-soucis

© Bernard TRITZ

Coronavirus : questions sur les tests PCR

20minutes.fr – Santé – Coronavirus : Les réponses à vos questions sur les tests PCR, sérologiques et salivaires. Vous, vous interrogez : Alors que la circulation du virus est active dans plusieurs régions françaises, certains internautes s’interrogent sur les tests.

Par Oihana Gabriel – Twitter – Publié le 02/09/20 à 12h13 — Mis à jour le 02/09/20 à 12h13

Illustration d’un test PCR, dans le nez, à Paris le 31 août 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Pour éviter que l’épidémie ne prenne davantage de vigueur, le gouvernement espère arriver à 1 million de tests PCR par semaine dès ce début septembre.

Mais il n’est pas évident de s’y retrouver dans les divers tests proposés.

20 Minutes a proposé à ses lectrices et lecteurs de poser leurs questions, afin d’y répondre.

Face au coronavirus, pas simple de s’y retrouver entre les tests sérologiques et virologiques, les obligations de dépistage régulièrement modifiées… Pour tenter d’être au plus près de vos préoccupations, 20 Minutes vous a proposé de poser vos questions sur le sujet. Voici quelques réponses.

Sophie : « Quel test est plus fiable, le test nasal ou la prise de sang ? » :  Ces deux tests ne répondent pas à la même question. Le test nasopharyngé, dit PCR, permet de dire si vous avez actuellement le Covid-19. Le test sanguin permet, lui, de savoir si vous avez déjà été en contact avec ce coronavirus et si vous avez développé des anticorps.

Autre différence, la façon de faire. Le test virologique, le PCR, se réalise dans le nez : on enfonce un écouvillon (une sorte de long coton-tige) profondément pour prélever des cellules. C’est plus ou moins douloureux et ce test se réalise à l’hôpital, en laboratoire de ville ou via des drives, mais pas en pharmacie. En revanche, le test sérologique, par simple prise de sang, peut se faire en pharmacie, sans rendez-vous. Mais dans ce cas, il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

Question fiabilité maintenant : c’est là que le bât blesse. Si votre test PCR est positif, cela veut dire que vous avez le Covid-19. En revanche, s’il est négatif, il y a moins d’assurance car il existe 20 à 30% de tests faussement négatifs. Pour les tests sérologiques, qui vous disent si vous avez déjà eu le Covid-19, le problème est que l’on ne sait pas à l’heure actuelle pendant combien de temps nos anticorps nous protègent contre cette maladie. Par ailleurs, selon l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, interrogé par le Journal des Femmes, environ 5 % de ces tests pourraient être des faux positifs.

Céline : « Si un élève de la classe de mon enfant a le COVID-19, les enfants doivent-ils tous obligatoirement se faire tester ? Et les parents également ? Ou une mise à l’écart de quatorze jours suffit-elle ? » :

Pour le moment, le protocole annoncé par Jean-Michel Blanquer mercredi 26 août prévoit que si un enfant ou un personnel à l’école, au collège ou au lycée est symptomatique, des tests seront réalisés. Ceci afin de « remonter la chaîne de contamination pour prendre des mesures d’isolement ». Normalement, les cas contacts de l’enfant, ses camarades et ses parents doivent être testés.

Cela pourra conduire à la fermeture d’une classe, voire d’une école, après décision prise avec les autorités de santé. Par ailleurs, selon le site du ministère de l’Education nationale, « les parents s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille. Les personnels doivent s’appliquer les mêmes règles. »

Que se passe-t-il si votre enfant commence à avoir de la fièvre ou à tousser quand il est à l’école ? L’élève est isolé avec un masque sous la surveillance d’un adulte, qui porte également un masque. Les parents seront rapidement contactés et il vous faudra prendre rendez-vous avec votre médecin avant tout retour en classe.

Christine : « Les tests salivaires verront-ils le jour en France ? Dans combien de temps ? » : Les tests salivaires soulèvent un certain espoir : plus rapides, moins douloureux, ils seraient bien utiles en ces temps de dépistage massif, notamment sur les enfants… Problème, leur fiabilité n’est pas encore acquise. Pour que ces tests salivaires soient validés, et qu’ils soient donc disponibles en France, il faudra attendre les conclusions de plusieurs études qui viennent d’être lancées, a annoncé le ministère de la Santé. « Il faut premièrement s’assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus », car le Sars-Cov-2 pourrait y être présent en moins grande quantité que dans le nez et la gorge, précise la direction générale de la Santé (DGS), interrogée par l’AFP. Une étude en ce sens a été lancée en Guyane, au Centre Hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne. Une autre étude « démarrera dans les prochains jours » à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour déterminer si la technique d’analyse dite RT-PCR, qui cherche la présence du matériel génétique du virus, est aussi fiable sur la salive que sur un prélèvement naso-pharyngé. Il est donc un peu tôt pour donner une date…

Florinne : « Si un proche a été testé positif à un test sérologique, est-il nécessaire pour moi d’en faire un aussi ? » : Non, un test sérologique positif, donc sanguin, vous dit que ce proche a été en contact avec le virus, pas qu’il est malade et contagieux en ce moment.

Cependant, si un de vos proches a fait un test virologique positif, PCR donc, vous pourriez être infecté, et donc un « cas contact ». Donc, premier réflexe, appelez votre médecin traitant ou les services de l’Assurance Maladie. Puis, réaliser un test nasopharyngé (PCR), même sans ordonnance, et vous devrez rester en « quatorzaine préventive » le temps de recevoir les résultats.

Si votre conjoint est infecté, il y a peu de doutes, vous devez vous faire tester. Mais si c’est un collègue ? Ce document du ministère du Travail rappelle les situations dans lesquelles le virus risque de se propager : « même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou discussion de plus de 15 minutes en l’absence de mesures de protection ». En clair, c’est dans la cafétéria ou à la cantine que le risque augmente…

Nicolas : « Peut-on faire un test gratuitement, sans ordonnance et où ? » : Depuis le 25 juillet, il n’y a plus besoin d’ordonnance pour réaliser un test PCR, et il n’est pas non plus obligatoire de présenter des symptômes. Par ailleurs, il est désormais remboursé par la Sécurité sociale (ne pas oublier sa carte Vitale quand on va faire le prélèvement !). La question la plus compliquée, c’est plutôt où aller ? La plupart des laboratoires privés proposent des prélèvements sur rendez-vous. Plusieurs sites peuvent être utiles pour prendre rendez-vous : la plateforme Doctolib propose des créneaux spécifiques pour faire le test PCR, tout comme le site santé.fr, réalisé par le ministère de la Santé. Si vous préférez le drive, ce site liste tous les lieux où sont organisés des drive-in en France. Enfin, toutes les Agences régionales de santé proposent sur leur site une carte avec les différents lieux où vous pourriez réaliser un test.

S’il y a urgence ou embouteillage, il est tout de même possible de trouver un laboratoire qui accepte Certains, moins nombreux, acceptent les prises en charge sans rendez-vous, mais il faut en général attendre longtemps, surtout à Paris

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/sante/2851215-20200902-coronavirus-reponses-questions-tests-pcr-serologiques-salivaires

© Bernard TRITZ

Blog WordPress inf-os-tech.fr

Statistiques : Pays visiteurs

Ce blog aura été lancé le dimanche 19 juillet 2020, voici un aspect des statistiques après 44 journées en ligne, les pays visiteurs d’un peu plus d’un mois en ligne.

Observations de ce mercredi 02 septembre 2020 à 08h25.

Le nouveau pays visiteur est : la Tunisie

Pays Visiteurs – Maps
Pays Visiteurs – Liste

Merci aux visiteurs, tous les visiteurs (femmes et hommes) de tous ces pays, en particulier ceux comme aujourd’hui !

Thank you to visitors, all visitors (women and men) from all these countries, especially today !

© Bernard TRITZ

Snack Tino Marignane

Snack Tino Marignane : Réservation pour l’anniversaire de Mario.

Par Bernard TRITZ, édité le mercredi 02 septembre 2020 à 00h45

Le Restaurant de Marignane le Snack Tino a réouvert mercredi 26 août 2020 après une fermeture annuelle de 3 semaines de congés.

Nous avions réservé pour ce mercredi 02 septembre 2020 à 12h45.

Ce fut une très bonne idée, car nous avons été très bien accueillis et nous nous sommes laisses tenter par le Plat du jour.

C’était aussi pour souligner l’anniversaire de l’un de nous : 84 ans.

Bonne idée !

C’était succulent et très bien servi, la sauce du plat du jour, je ne vous raconte pas.

Tino est un professionnel des sauces et de secrets culinaires, un savoir -faire gustatif de qualité.

Google Maps – Snack Tino – Marignane

Google Maps – Géolocalisation du Snack Tino à Marignane

Le Plan d’accès ci-dessus, adresse connue et reconnue dans Google Maps : saisir Snack Tino Marignane.

Assortiment de crudités du jour
Pilons de poulet, sauce mitonnée, riz crémeux, et ses légumes.
Onglet grillé et ses légumes

Desserts au choix…

Expresso

Café

Boissons au choix

Le tout pour 15,00€

Le caractère particulier, c’est la convivialité, la bonhomie, simplicité, bonté, bienveillance, gentillesse, amabilité.

Tous les clients se saluent, disent bonjour en souriant, tout en respectant le port du masque dans les déplacements, les gestes barrière, le circuit de déambulation, le gel…

© Par Bernard TRITZ